Huffpost Tunisie mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Lilia Bouguira  Headshot

Madame la députée, démissionnez ou taisez-vous à jamais!

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Hier encore, une députée avocate par-dessus le marché a vociféré au nom d'une grande marge de la population des propos racistes et abjects.

Idées courtes et arrêtées reflétant doublement l'insanité d'un vote utile et malheureux. Elle a osé en pleine plénière vomir "lihoud hachekom" ("Les juifs, que vous en soyez préservés") pour appuyer son intervention que fort heureusement le président de la plénière Mourou a rectifié. Seulement le coup est définitivement parti assenant à l'image de notre pays une nouvelle entorse ravivant de vieux démons. Un tel comportement couterait au pays certainement cher en matière d'apologie du racisme et de l'intolérance. Ces deux derniers amis du terrorisme.

Tout ceci pour dire que nos responsables et autorités font tout pour casser ce pays dont ils se portent responsables depuis la révolution. Ils accumulent fautes et bourdes en non-stop qui ne font qu'éloigner de nous nos amis, nos alliés et les investisseurs. Ceux qui guettent la chute de notre pays font feu de tout bois pour l'écrouler et nos politiciens malheureusement leur font bon dos. Ils leur donnent de la matière en adoptant des attitudes péjoratives et haineuses à l'égard des minorités de ce pays.

Des Tunisiens de couleur noire se sont vus de plus en plus attaqués depuis la révolution. Ils ont manifesté pour le dire. Des associations sont nées pour s'en défendre mais en vain parce que le racisme fait partie intégrante de la culture profonde de la population. Aucune loi effective n'a suivi réellement pour sanctionner au plus fort la discrimination et les discours de haine.

Des individus d'orientation sexuelle différente se sont vus persécutés et malmenés voire emprisonnés. Les autorités se sont déchaînées pour appliquer des lois archaïques qui ne changent pas, faisant de la chasse aux homosexuels une priorité qui prime des fois sur la chasse aux terroristes. Un test anal abject et pervers a vu le jour et des médecins aussi pervers que racistes ont prêté main forte pour ce type de lois discriminatoires et malsaines dans un silence meurtrier de l'ordre des praticiens. Aucune inspiration des lois démocrates notamment canadiennes qui condamnent de deux à 14 ans de prison toute personne qui incite à la discrimination ou la haine des groupes identifiables par leur couleur, leur race, leur religion, leur origine ethnique ou leur orientation sexuelle. Dernièrement, un transsexuel s'est vu emprisonné pour outrage à la morale pour s'être présenté au tribunal en tenue vestimentaire de la femme qu'il incarnait, dans un silence mou de la société civile partagée.

Des minorités religieuses se sont vues persécuter depuis la révolution. Des Tunisiens de confession juive se sont vus dénigrés au travers de certains médias en direct par un animateur télé qui certes s'est excusé sans jamais démissionner. Des propos haineux ont été répétés dans des manifestations de solidarité après un récent attentat dans un amalgame total entre juif et Israël, entre juif et sionisme.

Dernièrement, des propos racistes et haineux émanant de la bouche d'une députée responsable de plein fouet en plénière à l'assemblée.

Comment oser espérer à un pays d'aller mieux lorsque ses citoyens sont bravés, humiliés en non-stop sans aucune contrainte par la loi. Plus grave encore, souvent les lois ne suivent pas et sont en faveur de tels débordements?

Comment oser espérer une meilleure investiture ou de nouveaux investisseurs même si nous avons récemment abrité la plus réussie des conférences internationales sur l'investissement en Tunisie?

Comment oser espérer la paix et la réconciliation lorsque les instances de ce pays œuvrent mal pour appuyer les acquis de la révolution?

Comment oser espérer construire une démocratie lorsque nous refusons de faire bouger d'une once nos fausses croyances et que nous continuons à discriminer et à faire la guerre à celui qui nous est différent?

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.