Huffpost Tunisie mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Meriam Letaief Headshot

Comment des étudiants étrangers de 19 ans perçoivent-ils la femme tunisienne?

Publication: Mis à jour:
TUNISIA WOMAN
ASSOCIATED PRESS
Imprimer

Moi jeune tunisienne de 19 ans, j'ai pu voir d'autres jeunes de mon âge de différents pays et j'ai pu voir aussi la manière dont ils nous perçoivent, nous Tunisiens d'après révolution.

J'étais la seule fille arabe à participer au RYLA (Rotary Youth Leadership Award), un séminaire de formation au leadership destiné aux jeunes (avec un autre jeune tunisien). Séjour que j'ai pu effectuer dans le cadre des activités du Rotaract Club (un club parrainé par le Rotary club et qui regroupe des jeunes de 18 à 30 ans).

Le RYLA'16 Istanbul a duré 5 jours et a réuni un groupe de 10 jeunes venant de la Tunisie, de l'Italie, de l'Allemagne, de la Côte d'ivoire, de la Macédoine et des Pays-Bas.

Le programme, très dense, s'est déroulé sans encombre grâce à la ponctualité des stagiaires et la courtoisie des accompagnateurs turcs. Les formations instructives et captivantes de leadership étaient ponctuées d'échanges entre participants.

J'étais fière d'avoir la lourde tâche de représenter mon pays parmi une dizaine de jeunes étrangers et d'être à leurs yeux l'exemple de la Tunisienne.

ryla

Cependant, j'étais offensée par l'image qu'ils avaient de la Tunisie.

Certains ont été surpris par mon niveau d'anglais et m'ont demandé comment je pouvais bien parler l'anglais alors que j'étais Tunisienne. Ils ont été surpris davantage lorsque je leur ai dit qu'en Tunisie on apprend 4 langues au lycée. Oui à 19 ans en Tunisie, on a appris l'arabe dès 5 ans, le français à 7 ou 8 ans, l'anglais quelques années après et une autre langue dite optionnelle deux ans avant le bac.

On m'a dit aussi que j'étais chanceuse d'être étudiante, croyant que la plupart des Tunisiens ne pouvaient pas continuer leurs études dans des universités. J'ai dû expliquer qu'en Tunisie le pourcentage de filles aux universités est supérieur à celui des garçons.

J'ai eu le plaisir d'expliquer à ces jeunes venus de différents pays qu'être Tunisienne de 19 ans ne diffère pas vraiment du fait d'avoir le même âge chez eux. Nous suivons les mêmes cursus universitaires ou presque, nous regardons les mêmes séries, nous lisons les mêmes livres à succès et nous fredonnons les mêmes chansons.

Et quand on m'a demandé si une loi oblige les Tunisiennes à porter le voile et comment je m'habillais quand je suis dans mon pays, j'ai répondu fièrement qu'en Tunisie, la femme était libre.

Mais je l'avoue, j'ai caché le petit pincement au cœur que j'avais en pensant au harcèlement dans les rues, aux blagues sexistes et aux féministes qui luttent encore pour que cela s'arrête.

La jeune tunisienne de 19 ans que je suis en était à son premier voyage et pourtant mon ouverture d'esprit et ma connaissance de l'autre étaient aussi grandes que celles de ces jeunes de mon âge venus des quatre coins du monde.

N'est-ce pas ici une des particularités de notre culture tunisienne?

Ces questions posées m'ont permis de réaliser que certaines évidences sont en réalité de vrais atouts que nous avons et que c'est une chance que d'avoir 19 ans en Tunisie.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.