Mahmoud Triki

RECEVEZ LES INFOS DE Mahmoud Triki
 

L'éducation pour la prospérité et l'intégration économique du Maghreb

Publication: 24/06/2013 22h36

L'histoire économique nous apprend que l' « Education » mène à la prospérité économique, laquelle constitue un prérequis à la paix, la stabilité et le bien-être social. La Tunisie est un cas à considérer parmi les pays arabes non-producteurs de pétrole. Grâce à ses investissements dans l'éducation, et malgré la limitation de ses ressources naturelles, le pays jouit de l'un des revenus par habitant parmi les plus élevés dans sa catégorie.

A cet égard, P. Krugman, Prix Nobel d'économie, affirme que « si vous aviez à résumer par un seul mot le succès économique des Etats-Unis d'Amérique, ce mot serait 'l'Education' ». (New York Times, 10/08/2009).

Avec la globalisation des marchés, les principales universités des pays développés ont internationalisé leurs programmes, en exigeant de leurs étudiants d'effectuer une partie de leurs études à l'étranger. Les programmes d'échanges internationaux sont devenus les principaux piliers dans l'éducation universitaire en Amérique du Nord et en Europe. L'objectif est d'offrir une éducation mondialisée (Global Education), et d'assurer aux futurs diplômés une insertion efficace dans un marché de plus en plus mondialisé.

En plus d'une meilleure compréhension des différences culturelles, les échanges d'étudiants favorisent le développement de liens économiques entre les pays participants. En effet, les étudiants développent des relations amicales avec leurs camarades de classe et des affinités avec le pays organisateur. Ceci favorise la réalisation de projets communs et le développement de relations commerciales entre les participants et le pays d'accueil. C'est ce qui motive les gouvernements à offrir des bourses aux étudiants internationaux.

Toutefois, les échanges d'étudiants inter maghrébins restent très limités, voire inexistants. Ceci est dû principalement à la limitation des capacités nationales d'accueil des universités, qui donnent la priorité à l'inscription des nationaux, et à l'attitude négative à l'égard de la qualité des programmes offerts par les institutions universitaires maghrébines.

Les universités prestigieuses des pays développés ont internationalisé leurs programmes en ouvrant des campus dans différents continents. Plus de 350.000 étudiants américains par an se rendent à l'étranger pour effectuer une partie de leurs études à l'étranger. Aux Etats Unis d'Amérique, les grandes universités ont créé le poste de Doyen des étudiants internationaux. A part quelques exceptions qui restent relativement modestes, les pays du Maghreb sont restés à l'écart de ce mouvement d'internationalisation, et leurs institutions universitaires restent cloisonnées et fermées sur elles-mêmes.

Dans son discours du Caire (en juin 2009), le Président Obama a appelé à un « Nouveau Commencement » par le biais d'une expansion des programmes d'échange et l'ouverture de centre d'excellence scientifique. Les Etats Unis d'Amériques font de l'éducation un axe stratégique de politique étrangère pour améliorer leurs relations avec les pays partenaires, stimuler leurs échanges commerciaux avec ces pays, et développer leurs relations économiques internationales. Il en est de même pour les pays européens.

Il est temps que les systèmes universitaires maghrébins s'inscrivent dans la logique de l'internationalisation de leurs activités, en développant leurs programmes d'échanges avec les pays maghrébins, les pays africains et les pays développés. C'est ainsi qu'il sera possible de former des cadres aptes à opérer efficacement dans l'économie mondiale, et à se positionner dans le marché international de l'emploi, de favoriser l'intégration économique maghrébine et d'intégrer leurs économies dans l'économie mondiale.

En collaboration avec des universités prestigieuses, les universités maghrébines peuvent créer des pôles universitaires d'excellence académique susceptibles d'attirer des étudiants maghrébins, et non maghrébins. L'accent devrait être placé sur des programmes liés à la science, la technologie, l'entreprenariat, et le management. L'objectif est d'aider des entrepreneurs locaux dans le « transfert d'idées sur le marché pour qu'ils puissent créer plus d'emplois. Ces nouveaux « hubs » éducationnels vont entraîner l'élite de la région, et stimuler les échanges entre facultés, et étudiants parmi les pays du Maghreb, et l'ensemble des pays. Ces pôles vont contribuer à l'intégration économique du Maghreb, et serviront de vitrine pour l'amélioration des systèmes universitaires dans leurs régions respectives.

 
Suivre Al HuffPost