LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Maati Kabbal Headshot

Jérusalem, entre reconnaissance et méconnaissance

Publication: Mis à jour:
JERUSALEM
Getty Images
Imprimer

INTERNATIONAL - En France, la reconnaissance par Donald Trump de Jérusalem comme capitale d'Israël, a été éclipsée par la mort de Johnny Halliday, devenu "héros de la Nation", selon l'expression et le vœu d'Emmanuel Macron. La mort de l'icône du rock français a donné lieu à une soudure affective semblable à celle ressentie après les attentats de janvier 2013. Le 9 décembre sur les Champs Elysées, la catharsis Johnny a fait son effet sur les milliers de personne venus lui rendre hommage et répéter religieusement ses chansons. La mort est devenue ainsi un facteur générateur de rapprochement et d'amour. Jérusalem pouvait donc attendre.

La ville n'a pas la même charge affective dans l'imaginaire des Français. Elle est loin géographiquement et son histoire est tissée de mythes et de violences, sauf pour les Français d'origine juive ou musulmane, qui ont tendance à reproduire en France la scène du conflit du Moyen-Orient. Ce n'est qu'à la vue du sang et de la répression que la France profonde tournera son regard vers Jérusalem. Une pédagogie de l'histoire de toute la région reste à inventer.

Rappelons que le combat qui se joue autour de cette ville triplement sainte est un combat d'identification et de réappropriation de l'histoire de la ville et de ses symboles. Pour les Juifs, "elle est la capitale d'Israël depuis 3000 ans". Pour les musulmans, elle est "l'un des berceaux de la sacralité de l'Islam", notamment de l'Isra' et du Mi'raj, du voyage et de l'ascension nocturne du prophète Mohammed. Comme l'indiquait Laurent Joffrin dans Libération, "les spécialistes, par exemple, Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman, archéologues israéliens, considèrent que tous les événements rapportés dans la Bible antérieurs à 600 avant JC, comme la captivité en Egypte, l'exode, le retour vers Canaan, sont légendaires. Aucune trace archéologique ne vient les confirmer (c'est même plutôt le contraire). Jérusalem capitale depuis trois mille ans? C'est une légende".

Dans l'inconscient collectif des deux parties, la place de Jérusalem, Al Qods, est centrale. Toute tentative de démythification est vouée à l'échec. La violence de l'acte de Trump est de n'avoir reconnu que le versant biblique dans sa version extrême et intégriste: "au peuple élu, échoit la ville éternelle". Les impacts d'un tel geste ne vont pas seulement affecter les Palestiniens et l'ensemble des Musulmans, ils auront également des répercussions sur les forces israéliennes éprises de paix et qui militent pour le maintien du statut quo et pour la solution des deux États. Benyamin Nethnyahou va se servir de cette décision pour faire taire ses ennemis en Israël et radicaliser davantage l'option militaire à l'égard des Palestiniens. Cette reconnaissance fondée sur une méconnaissance ne fera, en fait, que jeter les radicaux des deux bords les uns contre les autres et accentuer davantage les fractures inter-arabes.

LIRE AUSSI: