LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Meriem H. Hamou Headshot

Marocains, nous sommes multiculturels, pas schizophrènes!

Publication: Mis à jour:
MOROCCAN PEOPLE
Getty Images
Imprimer

"J'ai écrit mon identité
A la face du vent
Et j'ai oublié d'écrire mon nom".

Cet aphorisme, qui donne la notion de l'identité, est du grand poète syrien Adonis dont je partage les idées. Car qu'est-ce que l'identité, si ce n'est l'acceptation de ma nature humaine d'abord, avant toute autre considération? Qu'est-ce qu'un nom, sinon celui par lequel on m'a baptisé, et dont certains voudraient se servir pour m'enfermer dans une case culturelle?

En théorie, l'identité, par son côté philosophique, englobe trois notions: c'est d'abord la relation de tout individu à lui-même, son appartenance à un groupe, et enfin le degré de ressemblance des membres de ce groupe. En psychologie, c'est la représentation de soi que cet individu se fait, et comment le groupe le perçoit. Dans la réalité, c'est tout autre chose. Dans la vraie vie, on voudrait séparer les gens en groupes, en castes, par leur naissance, leur formation, ou leur culture. Et comme Adonis, je m'insurge et refuse cette séparation, en l'écrivant à la face du vent.

Certes, j'habite au Maroc, je suis amazigho-arabe "de souche", mais je suis également arabo-occidentale de culture. Et j'adore ces deux versants de ma nature. N'en déplaise à tous ceux qui veulent se replier, et s'enfermer dans le carcan d'une identité culturelle exclusive, moi je me meus avec aisance dans les deux, sans que cela n'induise un paradoxe. Mes deux cultures ne sont jamais en opposition, elles s'enrichissent et se multiplient l'une par l'autre, et forment mon être, ma véritable, seule et unique identité.

Il n'y a aucune "schizophrénie" dans cet état de fait, puisque j'ai la liberté de choisir laquelle incarner, et que je l'applique consciemment à tout moment. Je ne me sens contrainte ni par l'une ni par l'autre, et peut m'émouvoir aussi bien d'une chanson d'Oum Kalthoum, de Abdelouahab Doukkali ou de Idir, que d'une chanson de Jacques Brel ou d'Aretha Franklin. Je peux lire Rubaiyat Al khayam et Naguib Mahfoud, comme j'adore partir à la recherche de tous les temps perdus, que ce soit celui de Marcel Proust, ou bien les œuvres de Marguerite Yourcenar.

Mon identité ne s'étend pas à un pays ou une région, elle est la liberté de me sentir entière dans chacune de ces deux cultures. Celle amazigho-arabe qui m'a fait naître et qui m'a été offerte, et celle occidentale que j'ai acquise, que j'ai fait l'effort d'étudier et d'approfondir, et que j'assume entièrement. Je ne me sens pas étrangère à cette dernière, je l'ai gagnée par mes études, mon travail et ma persévérance. Je ne la dois à personne.

Une culture est un essaim de pollens portés par le vent, elle fleurit là où elle trouve un terrain favorable, là où elle est bien arrosée et entretenue. Comme je ne vois pas d'inconvénients à ce que d'autres s'approprient et développent celle de ma naissance. Cela a déjà été le cas par le passé, et peut continuer maintenant. J'aurais pu m'intéresser à la culture nippone, ou mexicaine, ça n'aurait rien changé, je serais dans l'acceptation de cette deuxième ou troisième culture.

L'identité s'écrit à la face du vent, comme a dit le poète, il a oublié d'écrire son nom, tant il se sent universel. Pour ma part, je déteste également les mots tels que fermeture, clôture, frontières et pensée unique... Ils me rendent claustrophobe. Mon choix de m'approprier ces deux cultures est délibéré, et je hais le terme de "schizophrénie", qui s'est emparé de toutes les discussions, un tant soit peu "intellectuelles".

Nous sommes multiculturels, il faut l'admettre, une bonne fois pour toutes, afin d'éloigner ce spectre psychiatrique qui nous rendrait grands malades mentaux. Nous sommes multiculturels, qu'on ait fait des études ou pas, qu'on le veuille ou non, et cela se voit tous les jours dans nos villes et nos campagnes. A des degrés divers, il est vrai, mais des nuances existent. Et chacun est libre de puiser dans l'une ou l'autre des cultures, qu'il lui soit donné la chance de vivre ou d'étudier, ce qu'il pourra, mais également ce qui lui plaira. De créer son alchimie particulière, d'avoir une saveur unique, avec un bouquet riche, à l'image de notre bonne cuisine. Ainsi que de l'exporter et de la diffuser, en tout ce qu'elle a de bien et de positif.

Nous sommes multiculturels, c'est celle-là notre identité. Et plus vite on l'admettra, mieux on vivra bien, dans l'acceptation de soi-même d'abord, mais également dans l'adhésion et l'ouverture aux richesses des autres cultures du monde.

LIRE AUSSI: Le paradoxe marocain (BLOG)