LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Martin Lozniewski Headshot

Mon expatriation au Maroc m'a permis d'avoir un regard différent sur le monde

Publication: Mis à jour:
MARRAKECH AIRPORT
Wikimedia Commons
Imprimer

SOCIÉTÉ - L'expatriation est un concept clé du XXIe siècle, couramment utilisé dans la vie de tous les jours pour désigner ces étudiants et cadres qualifiés s'établissant à l'étranger pour des raisons académiques et/ou professionnelles. C'est sûr, dit comme cela, ça fait rêver. Mais ne nous méprenons pas. Quitter son pays pour un autre bout de terre où la langue, la culture, les croyances, les traditions, la façon de penser et de se comporter en société, la situation économique, le régime politique et l'opinion publique diffèrent n'est pas aussi facile que ce que certains pourraient, à tort, le prétendre.

Selon la théorie "U-curve adjustement", pensée par Black et Mendenhall en 1990, la grande majorité des expatriés passeraient par quatre phases distinctes pendant leur séjour à l'étranger: l'étape de "lune de miel" (1), de crise (2), d'adaptation (3) et de maturité (4). Une fois ce processus parfois long et complexe terminé, chaque individu, de manière consciente ou non, tend à comparer de multiples aspects, enjeux et faits de société de son pays d'origine avec ceux de sa terre dite d'accueil.

Dans ce sens, après avoir vécu plus de quatre ans hors de l'Hexagone, je me pose des questions: voyager et m'ouvrir à de nouvelles cultures me permet-il de relativiser et prendre du recul sur les problèmes sociétaux que nous affrontons quotidiennement en France? En tant qu'Européen, est-ce possible d'avoir le même regard sur le monde que des personnes provenant de l'autre hémisphère? L'expatriation m'a-t-elle vraiment éloigné de mon pays d'origine ou m'en a-t-elle rapproché?

Novembre 2016, à l'occasion de la COP22, en tant que chargé des relations publiques internationales des membres du Comité de pilotage de la Conférence des parties, je foule pour la première fois le sol marocain. Durant une quinzaine de jours, des représentants de divers gouvernements, institutions, organisations et entreprises multinationales se rencontrent à Marrakech pour déterminer des actions concrètes à mettre en œuvre pour freiner le réchauffement climatique planétaire. Immergé dans une cohabitation pluriethnique temporaire gigantesque, je prends conscience à ce moment précis que l'ethnocentrisme dont nous faisons tous preuve est un frein bien réel aux relations pluriculturelles.

Je me demande alors: est-ce que tisser continuellement des liens avec des personnes provenant d'autres pays m'aiderait à gommer cette manière maladroite mais naturelle de dénigrer ce qui me semble incompréhensible et parfois même exaspérant? Ma perception de la situation est-elle plutôt influencée par ma culture d'origine, mon éducation ou par mes expériences personnelles du passé? Un peu des trois? Peut-être. Pas sûr. En tout cas, s'il y a une chose dont je suis à peu près certain, c'est que m'ouvrir au monde m'a permis d'être plus tolérant, flexible, patient et d'avoir une ouverture d'esprit plus large.

Lors de mon séjour au royaume chérifien, assis autour d'une table avec des collègues marocains, je me livre et perçois assez vite que nos préoccupations et visions générales sur nos deux sociétés divergent. De leur côté, malgré les difficultés socio-économiques, entre autres, que subit leur pays, ils conservent un certain optimisme et ne semblent pas inquiets du sort de leur continent. Ils m'expliquent que l'Afrique sera la terre de l'avenir et qu'elle est déjà celle du présent, que cette région du monde qui a connu durant des années une évolution assez lente se développe aujourd'hui à un rythme effréné et que pour devenir l'un des moteurs de notre planète, elle devra d'abord parachever sa décolonisation, réactualiser les valeurs qui sont les siennes et proposer un projet de civilisation ancré dans "ses potentialités heureuses".

En ce qui me concerne, le portrait que je dresse de la France est beaucoup plus pessimiste et anxiogène, un point de vue que mes interlocuteurs ne partagent pas. Pour eux, l'Hexagone représente avant tout un pays du Nord où les droits de l'Homme sont défendus, où "Liberté, Égalité, Fraternité" représente bien plus qu'une devise, où le système de santé et la politique sociale nationale se montrent solidaires et généreux envers ses concitoyens et où les inégalités socio-économiques ne sont pas aussi clivantes qu'au sud de la Méditerranée. Pour moi, la France est un pays où il fait bon vivre et dans lequel, paradoxalement, à tort ou à raison, la lamentation et l'autocritique perpétuelles sont reines.

Après une longue conversation avec mes collègues étrangers, je prends du recul sur mon discours et je relativise. Aussi, je me demande si le dialogue interculturel pourrait influencer l'opinion que je me fais de mon pays depuis l'intérieur ? Dans mon cas, la réponse est oui.

En septembre 2011, j'avais quitté la France pour m'installer à Saragosse, en Espagne. J'avais alors envie de quitter un temps ma zone de confort pour découvrir un mode de vie qui me correspondait davantage, tout du moins, je le supposais. Sur place, l'étiquette que l'on m'avait attribuée était celle du Français. On me posait très souvent les mêmes questions: "Est-ce que tu peux me dire quelque chose, n'importe quoi, en français?", "D'où viens-tu? De Paris?" ou encore "Pourquoi est-ce que les Français, en règle générale, vous semblez toujours être agacés ou dérangés par quelque chose?".

Parfois, les questions que l'on me posait s'articulaient plus autour de sujets de fond comme l'actualité politique, économique et faits de société en France. Aux yeux de mes interlocuteurs étrangers, j'étais perçu comme une source d'information légitime pour tout ce qui était plus ou moins directement lié à mon pays. En renseignant mon entourage, j'ai commencé, moi aussi, à m'intéresser de plus près à ma culture d'origine, ce que je faisais déjà lorsque je baignais dans un environnement franco-français, certes, mais à un degré d'implication beaucoup moins important.

Ces deux expériences, bien que différentes en termes d'intensité, m'ont permis de prendre de la hauteur et d'observer la France à travers un spectre plus large. Oui, l'immersion, de courte ou de longue durée, au sein d'un environnement culturel étranger, m'a permis de relativiser et d'avoir une vision plus globale, plus complète, plus juste et plus internationale de mon pays d'origine.

LIRE AUSSI: