LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Michael Moore Headshot

Dix mesures pour griller Donald Trump

Publication: Mis à jour:
DONALD TRUMP
Jonathan Ernst / Reuters
Imprimer

Mes amis, bienvenue dans le "plan d'action en dix étapes de Michael Moore pour arrêter Trump".

Tout d'abord, il faut dire tout haut ce que nous pensons tous: Trump est très, très mal parti. Manipulé par les Russes, entouré d'imbéciles d'extrême-droite et déambulant en peignoir, seul, dans une Maison-Blanche quasiment vide: il est "dans la merde", comme l'a déclaré un sympathisant en refusant un poste à la NSA.

Cela fait à peine un mois qu'il est devenu "président". Pourtant il reste de l'espoir. Car voici le contexte actuel, en Amérique:

  • Des dizaines de milliers de citoyens à travers tout le pays ont déferlé dans les bureaux des membres du Congrès et des réunions publiques pour exprimer leur colère face au programme du gouvernement. Un membre des Républicains, découragé après avoir subi trois heures d'attaques verbales de la part d'électeurs furieux, a affirmé hier soir devant les caméras: "C'est un fait, [les défenseurs de l'Obamacare] ont gagné".
  • Un tribunal fédéral a bloqué le premier décret antimusulman de Donald Trump. Ou, plutôt, QUATRE tribunaux. Il a accepté sa défaite et ne fera pas appel auprès de la Cour suprême. Ce qui ne l'empêchera pas de tenter de faire passer un nouveau décret. Je lui souhaite bien du courage, à ce fils d'immigré écossais!
  • Le candidat démocrate progressiste Keith Ellison est le favori à l'élection du président du Parti démocrate, samedi 25 février. Il est aussi probablement le mieux placé pour REMETTRE DE L'ORDRE dans tout ce bordel. Un grand plan de recrutement a également commencé, dans tout le pays, pour trouver les candidats les plus compétents qui se présenteront aux élections locales et fédérales en 2018. Des millions de citoyens se sont engagés à ne pas laisser la débâcle de 2016 se reproduire.
  • Notre superbe "Armée du rire" en met plein la vue, avec ses pelotons d'humoristes satiriques menés par Alec Baldwin et Melissa McCarthy! L'imitation décapante du porte-parole de la Maison-Blanche, Sean Spicer, par Melissa McCarthy dans l'émission Saturday Night Live a mis Trump hors de lui, au point qu'il a songé à se débarrasser de l'intéressé. Selon Politico, il ne supporte pas l'idée qu'une femme puisse parodier l'un de ses principaux collaborateurs.

Aujourd'hui, nous avons le vent en poupe. Si nous prenons un tout petit peu de temps pour accomplir le plan d'action ci-dessous, je suis convaincu que nous réussirons à arrêter les forces du mal incarnées par Donald Trump. Nous pouvons lui mettre des bâtons dans les roues à chaque étape et réussir à le faire tomber.

Maintenant, parlons de notre...

PLAN D'ACTION EN 10 ÉTAPES POUR ARRÊTER TRUMP

1. Le coup de fil quotidien

Vous devez appeler le Congrès américain, tous les jours. Oui, VOUS! 202-225-3121. Ça vous prendra DEUX MINUTES. Intégrez ce coup de fil à votre routine journalière, à ces actions que vous accomplissez chaque matin sans y penser.

  • Réveillez-vous.
  • Brossez-vous les dents.
  • Sortez le chien (ou admirez le chat).
  • Préparez-vous un café.
  • Appelez le Congrès.

Vous avez entre les mains un pouvoir incroyable, rien qu'en passant ce coup de fil quotidien tout simple. Je sais d'expérience que ça a des conséquences énormes. Les politiciens se mettent à paniquer s'ils reçoivent ne serait-ce que dix appels sur un même sujet. Alors, imaginez s'ils en reçoivent 10.000! Le plafond du Congrès va finir par sauter!

REMARQUE: vous pensez peut-être que vous n'êtes pas concerné parce que votre représentant est démocrate! Eh bien, c'est FAUX. Eux aussi doivent entendre vos plaintes. Ils doivent savoir qu'ils ont votre soutien. Vous ne me croyez pas? Notre chère sénatrice Elizabeth Warren a voté pour que le Républicain Ben Carson devienne secrétaire au Logement et à l'Urbanisme! Je suis sûr que personne, dans le Massachusetts, n'a même pensé à l'appeler. IL LE FAUT! Elle et les autres Démocrates doivent savoir ce que veut le patron: VOUS! Ils travaillent pour NOUS. Et les patrons discutent tous les jours avec leurs employés!

Passer cet appel quotidien n'a rien de compliqué. Pour appeler un représentant au Congrès ou au Sénat dans l'État de Washington, appelez le 202-225-3121 (ou le 202-224-3121, si le numéro précédent est occupé). Mieux encore, appelez leur ligne directe. Pour les sénateurs, vous trouverez les numéros ici. Pour les membres de la Chambre des représentants, cliquez ici.

Bonne nouvelle: quelqu'un a créé une application pour rendre ces opérations encore plus simples. Allez dans l'App Store et choisissez "5 Calls". L'appli composera les numéros et vous indiquera les sujets à aborder avec vos élus.

Voici à quoi peut ressembler une semaine type d'appels quotidiens.

Le lundi, appelez votre représentant(e) au Congrès. Rappelez que vous ne souhaitez pas que le gouvernement supprime l'Obamacare. Vous voulez même qu'il l'améliore, pour bénéficier d'un service de santé pris en charge par l'État, comme dans tous les pays "civilisés".

Le mardi, appelez le premier de vos sénateurs et dites-lui de voter NON à la nomination de Rick Perry comme secrétaire à l'Énergie. Il ne savait même plus que ce ministère existait (et encore moins ce dont il était chargé!).

Le mercredi, appelez le deuxième sénateur. Demandez-lui de faire tout son possible pour empêcher la nomination de Neil Gorsuch à la Cour suprême.

Le jeudi, appelez votre représentant local, dans la capitale de votre État. Dites-lui que vous voulez que le gouvernement local vote en faveur d'une loi qui interdit l'incarcération des consommateurs de drogues non violents.

Le vendredi, appelez le sénateur ou la sénatrice de votre État. Dites-lui que vous voulez qu'il ou elle soutienne toutes les mesures visant à limiter les activités qui participent au changement climatique.

Si vous préférez procéder par écrit, entrez votre adresse sur democracy.io pour savoir comment contacter chacun des élus.

Je publierai des mises à jour sur les actions que nous entreprenons quotidiennement et de manière hebdomadaire sur mes comptes Twitter (@MMFlint) et Facebook. Si vous voulez des exemples de sujets à aborder avec vos représentants, je vous encourage à me suivre dès maintenant. Retrouvez mes autres comptes sur les réseaux sociaux sur www.michaelmoore.com.

Rappelez-vous: un appel par jour éloigne le Trump.

2. La visite mensuelle

Pour accroître encore la pression, présentez-vous en personne. Votre représentant au Congrès tient une permanence dans votre ville, ou dans les environs. C'est aussi le cas de vos deux représentants au Sénat (le bureau se trouve souvent dans le bâtiment fédéral le plus proche). Allez-y et demandez à parler à son adjoint des problèmes que nous rencontrons (une fois encore, je les publierai régulièrement sur les réseaux sociaux).

N'oubliez pas non plus de vous rendre au bureau local du représentant et du sénateur qui vous représentent dans les assemblées de votre État.

Enfin, si vous avez la chance de pouvoir aller à Washington d'un coup de voiture, allez à Capitol Hill et présentez-vous sans rendez-vous (la loi vous y autorise!) au bureau de vos sénateurs et de votre membre du Congrès. Ils accordent une grande attention à ce type de visite et seront sidérés de voir que vous avez parcouru tant de kilomètres pour les rencontrer. Faites-le!

Je sais que tout le monde n'a pas le temps de s'acquitter de cette visite mensuelle, mais si vous en avez la possibilité, faites-le!

3. Votre PROPRE cellule D'INTERVENTION RAPIDE

Avec cinq ou vingt amis et parents, formez votre propre cellule d'intervention. Recrutez-les dès maintenant. Quand nous devrons passer à l'action (comme nous l'avons fait dans les aéroports une heure après que Donald Trump avait signé son décret interdisant aux ressortissants de sept pays à majorité musulmane d'entrer aux Etats-Unis), vous pourrez vous avertir mutuellement par mail ou texto pour élaborer sur-le-champ une stratégie. Le reste du temps, vous pourrez échanger des liens vers de bons articles d'investigation et des vidéos d'information. N'hésitez pas à donner un nom à votre cellule d'intervention rapide. La mienne, la "Cellule d'intervention rapide V pour Vendetta", inclut ma fille, mon beau-fils (et leur nouveau-né!), mes deux sœurs, leurs maris et enfants d'âge adulte, mon cousin, huit amis, six collègues de travail, mon voisin et moi-même. Cela fait un total de 27 personnes, réparties de Seattle au Maryland en passant par le Michigan. De plus, chaque membre est en train de constituer sa propre cellule d'intervention rapide locale. Jusqu'à présent, mes 27 coéquipiers ont réussi à recruter 405 personnes du jour au lendemain. Or, chacune de ces 405 personnes fait la même chose. À supposer qu'elles recrutent entre cinq et vingt coéquipiers, boum! Cela donne dès demain 4 050 personnes de plus pour la riposte, et ainsi de suite!

4. Engagez-vous! Engagez-vous! Engagez-vous!

Nous savons tous que le moment est venu de ne plus penser qu'à soi. Alors, sautons le pas et inscrivons-nous en ligne pour rejoindre l'une ou l'autre de nos belles associations américaines. J'ai pour ma part adhéré à Planned Parenthood (le planning familial américain), l'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU), Black Lives Matter, Socialistes démocrates d'Amérique (DSA), et ERA (Equal Rights Amendment) Action. L'inscription auprès de certains de ces organismes est payante. Si vous êtes fauché, optez pour le montant le plus faible (pour ACLU, il s'élève à cinq dollars). Ou bien adhérez à des associations qui ne demandent pas de cotisation (toutefois, si vous pouvez les aider financièrement, faites-le). Ces structures vous tiendront informé de leurs actions à l'échelle nationale et se battent pour nous devant les tribunaux.

5. La marche des femmes ne s'arrêtera pas

La marche historique des femmes sur Washington, le 21 janvier, a battu des records. Le même jour, des centaines d'autres marches à travers les États-Unis et dans le monde entier ont rassemblé plus de quatre millions de personnes. Ces événements ont mobilisé une foule considérable d'individus qui n'avaient jamais manifesté. Ils en ont inspiré des millions d'autres et sont à l'origine de la création d'innombrables mouvements locaux. Le lendemain de cette marche, plus d'une vingtaine d'autres manifestations ont été organisées. Le surlendemain, 2000 habitants de l'Utah ont forcé les portes de leur Capitole, à Salt Lake City. Le dimanche suivant, des dizaines de milliers d'Américains ont occupé leurs aéroports pour protester contre le décret présidentiel antimusulmans. Et ainsi de suite. Aujourd'hui encore, des dizaines d'actions sont organisées tous les jours, comme si la marche des femmes n'avait jamais pris fin. Eh bien, c'est le cas. Rejoignez-la!

Avec quelques amis, nous avons mis sur pied un Calendrier de résistance, mis à jour quotidiennement, dans lequel vous pouvez prendre connaissance des actions qui sont organisées près de chez vous. Il vous suffit pour cela de saisir le nom de votre ville ou de votre État dans le moteur de recherche.

Il est absolument indispensable que nous soyons encore très nombreux à participer à des marches, à des manifestations, des sit-in, et à continuer à nous faire entendre. Pour que Donald Trump sache que nous représentons la majorité; pour que les membres du Parti démocrate sachent que nous leur demandons de faire preuve de courage; et pour nos compatriotes à Boise, Tulsa ou Grand Rapids, qui se sentent seuls et qui ont peur depuis le jour de l'élection. Notre présence massive leur rappelle que le peuple n'a pas élu ce président. Et il est bon que chacun de nous opère de concert avec les autres, afin de ressentir la solidarité et l'espoir.

À propos de la Marche officielle des femmes sur Washington: les organisateurs appellent à une grève nationale des femmes le 8 mars. Rejoignons-les!

6. Prendre le contrôle du Parti démocrate

Par deux fois au cours des seize dernières années, la vieille garde du Parti démocrate a convaincu une majorité d'Américains de voter pour son candidat à l'élection présidentielle... tout ça pour que le candidat républicain, qui avait pourtant obtenu moins de votes, accède à la magistrature suprême. Comment se fait-il que nous ayons remporté le vote populaire lors de six des sept dernières élections présidentielles (les Républicains ne l'ont fait qu'une fois depuis 1988), et que nous n'ayons aucun pouvoir dans les différents secteurs de l'État? Ajoutons à cela la perte, au cours de la dernière élection, d'un millier de sièges au niveau local, précédemment occupés par des démocrates, et les nombreux représentants démocrates qui n'osent pas tenir tête au gouvernement... De grâce, qu'on nous débarrasse des vieux cadres du Parti. Ils méritent notre reconnaissance pour leurs services rendus, mais si nous ne lançons pas dès maintenant un processus de renouvellement radical, il faut abandonner tout espoir d'avoir un parti d'opposition digne de ce nom pendant l'ère Donald Trump. Et c'est cela, plus que tout autre chose, qui favorisera l'insinuation sournoise d'une culture totalitaire dans notre pays.

Deux choses à faire:

Demain, le 25 février, le Comité national démocrate élira celui ou celle qui dirigera le parti. Faites-leur savoir qu'ils DOIVENT choisir le candidat réformiste et progressiste Keith Ellison. Premier musulman à siéger au Congrès, cet ancien militant associatif est aussi l'un des principaux partisans de Bernie Sanders. Il est soutenu non seulement par Bernie - et moi - mais aussi par les sénateurs Chuck Schumer et Harry Reid, la journaliste Gloria Steinem, le représentant John Lewis et bien d'autres. Signez sa pétition (en anglais) de soutien ici www.keithfordnc.org/howyoucanhelp. Montrez au Comité ce que vous voulez.

À l'échelle de votre Etat, c'est le moment de commencer à fréquenter les réunions du parti. Si possible, organisez-vous avec vos amis et votre entourage pour prendre le pouvoir dans votre structure locale. Je reviendrai là-dessus ultérieurement.

7. Contribuez à créer des zones de résistance démocrates

J'entends sans arrêt: "Mike, je vis dans un État démocrate, qu'est-ce que je peux faire?" C'est justement à vous que revient l'une des tâches ESSENTIELLES: montrer au reste du pays ce qu'on peut faire quand ce n'est pas Donald Trump qui tient les rênes! C'est dans ces villes et ces États qu'il faut le court-circuiter, et créer l'Amérique dans laquelle nous voulons vivre. À New York, cela passe par la gratuité du système universitaire. Dans l'Oregon, par l'arrêt de l'incarcération massive des Afro-américains. La Californie peut lancer son propre système de santé universel, et Hawaï, promulguer des lois pour lutter contre le réchauffement climatique. À eux de montrer à quel point on peut améliorer notre vie. Une remarque historique importante: avant que la Cour suprême ne légalise l'avortement avec l'arrêt Roe v. Wade, la Californie et l'État de New York avaient déjà passé leur propre loi à ce sujet. Cela a énormément contribué à normaliser le CHOIX des femmes, et à en faire un droit fédéral.

8. Présentez-vous aux élections

Je sais, c'est la DERNIÈRE chose que vous avez envie de faire. Mais si l'on abandonne encore ces responsabilités aux imposteurs politiques qui nous ont déjà trahis, quel droit avons-nous de nous plaindre? Les choses ne pourront s'améliorer que quand vous et moi aurons décidé de donner de notre temps - même si ce temps est court - et de nous présenter. C'est ce que j'ai fait à 18 ans, et j'ai été élu. Vous en êtes capables aussi. Nous avons besoin de bons candidats pour 2018, et pas seulement comme membres du Congrès ou représentants dans chaque État, mais aussi dans les conseils d'administration des écoles, les conseils municipaux, les commissions des comtés. Pourquoi ne pas commencer à récolter des signatures aujourd'hui et vous présenter l'année prochaine? Je parie que je vous soutiendrai!

Je suis bien conscient que, pour la plupart d'entre vous, ça n'est pas une option. Mais il existe une position pour laquelle chacun de nous peut et DOIT se présenter l'année prochaine: délégué de circonscription électorale. Chaque circonscription, chaque quartier peut élire un certain nombre de représentants à la convention démocrate de son comté. Il y a un scrutin, mais comme généralement personne ne se présente, ce sont les imposteurs du parti qui finissent par désigner les délégués. Et ceux-ci se retrouvent au bout du compte à la convention nationale pour choisir le prochain candidat à la présidentielle. C'est donc un poste crucial. Et il ne vous engage que pour trois heures dans l'année! Vous assistez à la convention du comté, et c'est tout. Appelez votre secrétaire local pour vous renseigner sur la procédure. Si vous le faites, je le fais. C'est la première étape pour désigner un candidat qui ait une chance de gagner.

9. Les médiaS, c'est vous

Arrêtez de vous plaindre des médias, arrêtez d'attendre qu'ils deviennent ce qu'ils ne sont pas. Trouvez ceux qui ont du mérite et formez votre propre "empire médiatique", en partageant leur travail, et le vôtre, sur internet. Servez-vous de Facebook, de Twitter, d'Instagram, de Snapchat et des autres plateformes pour diffuser des actualités et des informations. Assurez-vous que tout votre entourage vous suive. Oui, c'est à vous que je parle, les enfants du Baby Boom. Ça suffit maintenant, on range ses timbres-poste et sa télécommande, et on demande au petit neveu de nous apprendre à tweeter. Vous pouvez être votre propre reporter, votre propre rédacteur. Vous pouvez choisir et présenter vous-même les actualités pour vos amis. Aujourd'hui, Facebook vous permet d'avoir votre propre réseau, avec Facebook Live! Tout ça, gratuitement. Il est temps de se mettre aux réseaux sociaux. Imaginez, votre CNN à vous, entre vos mains...

10. Rejoignez l'Armée du rire

Le talon d'Achille de Donald Trump, c'est sa susceptibilité démesurée. Il ne supporte pas qu'on se moque de lui. Alors, à nous tous de le RIDICULISER! Pas seulement les génies de Saturday Night Live, pas seulement Stephen Colbert, Seth Myers ou Samantha Bee, mais VOUS AUSSI. Dégainez et partagez votre sens de l'humour. Encouragez les autres à faire de même. Faites tourner les parodies de Sean Spicer, Donald Trump et Kellyanne Conway dans le Saturday Night Live. On ne se s'en lasse pas! Je suis convaincu que le coup de grâce pour ce président, ce qui va le faire éclater, ce seront les rires, les moqueries, l'insoutenable ridicule de dizaines de millions d'Américains qui vont le troubler profondément jusqu'à l'expulser de la Maison-Blanche. Je sais, on dirait que je délire dans mon coin, mais je crois que ça peut marcher. Je ne sais pas ce qui lui est arrivé à l'internat quand il avait treize ans et je n'en ai rien à faire. Ne nous gênons pas pour nous en servir. Il n'a pas hésité, lui, à se servir de tout ce qu'il a appris au fil des ans, la misogynie, le sectarisme, la cupidité, contre les faibles et les démunis. Il est temps de le chasser à coup de rire. Et s'il y a bien une chose dont on a tous besoin, c'est de rigoler. Et de voir son mandat raccourci.

Et voilà! Un plan d'action en dix points pour entraver Donald Trump. Il y en a pour tout le monde. Et tout le monde doit s'y mettre. Partagez, parlez-en autour de vous. Nous pouvons l'arrêter. Nous pouvons, sans violence, faire obstacle aux dégâts qu'il cause. Mais pour cela, il va falloir qu'on mette TOUS LA MAIN À LA PÂTE!

Ce blog, publié à l'origine Facebook et repris par le Huffington Post américain, a été traduit par Maëlle Gouret, Arnaud Gancel et Charlotte Marti pour Fast for Word.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.