LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Lilia Bouguira  Headshot

Du printemps arabe à la vente d'esclaves en Libye: Réflexion

Publication: Mis à jour:
LIBYA SLAVES
GEOFFROY VAN DER HASSELT/AFP/Getty Images
Imprimer

En regardant ces vidéos et photos insoutenables de vente d'esclaves en plein jour dans la Libye voisine, je me suis crue basculer un siècle en arrière. La case de l'oncle Tom et celle de l'esclave de l'affaire Furcy deviennent banales devant de telles ventes.

Pourtant, je n'ai rien partagé non pas que ces tragédies ne touchent pas. Au contraire, elles me bousculent au plus profond de ma personne. Seulement, depuis la révolution, je m'intime à prendre du recul et attendre que l'effet du buzz passe.

En effet, le printemps arabe a fini par décimer ses pays découvrant d'horribles stratagèmes et de terribles conspirations dont le seul but est l'ingérence dans nos pays pour mieux les asservir et les sucer. En particulier la Libye de Kadhafi, dont il nous avait tellement prévenu. J'arrive à croire que tout a été réfléchi et pensé de manière à ce que l'effet boomerang se retourne contre nous pour nous emporter. D'abord on nous prépare des révolutions où nous fonçons en tant que peuple mal affirmé et peu avisé tête baissée sans prendre garde. Ces révolutions s'avèrent des malédictions pour nos pays. Elles nous plongent dans un chaos social et économique. La corruption, la criminalité et le terrorisme les défigurent. À l'exception de la Tunisie qui trébuche mais tient encore, tous les pays du printemps arabe s'enfoncent dans les guerres civiles. Des guerres en Syrie, en Libye justifiant un interventionnisme soi-disant humanitaire de la part de certains pays de l'occident et des États-Unis mais dont on s'interroge encore sur les motifs véritables vu l'état des lieux et des scandales qui s'en ont suivi. Un grand problème de migrant fuyant ces guerres atroces vers les pays qui paradoxalement y ont encouragé.

Prenons ce cas de la Libye voisine où dans des conditions inhumaines qui dépassent l'entendement des humains sont vendus comme du bétail. Ce sont des migrants venant de partout d'Afrique subsaharienne. Ils ont fui la misère et les guerres dans leur pays avec le rêve d'une vie meilleure en occident. Ils doivent remonter par la Libye pour l'atteindre. Ce pays est touché par le printemps arabe. Les forces armées occidentales sont intervenues en Libye afin de soi-disant libérer cet État du joug d'un dictateur. Ils ont surtout détruit toute forme d'État dans ce pays le livrant aux différents groupes et milices qu'ils ont armés pour faire leur boulot sous prétexte de le libérer du dictateur Kadhafi. Ils l'ont livré aux terroristes que nous sommes en train de combattre actuellement. De coup, ces migrants se retrouvent pris au piège en Libye et vendus comme esclaves.

Le monde entier crie à l'horreur. L'occident crie à l'horreur. Ce même occident qui s'en trouve actuellement horrifié par autant de cruauté les refoule sans vergogne une fois arrivés chez lui. Il nous suffit de regarder les camps de migrants et les scandales au quotidien.

Qu'est- ce qu'il nous faut pour comprendre nous citoyens du monde et de ces terres que tout cela est lié? Que c'est pour les intérêts financiers de quelques-uns que nos pays brûlent. Depuis fort longtemps, l'Afrique paye les frais de ces sangsues qui sucent ses richesses et alimentent ses guerres.

Tout cela me ramène à réfléchir sur l'ampleur du problème et sur ses débouchées. Oseront-ils encore nous vendre sciemment ces images de barbarie extrêmes pour uniquement justifier une attaque du sol libyen et pour vendre par conséquent plus d'armes et de munitions.Des multinationales sangsues. D'énormes profits et de grands massacres. Tout cela à nos seuls frais.

Je ne cautionne en rien les terribles tragédies de ces migrants vendus en esclaves mais je m'invite à la réflexion où les puissances étrangères ne feront plus la guerre mais seraient vraiment dans l'humanitaire pour nous sauver de nous-mêmes. Il faut nous méfier de ces intellectuels qui exultent la guerre car il n'y a plus dangereux que ces pires fanatiques. Ils continuent à faire le monde à coups de frontières, d'interdits, de dénigrement et de visas avec cette abominable volonté de dépecer l'autre.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.