LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Maati Kabbal Headshot

Souad Ayada, itinéraire d'une philosophe devenue présidente

Publication: Mis à jour:
SOUAD AYADA
DR
Imprimer

C'est dans l'ombre intime du silence que naît l'éclaircie de la pensé, dirait le philosophe Heidegger. Cette phrase peut parfaitement s'appliquer à Souad Ayada, une philosophe dont la pensée est solidement ancrée dans les spiritualités. Elle est l'auteure d'un essai des plus brillants sur Avicenne, paru aux éditions Ellipses et de nombreux autres travaux dont "L'Islam des théophanies" et "L'art, un miroir du sacré?", un collectif dirigé avec Maurice Arama et publié chez Albin Michel.

Elle a également consacré une série d'articles à Louis Massignon. Elle a participé à l'édition des "Écrits mémorables" de Louis Massignon. Elle partage avec son mari, le philosophe Christian Jambet, cette passion pour le soufisme. Souad Ayada, qui occupait jusqu'à présent le poste d'inspectrice générale de l'éducation nationale et doyenne du groupe de philosophie, vient d'être nommée par Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, à la tête du Conseil supérieur des programmes. Sa mission, entre autres, est d'ouvrir le dialogue avec les enseignants et les syndicats, deux corps importants avec lesquels elle doit composer étroitement. Jusqu'à présent, ces deux instances n'ont pas réagi officiellement. Dans l'immédiat, elle aura à gérer avec le conseil le dossier des contenus enseignés au lycée et évalués lors du baccalauréat. Ses deux prédécesseurs, Alain Boissinot et Michel Lussault, n'ont pas réussi à convaincre ni à faire consensus à la tête de ce poste sensible. Le premier a jeté l'éponge en 2014. Le second a claqué la porte pour désaccord avec le ministre. C'est donc une inconnue, en terrain inconnu voire hostile, qui arrive au Conseil.

Souad Ayada est le pur produit de l'école publique française. Née au Maroc en 1970, elle arrive en France à l'âge de 4 ans. Elle poursuit ses études universitaires à l'université de Lille. Elle est agrégée de philosophie à l'âge de 23 ans, ce qui lui permet d'être allocataire de recherche. Elle enseigne la philosophie au lycée à Lille et Créteil. En 2011, elle est inspectrice générale. Parallèlement, elle mène une réflexion philosophique sur les spiritualités et l'esthétique. Le focus est porté sur l'œuvre et l'actualité de Louis Massignon.

Si Najat Vallaud-Belkacem et Myriam El Khomri ont occupé des postes ministériels grâce à la politique, Souad Ayada, elle, est issue de la philosophe. Elle tentera de mettre de la sagesse au sein du grand chantier de l'éducation ouvert par Emmanuel Macron et son ministre de l'Éducation nationale. L'avenir nous dira si cette femme de la pensée est aussi une femme faber, du faire et de l'action.

LIRE AUSSI: