LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Mehdi Louati Headshot

Djerba: Bir Roumi renaît de ses cendres

Publication: Mis à jour:
Imprimer

2017-11-22-1511322345-8083449-Sanstitreddd.jpg

Bir Roumi (le puits romain), il est aussi nommé le puits artésien. Ce monument qui date de l'ère colonial, constitue aujourd'hui un patrimoine et un éminent souvenir de la mémoire collective de Djerba. Situé au cœur de la ville Houmt Souk en face de Jemâa Echeikh, il a été édifié par les autorités françaises en 1895.

C'est comme si c'était hier, ses Sarouts (canaux) atteignaient les régions de Boumellel et Beni Bandou et même Mellita (à côté de l'aéroport), couvrant toute cette zone de prospérité par son eau salée et chaude.

En effet, le puits n'a pas maintenu son activité initiale après l'indépendance, il a été rénové pour servir de fontaine, dotée d'un affable jardin public.

Et depuis, le puits fut oublié pour des années et est tombé en ruine. Même les traces de ses Sarouts sont encore visibles.

Comme tout le pays, les espaces publics souffrent d'ordures et de déchets, une chose qui a poussé un groupe de jeunes patriotes en partenariat avec l'association Jlij pour l'environnement marin AJEM, qui comme l'indique son nom, est une entité experte en la matière; à venir rénover le puits.

2017-11-22-1511322874-630734-22308686_1416113968502991_9155671825069135417_n.jpg
crédit Photo :Yvette Haakmeester

En réalité, ce groupe composé de Salem, Yassine, Nizar et guidé par Soumaya, a eu l'idée et la passion d'embellir ce lieu dans le cadre du programme Mosta9bali en collaboration avec la mairie de Houmt Souk Djerba et l'organisation allemande Mithost. Ce noble projet a été financé par le Bureau fédéral des affaires étrangères allemand dans le but d'inciter les jeunes à devenir des citoyens actifs et des ambassadeurs du changement.

En plus de ces bénévoles, deux jeunes artistes ont décoré le puits par leurs calligraphies et fresques: Il s'agit de Bayrem Tounsi et Ashraf Abdelladhim.

Certes, on aurait bien souhaité que ça reprenne les couleurs locales, mais c'est sans aucun doute une initiative à généraliser et qui servira de modèle.

2017-11-22-1511322398-821207-23519291_854071131426095_1444106970295478641_n.jpg

Quelques jours après, une minorité inconsciente et laxiste, ne voulant pas laisser tranquille ce joyau, abime l'effort ce ces jeunes. Faut-il commencer par restaurer les cerveaux? Le chemin est long.

Toutefois, l'équipe et l'association se chargeront à nouveau de rendre l'éclat à cette source de vie.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.