Huffpost Maroc mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Marine Miquel Headshot

Notre avenir... Et si on souriait?

Publication: Mis à jour:
BONHEUR
DR
Imprimer

LIFESTYLE - Heureux ceux qui comprennent la loi de l'attraction, ici, nulle question de parler physique quantique, et l'objectif est de garder en éveil surtout les sceptiques, dans une tentative de les transformer en proton. En effet, je crois que l'éveil, enfin, le réveil de nos sociétés, mais surtout la condition de l'amélioration du bien-être de l'humanité passe et passera par un séisme d'ondes positives.

Pourquoi? Loin de moi l'envie d'adopter un discours bisounours et de me décrédibiliser, je pars déjà avec de sacrés fardeaux dans le jeu de l'influence décisionnelle: je suis une femme et je serai toujours jeune. Je pense pourtant qu'il est plus que jamais temps de faire confiance et d'insuffler une grande vague de tolérance. De toutes mes forces, encrée dans le sol je suis, comme un Saint Thomas je ne crois que ce que je vois, et comme une française, d'emblée je suis perplexe; toutefois il est temps de faire confiance à un peu de magie, nous en avons tous tant besoin!

Grande chance que cette magie-là convienne aux plus rationnels, car décrite et prouvée de façon empirique et factuelle. La potion est simple: une dose de pensées, quelques pincées d'actions, un soupçon d'influence, un zeste d'impact médiatique de tout ça sur l'opinion publique: vous maîtrisez l'art des prophéties auto-réalisatrices! La confiance est à l'économie ce que le placebo est au médicament.

En terme de confiance, arrêtons les économies et faisons place à une inflation de confiance. Il est venu l'ère de la liberté, le temps des idées. Ce nouveau monde collaboratif et digital dans lequel nous entrons doit être vu comme une opportunité, non comme une précarisation ou une punition. Je recommande grandement la lecture de "La nouvelle société du coût marginal zéro", dans laquelle Jeremy Rifkin décrit les nouvelles règles du grand jeu de l'économie et je pense aussi de façon intrinsèque celles de l'organisation mondiale.

Je vous invite aussi à écouter le discours brillant d'Emanuelle Duez lors du Positive Economy Forum de l'édition 2015, qui explique de façon magistrale l'impact des générations X et Y dans les transformations des économies et des organisations des sociétés. l'occasion pour moi de transmettre les clés pour comprendre et faire appréhender de la façon la plus claire possible, les nouveaux paradigmes de nos sociétés.

Nous sommes en pleine révolution industrielle, plusieurs facteurs exogènes et endogènes ont aussi participé à dessiner le changement social que nous décelons aujourd'hui. L'état des États, c'est nous qui allons pouvoir le créer, grâce à cette nouvelle économie, économie de l'innovation et de la création, disruptive et collaborative.

Nous ne sommes pas seulement dans une nouvelle société des entrepreneurs et de la "startupisation", nous entrons à l'ère de la responsabilisation des individus, et des citoyens entrepreneurs de vie et créateurs de destins.

Cette liberté absolue est un luxe, et son prix conséquent: sur l'étiquette, on l'appelle changement. Alors c'est sûr qu'il va falloir être fort, faire preuve de résilience et d'ouverture d'esprit, de tolérance, et de remise en question, en permanence. Se réveiller chaque matin en étant sûr d'une seule chose, que l'avenir est incertain.

Mais je me lève ce matin et me dis, peut-être préférai-je cette insécurité ainsi, plutôt que derrière un bureau sur un siège enfoncé, être assise et être sûre de longtemps y rester. Maman, papa et à tous mes frères: désolée de vous décevoir, je choisis la liberté. Je choisis ce qui paraît le pire, pour le meilleur. Je choisis à la sécurité et aux RTT, la risquophilie, de longues heures de travail sans aucune garantie de succès in fine.

Je choisis d'adopter et de promouvoir la culture de l'échec; la seule grâce à laquelle je n'aurai plus jamais peur le matin, la culture de la tolérance, celle qui me donne confiance, la seule sage qui me dit de me planter pour me cultiver. Je choisis de zapper un monde terne dont on a hérité, et de laisser parler ceux qui nous disent que nous sommes la génération précarité, et me laisse à penser que les seuls précaires seront toujours les désenchantés.

Je choisis un monde libre et illimité, dans lequel les limites moi seules me les fixerai. Je choisis la difficulté et j'assume, je choisis l'envie de culture car j'ai la dalle de curiosité et la conscience de n'être jamais rassasiée. Point d'amalgame, cette boulimie de savoirs et de compétences, de découvertes et d'expériences n'est ni le fruit de l'immaturité ni celui de la crédulité.

Il est au contraire la preuve d'une grande sagesse je crois, face aux nouvelles nécessités d'un monde dans lequel rien ne sera jamais gagné. La remise en question et l'apprentissage, voilà ce qui est sage, nous avons tous à présent cette nécessité d'être des étudiants permanents.

Nous avons aujourd'hui le luxe de vivre dans un monde où il sera possible de réaliser le rêve de petits et grands et pourquoi pas de garder des âmes d'enfants; en oubliant la nécessité de cynisme que l'on se force à adopter quand on nous parle de rêve une fois l'âge adulte arrivé.

Accueillons avec joie les possibilités qui s'offrent à nous, et formons-nous pour pouvoir bénéficier au mieux des choses positives qui découlent de tous ces changements. Aujourd'hui nombreux sont ceux qui ont compris ces nouvelles logiques et qui n'attendent pas que la chance tombe un beau matin avant qu'on leur fasse confiance.

J'admire tous les étudiants et créateurs d'entreprise qui rejoignent par exemple le vivier de talents sur www.werevo.com. Ils sont tous pour moi des personnes qui déclenchent la confiance et osent faire et se faire confiance. Je remercie son fondateur Faouzi Anajah de m'avoir fait confiance en premier lieu en me confiant une mission werevo sur un lancement de campagne de grande envergure qui me permet aujourd'hui de travailler par exemple avec Blaise Matuidi.

Dans l'état normal des choses personne, n'aurait confié tant de responsabilités à une jeune première. Je le remercie aussi de m'avoir fait l'honneur de rejoindre son équipe et surtout d'avoir pensé à un système disruptif tel que Werevo, qui permet enfin à chacun d'oser entreprendre, en développant les talents, et les entreprises, en pensant un outil au service de la confiance.

Dans le paradigme actuel, il ne s'agit pas d'opportunisme, il s'agit de savoir déclencher les opportunités et de tout faire pour se former, se cultiver et développer de nouvelles compétences; aller cueillir sa chance et gagner beaucoup en expérience. Les expériences, bonnes et mauvaises, celles qui font de vous ce que vous êtes.

Intemporelles, intergénérationnelles et universelles, les expériences qui font que jusqu'au bout du chemin de notre vie nous grandissons toujours, et apprenons en toute humilité, jusqu'au dernier instant de notre court passage au sein de l'humanité.

Au terme du charabia non exhaustif d'une citoyenne du monde engagée pour la paix et la sérénité, je vous laisse méditer: "J'ai appris à marcher; de moi-même, depuis je cours. J'ai appris à voler; pour avancer, depuis, je ne veux plus qu'on me pousse! Maintenant je suis léger, maintenant je vole, maintenant me vois au-dessous de moi; par moi c'est maintenant un dieu qui danse. Ainsi parlait Zarathoustra" (F. Nietzsche).

Ne laissons plus personne nous convaincre d'une existence de misère et d'un avenir désenchanté. Embrassons cette nouvelle ère de libertés. Siècle de lumière à nous seuls de dessiner.

LIRE AUSSI: Les Marocains parmi les peuples les plus optimistes du monde