LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Marcia Sirota Headshot

6 pièges parentaux qui feront de votre enfant un sociopathe

Publication: Mis à jour:
SOCIOPATH CHILD
Teresa Short via Getty Images
Imprimer

Les parents souhaitent ce qu'il y a de mieux pour leurs enfants. Ils posent des gestes en fonction de ce qu'ils croient être bénéfique pour leurs rejetons. Malheureusement, il existe quelques idées préconçues qui font plus de tort qu'il n'en paraît.

Quand les parents tombent dans ces pièges, ils encouragent leurs enfants à être la pire version d'eux-mêmes plutôt que le meilleur. Ces gestes peuvent même transformer un enfant en un sociopathe. Cela peut paraître un peu fort comme affirmation, mais c'est la triste vérité.

Comment les parents peuvent-ils faire de leurs enfants des sociopathes? Il y a six pièges à éviter, six gestes que les parents posent en croyant qu'ils sont bons pour leurs enfants. C'est plutôt le contraire.

1. N'imposer aucune limite. Plutôt que de fixer des limites et des normes autour du comportement de l'enfant, le parent cède et/ou permet à l'enfant d'être égoïste, égocentrique, insensible et/ou indifférent.

Le parent peut croire qu'imposer des limites est méchant ou que cela empêche l'enfant de s'exprimer librement, d'être authentique. C'est faux. C'est bien moins mesquin de laisser connaître à l'enfant ce qu'on attend de lui et ce qui est inacceptable que de le laisser se mettre dans le pétrin parce qu'il ne connaissait pas les règles.

2. N'infliger aucune conséquence. Le parent est incapable de prescrire des conséquences significatives à la mauvaise attitude et au mauvais comportement de l'enfant.

Le parent peut avoir peur de heurter l'enfant en imposant une punition, mais c'est bien plus dommageable de ne rien faire. Le parent empêche alors l'enfant d'apprendre de ses erreurs et de corriger son comportement. L'enfant est élevé sans comprendre ce qui est bien et ce qui est mal et il ne saisit pas la notion de remords.

3. Laisser passer les réactions inappropriées. Le parent minimise et/ou trouve «mignon» les réactions blessantes, égoïstes, impulsives, destructives, cruelles ou irréfléchies de l'enfant.

Le parent n'aide pas sa cause lorsqu'il est en déni devant la capacité de l'enfant d'agir méchamment. Le parent doit cesser d'idéaliser son enfant. Il doit voir que même leur petit trésor est capable de mauvais comportement. C'est son devoir de parent de guider l'enfant dans le droit chemin. Si le parent ne sort pas de son déni, il sera incapable d'être un bon guide pour son enfant.

4. Ne transmettre aucune valeur. Le parent est incapable d'inculquer la morale, l'éthique, la compassion, l'empathie, la gentillesse et la discipline à l'enfant.

Nous vivons dans un monde relativement moral. Lorsque le parent échoue à enseigner à l'enfant à être bon et à bien faire les choses, l'enfant n'a pour modèle que ses pairs et ce qu'il voit dans les médias.

5. Surprotéger. Le parent protège son enfant contre les conséquences du monde extérieur lorsque celui-ci ment, triche, vole, intimide ou blesse les autres.

Lorsque le parent surprotège l'enfant de la sorte, il l'abandonne. Les enfants grandissent et apprennent sans cesse. Leur caractère se forge, de façon positive ou non. Lorsque le parent fait en sorte que les conséquences des professeurs, des entraineurs ou des employeurs s'effacent, il renforce le message voulant que le mauvais comportement de l'enfant n'a pas d'impact.

6. Ne rien mettre en perspective. Le parent dit à l'enfant ou lui fait comprendre qu'il est «spécial», meilleur et plus méritant que les autres.

Il est primordial d'encourager l'estime de soi chez un enfant. Mais la flatterie continue mène à l'égocentrisme. Un bon amour propre rendra un enfant confiant; trop de flatterie mène à la mégalomanie.

Les six pièges énoncés mèneront un enfant à penser qu'il est meilleur que les autres. Il n'aura que très peu d'empathie et d'intérêt pour les autres et deviendra égocentrique. L'enfant n'aura aucun respect pour les règles et croira qu'il peut tout se permettre, que tout lui est dû et qu'il ne fera jamais face à des conséquences.

Si vous souhaitez être un parent aimant et attentionné, évitez ces pièges. Sinon, vous serez en partie responsable d'avoir créé des monstres.

Abonnez-vous à mon infolettre mensuelle ici (en anglais).

Écoutez ma dernière balado ici. L'auteure et psychologue Emily Esfahani Smith nous dit comment vivre pleinement (en anglais).

Ce texte initialement publié sur Huffington Post Canada a été traduit de l'anglais.

Close
10 choses que font tous les parents quand les enfants partent pour le week-end
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.