LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Lynda Sboui Headshot

Les 3 règles majeures de la libération émotionnelle

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Liberté ! Liberté! Un mot magique qui a plus de valeur que de sens.

Cette valeur ultime, majeure et suprême qui rend l'Homme digne d'être Homme. C'est pour cette même valeur que l'Homme s'est battu, a mené des combats, a enchaîné les guerres et s'est engagé à la poursuite celle-ci depuis l'avènement du monde jusqu'à l'instant présent.

Il parait que l'Homme est en quête de liberté du berceau au tombeau et dans ce qui suit, je ne vous parlerai pas des formes les plus répondus de la liberté, telles que la liberté économique, politique, physique ou morale. Je parlerai plutôt d'une forme méconnue et parfois même ignorée qu'on appelle: La liberté émotionnelle.

La première bonne nouvelle à vous annoncer est que la liberté émotionnelle, comme toute autre forme de liberté, est atteignable et facilement accessible, cependant il faut en consacrer l'effort qu'il lui faut. Donc pour être libre, il faut se pencher sur ses ressources et en extraire de la liberté. c'est aussi simple que ça.

La deuxième bonne nouvelle, c'est que ce que je vous raconterai par la suite n'est pas seulement de la théorie, mais plutôt une démarche testée et approuvée et comme disait Kant: "la théorie est absurde sans pratique".

Devenir émotionnellement libre fait parti de notre parcours spirituel, c'est le fait de se détacher et de se libérer entièrement de tout ce qui empêchera ou entravera la démarche normale de ce parcours, en d'autres termes c'est d'écarter de son parcours tout agent menaçant à sa liberté émotionnelle, comme: la peur, l'angoisse, la dépendance, l'attachement, l'anxiété et toute autre émotion hautement toxique qui empoisonne la vie et perturbe notre épanouissement.

Ne nous sommes pas nos émotions pourtant elles peuvent facilement prendre de l'espace dans notre vie et sans nous rendre compte, nous en devenons soumis et esclave. Si vous vous sentez submergé par une certaine émotion au point qu'elle devienne le centre de votre vie! HALTEZ! C'est votre liberté qui est en danger!

Une vielle rancune tenace face à un ex-conjoint, une peur handicapante de prendre l'avion, une colère constante contre votre boss qui vous a lancé des remontrances injustifiées, une honte durable de vos kilos en trop, la vengeance qui vous tient parce que vous étiez victime d'une injustice ... tous ces exemples révèlent que les émotions négatives peuvent vraiment nous manipuler et attaquer notre sérénité.

Alors qu'est ce qu'il faut faire pour se libérer?

La première règle d'or à vous recommander c'est l'indifférence:

L'indifférence ne désigne pas dans ce contexte la froideur et l'insensibilité mais plutôt le fait d'éviter l'extériorisation excessives de nos émotions, c'est aimer et apprécier d'une manière saine et non exagéré. Prenons l'exemple d'un individu face à un choix entre deux partis, plus il sera indifférent plus il sera libre de choisir, parce qu'aucune motivation ne la fait pencher vers l'un plutôt que vers l'autre.

La deuxième règle c'est l'acceptation:

Apprendre à accepter les réalités et les faits tels qu'ils sont, y compris les épreuves les plus douloureuses à surmonter. Mais aussi apprendre à lâcher prise et accepter nos propres limites car on ne peut pas tout contrôler dans la vie. Accepter c'est admettre que rien au monde n'est éternel, tout finira par s'éclipser au lever d'un jour. Accepter c'est également pardonner car le pardon le plus difficile à concéder est une nécessité pour se libérer et pardonner à soi-même est une nécessité pour vivre.

Accepter c'est s'ouvrir à la vie et choisir la paix. Voilà tout!

La troisième règle c'est la responsabilité:

Il est à savoir que personne ne saura nous enlever une épine du pied, personne ne poussera les pierres qui entraveront notre chemin. En plus, chacun d'entre nous est le maître de ses choix, le dramaturge de sa vie et celui qui tient en main la responsabilité de sa propre existence!

Jaques Salomé,un psychosociologue et écrivain français, confie que: "J'ai fait un pas immense le jour où j'ai compris que j'étais seul à entretenir mes souffrances". On peut en déduire que notre bonheur ne dépendra plus de personne si on apprend à se responsabiliser face à chaque épisode de notre vécu.

Maintenant que vous avez les trois règles essentielles , commencez à vous sentir libres ...

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.