Huffpost Tunisie mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Mehdi Louati Headshot

Djerba: Finissons-en avec ce drame, Lalla Hadhria une zone naturelle et archéologique intouchable!

Publication: Mis à jour:
DJERBA
Mehdi Louati
Imprimer

Le lac d'Ofar, dénommé ainsi El Bahr Esseghir, donne lieu à plusieurs nominations vu ces multiples vestiges préhistoriques.

Une fois sur le plateau sableux de Rass Taguermess (Rass Rougga), on peut admirer les vestiges de Sidi Garous, cette tour antique transformée en mausolée à coupole.

Encore dans ce même lieu de toute beauté, le site de Lalla Hadhria ou la Sebkha de Tanit est ce qu'il reste du charmant petit port d'el Seguia. Ce n'est plus qu'un souvenir où l'on se procurait des rougets, seiches ou tortues qui ont laissé leurs empreintes sur le sable.

Et, là commençons à nous focaliser sur toute la panoplie des richesses que Djerba où l'île de Phla d'Herodote apparait comme une promesse.

djerba

Comment décrivez-vous les dunes qui existaient depuis les années 60? Un demi-siècle après, la petite mer (Bin el Bahrine) ne dépasse pas plus que 2 km de longueur après avoir été en partie comblé par des promoteurs immobiliers tombés du ciel.

djerba

De moins en moins de passage après ce qu'on appelle "la révolution": "ça nous est même arrivé de n'avoir personne".

De moins en moins de clients, les terrasses ne disposent plus aujourd'hui de tables où se restaurer. Outre, la stratégie touristique parait de plus en plus hésitante et la vision politique tâtonne à l'aveugle.

En fait, ce coin paradisiaque à Djerba fait souvent l'objet de plusieurs tentatives de méga projets en béton sur le littoral. Il y a quelques jours, il y a même eu la démolition d'une partie des dunes pour implanter un projet touristique sur ce territoire supposé être en "zone rouge".

djerba

Cela serait bien dommage de toucher à un endroit d'une telle beauté dans une île qui ne cesse de perdre son charme jour après jour.

Ça suffit la politique d'impunité, même les zones protégées sont massacrées au profit de quelques privilégiés par des autorisations qui ne sont pas locales mais parachutées de loin. Et quelle autorisation peut supprimer des dunes? De ce fait, la société civile à Djerba a bien compris qu'elle ne peut plus compter sur les gouvernements pour protéger son île.

djerba

Certes, les établissements hôteliers donnent des coups de fouet bénéfiques à l'économie, mais combien de temps ces constructions en béton résisteront-ils alors que la beauté de ce cordon littoral traverse les siècles.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.