LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Marie-Louise Coleiro Preca Headshot

Garantir les droits des femmes et des jeunes filles, vecteur fondamental du développement des pays méditerranéens

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Compte tenu des changements rapides bouleversant le monde actuel, notre vision sur le futur de l'autonomisation des femmes dans la région méditerranéenne doit avant tout répondre aux phénomènes complexes auxquels sont confrontées les familles et les communautés de notre région.

Ceux-ci comprennent les processus de conflit et de migration, les modifications profondes de la situation démographique de nos nations, et de nouvelles opportunités pour la transformation positive du statu quo qui a encouragé une attitude unidimensionnelle envers les questions de genre, au détriment des femmes et des jeunes filles.

En tant que Présidente de Malte, une nation au coeur de la région méditerranéenne, et en tant que femme, j'ai vécu personnellement ces enjeux spécifiques et j'ai pu également mieux ressentir la grande résilience et l'esprit de sacrifice dont ces femmes et ces jeunes filles font preuve, jour après jour, pour améliorer leurs vies et celles de leurs familles.

La 3e Conférence ministérielle sur le renforcement du rôle des femmes dans la société, promue par l'Union pour la Méditerranée en 2013, avait déjà souligné la nécessité pour nos pays méditerranéens d'en faire davantage, afin de garantir une plus grande autonomisation des femmes et des jeunes filles de la région euro-méditerranéenne, lors de notre voyage vers l'obtention d'une équité, d'une égalité et d'une inclusion réelles.

Je pense que nous devons continuer à reconnaître le rôle important joué par les femmes dans les changements survenus dans notre région, en particulier en encourageant leur plus grande participation au développement politique, économique, culturel et social de l'Euro-Méditerranée.

Je suis convaincue que la Conférence ministérielle de 2017 contribuera plus fortement à un changement positif dans l'attitude et le comportement à l'égard des femmes et des jeunes filles dans notre région. Il me semble que nous devons avant tout être unis pour condamner fermement toutes les formes de violence et de discrimination, en particulier celles qui sont basées sur le genre.

Ce point est particulièrement essentiel car les femmes et les jeunes filles souffrent énormément des conséquences des conflits armés, qui provoquent actuellement une violence sexiste beaucoup plus élevée. La pauvreté et la précarité rendent les femmes et les jeunes filles très vulnérables suite à la perte des emplois et à un manque de possibilités adéquates d'éducation et de logement élémentaire.

Les déplacements massifs de population sont devenus chose courante. En fait, selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, les femmes représentent presque la moitié de tous les réfugiés dans le monde. Les études démontrent que le genre est un facteur essentiel qui engendre des risques plus élevés pour les femmes et les jeunes filles dans de telles situations.

Si nous voulons atteindre notre objectif de paix, il nous faut revitaliser notre héritage mondial des droits humains universels, ce qui est le moyen le plus sûr de promouvoir des sociétés inclusives. Et comme l'a si bien exprimé Nelson Mandela, "priver les gens de leurs droits fondamentaux revient à contester leur humanité même".

Nous ne pouvons pas garder le silence lorsque l'humanité d'une infinité de femmes n'est ni respectée, ni protégée. Il est essentiel de continuer à donner une priorité absolue à une approche inclusive, fondée sur les droits, au sein de nos nations et de la région euro-méditerranéenne afin de remédier efficacement à ces problèmes.

En outre, si nous souhaitons réellement arriver à une paix et à une prospérité durables, je pense que nous ne pouvons pas agir sur la base de notre seul intérêt national. Nous devons adopter une approche à l'échelle de toute la région. Il nous faut comprendre que le progrès de nos pays doit être accompagné d'une transformation globale, bénéficiant à l'ensemble de notre région euro méditerranéenne.

C'est la raison pour laquelle, nous devons être guidés, dans tous nos efforts, par le mandat de l'Agenda 2030 des Nations-Unies et ses objectifs de développement durable. L'Agenda 2030 est une feuille de route qui comporte un système de valeurs qui encouragent le respect de la dignité humaine, la recherche de l'équité, l'accès effectif à la participation démocratique et des chances égales de prospérité.

Dans le climat actuel d'incertitude, lorsque de si nombreux défis doivent être constamment relevés, nous ne pouvons pas nous permettre de douter de nos objectifs si nous voulons obtenir l'équité et l'égalité entre les sexes ainsi que l'inclusion des femmes. Nous ne pouvons pas être fiers de nous si les indicateurs de l'Organisation mondiale de la santé nous disent qu'une femme sur trois dans le monde est exposée à un risque important de violence physique ou sexuelle.

Nous ne pouvons pas être fiers de nous lorsque les données de la Banque mondiale nous informent que, dans le monde entier, les femmes sont systématiquement moins bien payées que les hommes, ne recevant en moyenne que 60 à 75 pour cent du salaire des hommes, ce qui accroît leur risque de précarité.

Nous ne pouvons pas être fiers de nous lorsque la Commission européenne elle-même signale que les femmes et les jeunes filles sont particulièrement susceptibles d'être victimes de trafic et d'autres formes d'esclavage moderne. Nos autorités doivent prendre des mesures en faveur des personnes les plus vulnérables de notre société dans l'ensemble de la région euro méditerranéenne.

Ce sont les femmes et les jeunes filles, fuyant la persécution dans leurs pays d'origine, qui courent le plus grand risque de violence physique, sexuelle et psychologique. La plongée dans la précarité d'un nombre croissant de femmes provoque la souffrance permanente de familles et de communautés entières, affectant plusieurs générations.

Je crois que nos autorités, nos décideurs politiques et les activistes de la société civile de la région méditerranéenne doivent conjuguer leurs efforts pour garantir une réponse adéquate à ces situations.

Je crois qu'il est de notre devoir d'exiger une responsabilisation accrue et un suivi plus précis, au sein de la région méditerranéenne, en ce qui concerne les manières dont nos communautés, sociétés et nations travaillent pour améliorer les vies des femmes et des jeunes filles sur le terrain.

Nous devons trouver les moyens d'unir les femmes de la Méditerranée contre ces menaces. Nous devons les encourager à partager leurs expériences et à tirer profit de chaque plateforme afin de promouvoir la participation des femmes à la recherche de la paix et du bien-être.

Nous devons être plus disposés à écouter ce que les femmes et les jeunes filles ont à nous dire et prendre des mesures pour répondre aux problèmes de leur vie quotidienne. Nous devons donner la priorité aux besoins et aux exigences de toutes les communautés locales. Nous devons mettre l'accent sur une approche ascendante qui place l'individu et la communauté au centre de toutes nos stratégies.

Trouvons des moyens de rassembler les femmes de notre région méditerranéenne, surtout celles qui sont parvenues à obtenir des changements tangibles au sein de leurs communautés. Les stratégies de partage et d'apprentissage mutuel sont fondamentales pour relever les défis de la prospérité.

Unissons-nous dans la quête de la paix, de la prospérité et du bien-être. Travaillons ensemble pour bâtir un héritage méditerranéen constitué de droits humains universels et de libertés fondamentales, sauvegardant ainsi l'équité et la dignité pour chacun des membres de notre famille humaine.

LIRE AUSSI: