Huffpost Maroc mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Majda El Krami Headshot

Affaire Saad Lamjarred ou la culture du viol

Publication: Mis Ă  jour:
SAAD LAMJARRED
Imprimer

SOCIÉTÉ - J'ai décidé, il y a un mois quand l'affaire de ce chanteur a éclaté, de ne pas en parler par respect pour la présomption d'innocence et surtout parce que je ne pouvais en aucun cas savoir mieux que la justice et les personnes proches de ce dossier ce qui se passait réellement dans tout ce brouhaha incompréhensible étant donné qu'aucun élément ne filtrait dans la presse.

Pourtant, les faits - d'un premier abord - étaient similaires à ceux qui lui avaient été reprochés aux États-Unis il y a quelques années en arrière et le fait d'avoir des doutes (énormes) sur son innocence était (et est toujours) tout à fait légitime. Entre temps, les éléments ont fini par filtrer et mon avis par devenir plus clair. Mais passons.

Ce qui m'a profondément choquée, c'est l'attitude complètement surréaliste de ses fans et de nos médias nationaux. Si les médias qui ont opté pour l'objectivité se comptent sur les doigts d'une main (et je suis gentille), d'autres ont vite crié au complot (algérien, c'est toujours un bon argument de merde pour rallier les quelques moutons égarés à une cause complètement hallucinante) et ont accusé la supposée victime d'être l'unique coupable dans cette histoire (Bah oui! Monter dans une chambre d'hôtel avec un mec ne serait-il pas au final pour "consommer"? "C'était SA volonté à elle"! Nous voilà à sonder les coeurs et les reins...).

Les fans quant à eux ont démontré à force de hashtags et de publications plus ahurissantes les unes que les autres (mention très spéciale d'ailleurs à la fan qui a déclaré, dans un élan de connerie gargantuesque, je la cite "Tu m'aurais violée, je ne t'aurais pas fait ce scandale c'est honteux") que la culture du viol est enracinée dans notre société, dans notre pensée misogyne, dans notre justice, dans nos rues... Bref, partout où on respire.

Ainsi, et pour être au courant de l'évolution de l'affaire, j'ai du me résigner à ne lire que la presse française. Les faits sont tout de même troublants: il était sous influence d'alcool et de cocaïne (rapport médical) et la victime présentait bel et bien des traces de violences et était visiblement sous le choc. Et il y a même des témoins! INCROYABLE! (Mais oublions, voulez-vous!).

Ce qu'il faut comprendre c'est que la justice (vous savez, la justice indépendante, pas la nôtre) ne badine pas avec le viol et la victime (supposée) a subi un interrogatoire, un examen médical approfondi et a certainement vu un psychologue ou deux. Aussi, l'argument selon lequel elle se serait infligée seule ses blessures est faux. Les médecins savent bien faire la différence entre l'automutilation et l'agression, il faut arrêter de fumer des troncs d'arbres.

Donc, s'il est derrière les barreaux jusqu'à cet instant T c'est qu'il y a bien des éléments concrets à charge contre lui. De plus, depuis l'épisode de son "évasion" du territoire américain (et s'il n'avait tellement rien à se reprocher, pourquoi avoir fui? "La rançon de la gloire", selon notre star planétaire), la justice française ne pouvait se permettre de prendre le risque de le remettre en liberté. Mais pourquoi j'en parle aujourd'hui précisément?

Pour deux raisons (similaires mais distinctes quand mĂŞme):

1- Je suis tombée sur des articles de presse tout à l'heure qui rapportent un rassemblement de plusieurs centaines de personnes devant le consulat de France à Casablanca ce matin (Pourquoi le consulat de France? Quel rapport? Donner une dimension politique à une affaire de viol? Pourquoi a 3ibad Allah! Pourquoi?). Une majorité de femmes (Pourquoi les filles? Pourquoi vous faites ça?! Pourquoi? Et si demain vous étiez victime de viol, aimeriez-vous que les Marocains soutiennent votre violeur? C'est quoi ce délire?) et des gens connus - journalistes, artistes - qui pleurent leur "frère bien aimé" parce qu'ils sont persuadés, au plus profond de leurs entrailles, qu'il est innocent (bah voyons!).

Donc en fait les entrailles savent mieux que la justice. Oui, pourquoi pas?! Et je vous épargne les pancartes avec le fameux "Nous sommes tous Saad Lamjarred". Déjà, je préfèrerais que ces personnes parlent en leur nom et ne pas m'inclure, ainsi que les Marocains qui ne se sentent pas concernés par cette affaire transformée en cause nationale, dedans.

Nous ne sommes pas TOUS Saad Lamjarred et il existe encore des personnes fort heureusement sensées qui demandent que justice soit faite. S'il est reconnu coupable, il payera, et s'il est innocent je demanderai à Dieu, à lui et à tous ses fans mes plus plates excuses (même si tout le monde s'en fout, mais je m'auto-donne de l'importance et c'est mon droit légitime... tant qu'on y est!).

2- Plus "hilarant", je suis tombée (faut vraiment que j'arrête de tomber, généralement ça me fait rire au début et ça finit par m'énerver à la fin) sur une nouvelle chanson (oui, parce qu'il y en a eu d'autres) qui pleure Saad, notre frère Saad, notre gentil, mignon, génialissime Saad! Il y a un milliard de trucs à pleurer sur notre pays mais nous, nous avons des gens qui pleurent un gars accusé de viol. Les paroles de la chanson sont "extraordinaires": "Lamjarred n'aie pas peur, Dieu le roi et tous les Marocains (WTF?) sont avec toi, Lamjarred n'aie pas peur, il y a la niyya (va traduire ça) et l'amour de tes parents...". Je ne vais pas m'amuser à traduire ça, je ne veux pas me faire violer l'ouïe une énième fois.

Bref, tout cela est bien triste et risible. Ne dit-on pas que "ktért lhémm tadde77ék" (traduction: "L'accumulation de problèmes finit par faire rire")? Pourquoi lutter pour les droits de la femme quand un (supposé) violeur reçoit le soutien des plus hautes sphères de l'État, des journalistes, des artistes, des hommes, des femmes, des enfants de notre pays? Qu'attendre d'un pays qui condamne, insulte par le biais de sa presse, intimide, lynche et diffame une supposée victime? Que comprendre dans cette histoire? Peut-être qu'au final le viol sera autorisé aux gars riches et mignons qui ont envie de se vider les b****s? Enfin, il faut déjà les avoir... les b****s.

Ce blog a été initialement publié sur Les chroniques de Majda.

LIRE AUSSI: