Huffpost Maroc mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Laure-Alice Bouvier Headshot

Cet hiver, la tendance est au néo-gothique

Publication: Mis à jour:
EVA GREEN
Showtime
Imprimer

FASHION - "Beware of Crimson Peak" ("Prenez garde à Crimson Peak"). C'est ainsi que débute l'excellente romance néo gothique de Guillermo Del Toro du même nom. Mettant en scène une jeune héroïne naïve aux prises d'une terrible machination dans un lugubre manoir victorien hanté d'apparitions, le réalisateur nous livre ici un avant goût des tendances de cette fin d'année sur les podiums et de l'héroïne romantique que les femmes seront cet hiver. 

En bon précurseur, Guillermo Del Toro disait ainsi rêver "réaliser un film gothique et romantique car c'est un genre qui n'avait pas été abordé depuis des années". Dans la droite lignée des romans gothiques voire néo-gothiques, du sulfureux roman Carmilla de l'écrivain français Joseph Sheridan le Fanu, en passant par Docteur Jekyll et Mister Hyde de Robert Louis Stevenson, il va sans dire que l'époque victorienne sied particulièrement au cadre choisi par de nombreux créateurs pour la prochaine saison.

Cet engouement pour le passé qui caractérise à lui seul la littérature gothique ainsi que le romantisme, conduit aujourd'hui au retour en force du style dans la culture cinématographique et la couture. L'excellente série "Penny Dreadful", emmenée avec talent par la fabuleuse Eva Green en est un exemple supplémentaire.

Au sein de décors torturés mettant en scène un Londres en pleine révolution industrielle, l'ambiance gothique romantique est confirmée et alimentée non seulement par la présence de légendes immortelles et emblématiques du genre (Dorian Gray, Dracula, Frankenstein et son Prometheus), mais aussi par les costumes portés par les protagonistes.

Que l'on parle littérature, cinéma ou couture, ce qui rend une oeuvre gothique, ou néo-gothique (plus proche du roman d'horreur), c'est le subtil mélange de ce qui la compose: du romantisme, des femmes fatales et vénéneuses, des pactes faustiens, une maison maudite plongée dans les ténèbres, l'ange déchu, le démon, la belle tout autant que la bête. Et pourquoi dès lors ne pas y rajouter des catwalks ténébreux?

C'est ainsi que les collections troublantes de cette dernière saison voient se succéder de somptueuses robes de bal à la mélancolique saveur victorienne, très néo-romantique. Elle se disputent la place avec des silhouettes plus éthérées, plus sombres défilant dans des salons aux parquets vitrifiés comme chez Simone Rocha. Les teints sont diaphanes, couleurs et étoffes dissimulent soigneusement leur éclat (Erdem et Oscar de la Renta). Zuhair Murad  pousse encore plus loin le néo-romantisme gothique avec robes longues noires à volants et dentelles, rendant un hommage marquant à l'héroïne désespérée.

C'est Marc Jacobs qui pousse le mimétisme et le gothisme à son paroxysme: plus de désespoir qui tienne, la jeune première se mue en vampire, en sorcière, en succube. Elle associe robes amples et cintrées aux détails tout à fait victoriens (broderies, dentelles) ou pas du tout (le cuir fait aussi son apparition, pour un look néo-gothique romantique des plus réussis) à un maquillage très sombre et un regard transperçant. (L'article continue sous le diaporama)

Close
Cet hiver, la tendance est au néo-gothique
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

C'est ainsi que, tout comme dans Crimson Peak, on ne peut s'empêcher de voir dans les silhouettes de l'hiver prochain le fantôme fantasmé de la troublante Rebecca créée par Daphné du Maurier et mise en scène en 1940 dans le film d'Alfred Hitchock. Au final tout y est: des lieux glaçants, des personnages énigmatiques, des sentiments troubles, de jeunes ingénues, des fantômes et des souvenirs... et la couleur rouge.

C'est ainsi que Jessica Chastain l'arbore avec panache dans l'oeuvre de Guillermo Del Toro, tout comme Elie Saab la met en scène avec brio pour cet hiver. On la retrouve dans "Penny Dreadful" sur Eva Green, tout comme cette saison chez Zuhair Murad ou Simona Rocha.

Le rouge est la couleur du sang, du drame, de l'horrifique, du surnaturel et du désespoir. Mais le rouge est aussi la couleur de la passion, de l'amour, du romantisme poussé à l'extrême et des déclarations enflammées.
Après tout, Dracula, symbole même de l'écarlate, ne dit-il pas à Mina dans le film de Francis Ford Coppola "J'ai traversé des océans d'éternité pour vous retrouver"?

dracula

LIRE AUSSI: