LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Manon Aunay  Headshot

6 conseils aux jeunes de ma génération qui veulent réinventer la société

Publication: Mis à jour:
YOUNG WORK
Tom Merton via Getty Images
Imprimer

"Qu'attendons-nous pour réaliser que nous n'entrons plus dans le moule? Que se passera t-il quand dans 20 ans, plus aucun jeune n'acceptera de travailler dans de grandes entreprises? Que se passera t-il quand nous atteindrons un point de non-retour et que les grandes institutions seront dépassées par les capacités des jeunes diplômés? Que se passera t-il quand tous les étudiants auront en moyenne un BAC+8? Où allons-nous?!

La plus grande tristesse de ce constat sur la situation actuelle de notre génération est aussi notre plus grande force: on sait que le marché du travail n'est pas favorable, que les emplois perdent en réflexion et que les entreprises recrutent des BAC+5 pour des postes niveau BAC. Alors pourquoi lutter? Pourquoi essayer de faire comme les autres, alors que nous pouvons faire comme nous le souhaitons nous?!

Et si la société que l'on souhaitait, c'était nous qui l'inventions?

Si l'on avait les clés pour créer la société de notre choix; qu'aimeriez-vous faire? Qu'imaginez-vous être votre mode de vie idéal? Bien sûr, nous ne voulons pas tous la même chose et c'est bien là la difficulté mais aussi notre plus grande opportunité! Nous sommes des individus uniques; créons-nous notre mode de vie propre à chacun!

Pourquoi l'on ne créerait pas des emplois transverses, nous permettant de travailler 3 jours par semaine dans une grande entreprise et 2 jours dans une association?

Pourquoi l'on ne redéfinirait pas la notion même de l'emploi? Pourquoi devrions-nous travailler dans une seule et unique entreprise tout au long de notre vie?

Pourquoi ne pourrait-on pas aller à un cours de Yoga tous les matins et travailler de 12h à 21h?

Pourquoi devrait-on se contraindre spatialement et temporairement? Nous sommes tous différents, certains sont plus productifs le matin, d'autres la nuit. Pourquoi ne pourrions-nous pas travailler pour Bangkok depuis Paris et pour Buenos Aires depuis Nashville? Pourquoi on ne laisserait pas libre court à nos employés de travailler indépendamment, chez eux, ou ailleurs, quelques heures par semaine, leur laissant le temps de participer à des activités plus créatives et récréationnelles, dont nous avons tant besoin pour animer notre créativité et être davantage productif?

Pourquoi devrait-on continuer à labéliser nos métiers et pourquoi ne serait-il pas possible d'être Ingénieur/Community Manager ou Photographe/Avocat?

Pourquoi devrait-on continuer à dénommer les métiers de la même manière encore et toujours (Assistant Acheteur/Web Développeur/Account Manager)? Pourquoi ne pas créer nos propres métiers basés sur les compétences de chacun?

Pourquoi ne serait-il pas possible de faire de la peinture, du théâtre ou encore du basket au travail?

Pourquoi on ne ferait-on pas passer notre bien-être AVANT nos considérations monétaires? Parce que gagner de l'argent c'est bien, mais au fond, serons-nous vraiment heureux? Pourquoi les entreprises ne s'engageraient-elles pas davantage dans le bien-être au travail, proposant des activités artistiques, sportives, récréatives mais aussi en invitant des Coach/Psychologues à soutenir leurs employés dans leurs difficultés tant personnelles que professionnelles?

Pourquoi ne pourrait-on pas travailler 6 mois de l'année à Paris, en banque et 6 mois de l'année au Cambodge, dans l'humanitaire?

Pourquoi le travail en entreprise serait-il incompatible avec le travail en association? Pourquoi ne créerions-nous pas des structures mixtes? Après tout... La solidarité, c'est l'avenir non?

Pourquoi serait-il impossible de continuer à étudier tout en travaillant, et ce, tout au long de notre vie?

N'est-ce pas en continuant d'apprendre et de nous ouvrir sur de nouvelles techniques que nous serons plus performants? Pourquoi serait-il inenvisageable de faire de l'alternance tout au long de sa vie?

Vous me direz que si l'on crée tout cela, on gagnera moins d'argent. C'est vrai. Mais quand on y réfléchit bien, comment dépensons-nous celui que nous gagnons? Dans des vêtements, des objets, des choses matérielles dont nous n'avons pas vraiment besoin? Est-ce vraiment ça dont nous avons le plus besoin? Je me pose la question...

Alors qu'en pensez-vous? Quand est-ce qu'on casse les codes? Moi, je dis... MAINTENANT!

Ce billet est également publié dans son intégralité sur le blog Jeune génération Y.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.