LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Larbi Zouaimia Headshot

Un Algérien tombé du ciel (III): Givens et Martha

Publication: Mis à jour:
Imprimer

2017-07-31-1501515003-9738483-givensss1.jpg

"The family where he lay sick and died treated him with great tenderness for which he expressed the utmost gratitude, and at his request no persons sat up with him on the night in which he died.

It appears that he died with great composure for he placed himself, his hands, his feet, and his whole body, in a proper posture to be laid in his coffin, and so expired".

Larmoyante et poignante ... pareille description ! "La famille chez laquelle il tomba malade et mourut, l'a traitée avec une grande tendresse, une famille pour laquelle il a exprimé la plus grande gratitude. A sa demande, aucune personne n'était admise à rester auprès de lui, la nuit de son décès.

Il est apparu qu'il est mort avec un grand sang-froid (au sens du calme), "car", il s'est placé en posant ses mains, ses pieds et tout son corps dans la posture appropriée pour qu'il soit mis dans son cercueil, et c'est ainsi qu'il s'est éteint".

Ces citations tirées des recueils West Luminary, juillet 1825 (Université de Chicago) situent la phase de la maladie puis la mort après 1789, ce qui peut d'ailleurs alimenter en inexactitudes l'année du décès de Salim l'Algérien, même si l'indication de la période a été admise par certains, comme ne pouvant dépasser l'an 1805 .

Ici, nous n'envisageons nullement apporter la moindre correction à cause de deux écrits sans envergure, figés dans des écarts de dates trop considérables, en disant, juste que la donne selon laquelle Salim serait né à Alger entre 1732 et 1735 (max) puis mort en 1805 à l'âge de 70-73 ans max, reste exploitable... à condition qu'on pourrait mettre la main sur d'autres documents et régler l'affaire de sa Tombe jusque-là inconnue.

2017-07-31-1501514807-31820-eglisegraig.jpg

Pour ce qui est du lieu de son enterrement quelque part en Virginie, avec un territoire de 173 000 km², avant la division et la création de la Virginie de l'Ouest en 1863, toutes les thèses ont été vérifiées grâce à des essais carto-toponymique depuis 1996 ... quoi ! sur une histoire pour laquelle on manifeste toujours, un intérêt particulier.

Pour la zone ouest de la Virginie où on l'a vu pour la première fois "tomber du ciel", toutes les combinaisons ont été établies pour arriver à choir, comme premier point de chute, la ville de Deerfield vers le sud dans le West Augusta près de laquelle aurait habité en 1756, Samuel Givens, l'homme ayant secouru Salim l'Algérien.

Nous avons trouvé qui est ce Samuel à partir de la recherche généalogique sur une sœur baptisée en 1733 dans l'Eglise Stone Church à Fort défiance, 12 km au Nord de Staunton.

Le plus grand frère de Samuel, John Givens, avait aussi le nom de John Givens of Middle River qui, curieusement, habita aussi près de la localité de Fort Défiance là où aurait séjourné l'étranger barbaresque et là où on lui a collecté de l'argent pour rentrer.

La naissance de ce Frère John (plus âgé) en Irlande du Nord, nous a facilement permis de cadrer l'aventure familiale Givens et surtout son établissement en Amérique.

C'est dire que le personnage en question a bel et bien existé et il s'appelle exactement Samuel Givens III. Le généreux samaritain qui a traité et hébergé Salim, était un écossais protestant d'Irlande, né à Antrim nord de Belfast en 1721.

En plus, une vérification des dates de naissance des membres de la famille de Samuel dont le père s'appelle aussi Samuel Jr, nous a laissés conclure qu'ils sont arrivés à la fin de 1729 début 1730 en Amérique, avec un Samuel âgé de 37 ans. .

Ces éléments prouvent que nous sommes devant un immigrant écossais lequel avait l'âge de 37 ans lorsqu'il a vu Salim pour la première fois, alors qu'il chassait dans le bois. Utile est de mentionner que Samuel Givens vivait avec une épouse nommée Martha Dean Reid laquelle s'est occupée avec tant de soin, de l'Etranger Algérien.

2017-08-01-1501609478-3766266-fortttttt.jpg

Toujours selon les références d'Etat civil, Samuel Givens-III avait quitté en 1772 la région d'Augusta vers le compté de Botetourt plus au Sud, ensuite en 1780 vers Danville dans l'Etat du Kentucky. Il est mort dans cette région en 1795.

C'est pour cette raison donc, que Salim ne l'a pas trouvé lorsqu'il était de retour d'Algérie. Ce qui rend plausible un autre élément selon lequel notre ancêtre est revenu aux USA entre 1780 et 1781 après avoir quitté en 1768. La correction est indispensable et on s'excuse d'avoir avancé la date de 1762.

La vie de Salim se divise ainsi en deux parties. De 1756 à 1768, et de 1780/81 jusqu'à la mort en 1805 serait-il resté 13 ans en Algérie avant de revenir? On essayera de répondre dans les parties qui suivront.

Or si on colle le départ de Givens au retour de Salim en 1780-81, le conte devient cohérent car, justement, le gouverneur Thomas Nelson de Yorktwon sur la cote atlantique (260km à l'Est de Staunton) la personnalité qu'il l'avait hébergé, n'a servi en tant que chef de la Virginie, que de juin à novembre 1781.

Les choses s'éclaircissent au fur et à mesure. Ouf ! Car le déménagement de Givens vers Le Kentucky est un élément déterminant pour savoir davantage sur l'année du retour de Salim vers une Amérique Britannique en pleine révolution, après la déclaration d'indépendance de 1776 (nous verrons cela aussi dans les autres parties).

Concernant le lieu d'habitation exacte de Givens en 1756, une vérification documentaire reliée à un achat d'acres ( enregistré en 1755 avec la mention "lives there") nous a,encore, ouvert la voie.

Cette voie consiste à confirmer que la famille irlando-écossaise immigrante avait des terres près de la jonction rivière Cowpasture avec Bullpasture prés de la localité de Willamsville en Virginie, 6 kms de Deefield et exactement à la limite de Bath County (Virginie) .

Cette donne somme toute logique, intervient puisque le livre True Tales of Bath County, Virginia, de Hugh S. Gwin, l'associe non seulement à Augusta County, mais à Bath county

Enfin, ce qui clarifie la chose encore plus et lui donne du sens, dans cette famille Dickenson de Milboro qui a pris en charge Salim durant presque deux ans, et chez laquelle il avait appris l'anglais. Une famille qui habitait Bath County et non Augusta County.

Nous avons pu donc trouver les traces du capitaine Dickenson (devenu Colonel) , et nous avons pu localiser la tombe de Graig (1709-1774) le révérend- ami de l'Algérien, l'homme qui lui a fait une collecte pour rentrer à Alger. A suivre.

2017-08-01-1501610041-5410880-graig3.jpg

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.