LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Michaëlle Jean Headshot

"J'aime, je partage"... en français!

Publication: Mis à jour:
FRENCH LESSON
Juan Medina / Reuters
Imprimer

FRANCOPHONIE - Le 20 mars, les francophones de tous les continents célébraient la Journée internationale de la langue française et de la francophonie. Vous avez dit ringard? Tout sauf ringarde, la francophonie est née d'un désir irrépressible, d'une urgente nécessité de repenser et de refonder le monde. D'abord, parce que pour le plus grand nombre d'entre nous, et nous sommes des centaines de millions, la langue française est une conquête, le précieux butin du plus dur des combats.

Faire sienne une langue qui d'abord fut celle d'une innommable offense, d'une violence inouïe et de siècles d'humiliations, est un acte subversif. Nous avons su, pour vaincre l'opprobre et sortir des ténèbres, en tirer les mots les plus puissants, d'abord ceux des lumières, liberté, égalité, fraternité, nous les approprier, puis passer de la parole aux actes. Ce qui fut dit, fut fait.

Mais une fois le colonialisme démantelé, il nous devenait aussi essentiel de jeter les bases d'une vraie renaissance, apprendre à nous connaître véritablement et pouvoir surtout nous reconnaître dans un idéal à construire ensemble avec, désormais, la langue française comme trait d'union et l'universel pour horizon.

Ainsi naitra la francophonie. Dans le génie de la langue française réinvestie de tous les traits de civilisation, les mots et les imaginaires, de toutes les forces, les volontés et les aspirations des peuples qui l'ont en partage. Léopold Sédar Senghor dira: "La francophonie, c'est cet humanisme intégral qui se tisse autour de la terre, cette symbiose des énergies dormantes de tous les continents, de toutes les races, qui se réveillent à leur chaleur complémentaire."

Notre monde disloqué et déboussolé a un impérieux et urgent besoin de renouer avec cet humanisme intégral, de retrouver cette humanité commune que nous cultivons et que nous défendons avec acharnement et sur tous les fronts. La francophonie est ainsi, à la fois force de proposition et d'action, un espace de solidarité, de coopération, de rencontre, de dialogue, de métissage fécond entre des cultures qui ont trouvé à s'unir dans leur diversité.

La francophonie est née d'une vision moderne et d'un flux de créativité partagée, nourrie de tous nos savoirs et de tous nos savoir-faire, de tous nos combats pour la paix, pour le respect des droits et des libertés. Nous sommes, chaque jour, ici et là, sur tous les continents, des lieux de résistance face à la haine de l'autre et la terreur.

La francophonie, ce sont aussi aujourd'hui ces millions de jeunes fiers d'être libres ensemble pour repousser limites et défis, inventer, innover, entreprendre, construire des liens, des passerelles et des partenariats, agir avec la plus grande audace, faire que la vie et l'imagination triomphent.

La francophonie, ce sont aussi des millions de femmes vaillantes, ingénieuses, expertes, battantes, organisées, travaillant en réseaux. Des femmes qui trouvent chez des hommes intelligents des alliés dans la lutte pour l'égalité pleine et entière, par conséquent contre les violences et les injustices qui nous sont infligées dès l'enfance.

Dans la francophonie, nous avançons et notre objectif est constamment de faire bouger les lignes pour plus de stabilité, d'équité et de justice. Nous pouvons témoigner de l'état de la planète et nous sommes aussi porteurs de solutions viables. Nous vivons et dénonçons tous les fossés qui se creusent, nous cherchons aussi à les combler. Nous le faisons de toutes nos interrelations solidaires et stratégiques, pour répondre, collectivement, aux menaces et aux urgences du moment, pour relever, collectivement, des défis qui ont pris la dimension du monde.

Pour toutes ces raisons, nous plaçons cette Journée internationale de la langue française et de la francophonie sous le signe d'une éthique du partage.

Je vous invite à vous joindre à ces millions d'autres francophones pour partager les idées passionnées que vous défendez, tous les gestes que vous posez avec conviction, les causes que vous aimez. Ce que l'on aime dit ce que l'on est, motive pleinement ce que l'on fait et engage tout ce qui s'accomplit.

L'Organisation internationale de la francophonie compte 58 Etats et gouvernements membres, et 26 pays observateurs. On estime à 274 millions le nombre de locuteurs francophones dans le monde. Ils seront 700 millions en 2050.

Les pères fondateurs de la Francophonie sont Léopold Sédar Senghor, du Sénégal, Habib Bourguiba, de la Tunisie, Norodom Sihanouk du Cambodge, Hamani Diori du Niger. Et nous n'oublions pas l'un de ses jeunes fils prodiges, qui en porta aussi l'idée avec ferveur, Jean-Marc Léger du Québec.

LIRE AUSSI: Journée de la francophonie: réaffirmons les valeurs partagées