LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Maati Kabbal Headshot

50 ans après, que reste-t-il de la figure du Che?

Publication: Mis à jour:
CHE GUEVARA
Jeremy Woodhouse
Imprimer

HISTOIRE- Il y a 50 ans disparaissait, à l'âge de 39 ans, Ernesto Guevara. Le Che fut exécuté le 9 octobre 1967 à 13h10, à l'École de la Higuera en Bolivie, devenue depuis un Musée. Pour commémorer cet anniversaire, Cuba et la Bolivie ont préparé un programme de festivités avec à la clef des discours politiques, des concerts, conférences, projections de films... À Cuba, la commémoration a commencé dès le 8 octobre, jour de la capture du Che.

Depuis sa disparition le monde a subi de profonds chamboulements géopolitiques avec principalement l'affaissement du bloc communiste, la montée en puissance de la mondialisation, l'émergence de nouvelles formes de guerres et de violence, dont la guerre du Golfe, celles d'Al Qaïda et Daech en sont les points culminants.

Che Guevara est apparu à un moment d'effervescence post-coloniale: il rêvait d'exporter la révolution en Amérique Latine, en Europe, en Afrique; ses idées diffusées à travers des écrits circulants sous le manteau ont atteint notamment un public universitaire, mais rarement un public ouvrier ou agricole. Ses idées ont cependant trouvé un écho favorable auprès de certains leaders nationalistes arabes et africains, tels Gamal Abdel Nasser, Mehdi Ben Barka, Patrice Lumumba, Ahmed Ben Bella...

Il est vrai que la personnalité et les idées du Che ont séduit plus d'un tiers-mondiste. On voyait en lui un Messie sans frontières. Un indigné exalté qui n'hésitait pas à liquider ses adversaires ou ses ennemis de sang-froid. Aussi, il y a quelque chose d'illuminé et de religieux dans le combat qu'il a mené.

Dans le monde arabe, l'idéologie guévariste n'a jamais trouvé un sol fertile. Guevara avait plus de lecteurs que de militants engagés pour porter ses idées. Pionnier d'une nouvelle guérilla transfrontière, le Che était également un confectionneur de mythes qui lui ont survécu.

Aujourd'hui, 50 ans après sa disparition, plus que les idées, reste le marketing ritualisé du béret et autres casquettes, le Tee-shirt, les photos tirées à des millions d'exemplaires... Si à La Havane et à la Paz, les régimes de Raoul Castro et d'Evo Morales, vont s'épancher dans des discours fleuves sur le révolutionnaire de tous les temps, dans le reste du monde, cette commémoration risque d'être un non-événement, tant le Che est devenu un fétiche dénué de tout pouvoir magique.

LIRE AUSSI:
À qui profite le marketing autour de Che Guevara?