LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Maati Kabbal Headshot

Les Miss beauté dans la vague #BalanceTonPorc

Publication: Mis à jour:
SHERIN3
DR
Imprimer

SOCIÉTÉ - Voici venir le temps des sélections des Miss beauté. On verra défiler de jeunes filles à la beauté éclatante, caressant des rêves de fortune, d'amour et de gloire. Le coup d'envoi a été donné par le concours Miss Univers. Parmi les 92 candidates, c'est la Sud-Africaine, Demi-Leigh Nel-Peters, qui vient d'être élue Miss Univers. Agée de 22 ans, la jeune fille est diplômée en management. Elle succède à la Française, Alicia Aylies, éjectée rapidement de la compétition puisqu'elle n'a même pas atteint le Top 16.

Un autre concours tant attendu, celui de Miss France; le shooting des 30 candidates en maillot de bain a déjà débuté sous le soleil californien. Le 16 décembre on connaîtra le nom de l'heureuse reine de beauté. Le jour même, au Caire, se tiendra le concours de Miss Arab World de l'année 2018. On saura si la candidate marocaine, Sherin Hosni, 23 ans, originaire de Tafraout, décrochera la couronne parmi les 22 candidates.

Comme chaque année, ces concours sont l'occasion d'âpres polémiques entre candidates et organisateurs ou entre candidates elles-mêmes. Quand ce n'est pas le tatouage, c'est le favoritisme qui est dénoncé par certaines d'entre elles ou le "trucage" du concours.

Sur un autre registre, l'élection donne lieu au rejet et à des attaques féroces. Pour exemple, l'élection de Miss Irak, Sarah Abdali Idan, qui créa la polémique lorsqu'elle publia sur son compte Instagram une photo dans laquelle elle posait aux côtés de Miss Israël, Adar Gandelsman.

Ces concours sont suivis par des millions de spectateurs à travers le monde. Rien qu'en France, ce sont près 10 millions de spectateurs qui sont figés devant leur poste pour suivre de jeunes filles, faites beauté. Une curiosité qui condense phantasmes et frustrations. C'est là que rentrent en scène les associations féministes pour se dresser contre ce que l'association Osez le féminisme appelle le "ringardisme". C'est en des termes sévères qu'elle dénonce "la ringardise la plus vive, basée sur une concurrence ultra violente entre femmes".

C'est donc en pleine révolte contre les violences sexistes que sont ou seront organisés des défilés dans lesquels de jeunes filles sont réduites à des marionnettes. D'ici le 16 décembre, où sera connu, à titre d'exemple, le nom de Miss France et de Miss Arab World, les féministes risquent de monter au créneau pour dénoncer le sexisme pratiqué dans ce milieu. D'ailleurs il est étonnant qu'aucune des candidates, anciennes ou nouvelles, n'ait "balancé les porcs" qui sévissent dans le milieu!

"Le plus problématique est que le concours Miss France, ultra médiatisé, impose des stéréotypes physiques irréels, sans compter le culte de la pureté avec des concurrentes sans petits amis. Cette mise en concurrence à une heure de grande écoute, entraîne beaucoup de souffrance pour d'autres femmes qui ne font pas 1,75 m pour 50 kilos", estime Claire Serre-Combe, l'une des porte-paroles de l'association. Et d'inviter TF1 qui diffuse le concours "à programmer un concours basé sur des femmes remarquables qui agissent contre la pauvreté et l'exclusion".

LIRE AUSSI: