LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Maati Kabbal Headshot

Louis-Ferdinand Céline, pamphlétaire pour l'éternité

Publication: Mis à jour:
LOUISFERDINAND CLINE
Wikimedia CC
Imprimer

L'œuvre de Louis-Ferdinand Céline est un tout. Un bloc compact. L'expurger de ce que d'aucuns appellent "son poison antisémite" revient à la dessécher, à en neutraliser la verve inquiète et nihiliste. Aussi, le racisme, l'antisémitisme, en sont les composantes de la colonne vertébrale d'une œuvre agitée et agitatrice. Il revient au lecteur de maintenir une distance vis à vis des messages de cette œuvre, d'en aborder les textes avec vigilance et un regard critique aiguisé. Pour conjurer toute censure, tout doit être lu, même les écrits du diable, si jamais il vient à exister!

Louis-Ferdinand Céline est considéré comme l'un des écrivains français les plus marquants du XXe siècle. Un prosateur majeur. Il dispute à un Jean Genet le génie de la langue française. Sous sa plume, l'imaginaire littéraire, nourri d'une expérience des trois M (misère, maladie, mort), se "déverse" avec une violence inouïe sur la page blanche. Céline est également le produit d'une époque marquée, en noir, par la guerre, l'antisémitisme, le racisme. Une époque déshumanisée dont les juifs ont été les boucs-émissaires. L'œuvre de Céline, tous genres confondus, n'a cessé de susciter polémiques et scandales. Avec la publication au mois de mai prochain, par les éditions Gallimard (si le programme est maintenu) des "textes polémiques", Céline se retrouvera au cœur d'une nouvelle campagne visant à surseoir à la publication de ces textes jugés antisémites. Les textes incriminés sont "Bagatelles pour un massacre", "L'École des cadavres" et "Les Beaux draps"; cependant, ni l'appareil critique qui sera assuré par Régis Tettamanzi, l'un des meilleurs spécialistes de Céline, ni la préface de Pierre Assouline, ne rassurent les détracteurs, décidés à empêcher coûte que coûte la publication de ces écrits. Allons-nous assister à une guéguerre entre pro et anti Céliniens? Toutefois, même "interdits", ces écrits sont lus, commentés et circulent un peu partout sous le manteau. Ils permettent de saisir la genèse d'une pensée tentée par le bannissement de l'étranger qu'il soit juif, noir, arabe ou autre. Dans ses écrits, Céline n'à épargné personne. D'ailleurs, après la libération, il a été poursuivi pour trahison. Ces textes circulent chez des éditeurs connus pour défendre des thèses conspirationnistes tel Omnia ou au Canada. Ils sont reproduits dans la littérature antisémite ou font l'objet de thèses universitaires un peu partout dans le monde.

À l'annonce de cette réédition, les réactions ne se sont pas faites attendre: c'est le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) qui, le premier, a réagi à cette nouvelle en regrettant cette publication qui risque selon le conseil d'"attirer un public perméable et sans doute favorable", ajoute le président du CRIF, Francis Kalifat. De son côté, le délégué interministériel à la lutte contre le racisme a écrit à Antoine Gallimard, patron des éditions du même nom, pour demander des "garanties" à propos de la réédition des pamphlets de Céline. "Dans un contexte où le fléau de l'antisémitisme doit être plus que jamais combattu avec force, les modalités de mise à disposition du grand public de ces écrits doivent être réfléchies avec soin", écrit notamment le délégué interministériel à l'éditeur, avant de poursuivre: "La qualité de l'appareil critique qui les accompagne, et notamment sa capacité à éclairer le contexte historique et idéologique de leur production, ainsi que le décryptage des biais de l'auteur et des erreurs factuelles contenues sont dès lors déterminants."

Depuis leur parution respectivement en 1937, 1938 et 1941, les textes sulfureux incriminés n'ont jamais été réédités selon la volonté de Céline, respectée jusqu'à récemment par sa femme Lucette Destouches, qui vient, à l'âge de 105 ans, de donner son accord finalement à leur réédition. Une remarque toutefois mérite d'être soulignée: le racisme et l'antisémitisme sont indivisibles et ne peuvent être essentialisés. Ils ne touchent pas uniquement une seule communauté, en l'occurrence la communauté juive, mais n'épargnent dans le cas de Céline, ni les Arabes, ni les Africains, ni les Asiatiques. Les spécialistes de Céline ont rarement étendu le domaine du réquisitoire à ces communautés pourtant décrites dans l'œuvre de Céline comme des rebus de l'humanité. Dans un "monde dégénéré", celui du XXe siècle, Céline ne pouvait être que nihiliste, anarchiste, colonialiste par l'esprit et l'écrit. Les peuples venus d'ailleurs représentaient à ses yeux une menace pour la souche aryenne. Il évoquait le danger d'une fusion et d'un métissage capables de dissoudre l'identité de la "Nation française". Aujourd'hui, ces thèses sont diffusées et banalisées dans le discours de l'extrême droite française et européenne. Le racisme et l'antisémitisme en sont le combustible ardent.

LIRE AUSSI: