LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Larbi Zouaimia Headshot

Un Algérien tombe du ciel (IV): Un Craig à Augusta !

Publication: Mis à jour:
Imprimer

2017-08-11-1502474911-9033881-pasteur55.jpg
Fort Defiance Virginie

When Salim saw Mr. Craig, he was struck with his appearance, turned his particular attention to him, and, after some time, came and spoke to him, and intimated a desire to go home with him. Mr. Craig welcomed him to his house, and then, or afterwards, asked him why he desired to go home with him in particular, being an entire stranger whom he had never seen before.

Ce texte pris de Panoplist & Missionary Magazine publié en 1816 par Samuel T. Armstrong, avec une copie se trouvant à la Theological Library of Harvard, retrace exceptionnellement, la rencontre de Salim avec Le Révérend John Graig. Nous avons voulu le publier en anglais suivi de la traduction française. En somme, le texte représente à lui seul, tout l' article.

Salim fût emmené, donc, à Staunton par le Capitaine Dikenson en 1758-1759 (?) dans le but de lui faire visiter la petite ville du comté. Mais, lorsque l'Algérien vit M. Craig, il fut attiré par son apparence, lui prêtant ainsi une attention très particulière. Après un bout de temps, il vint lui parler et lui confia son désir, celui de partir en sa compagni ... chez lui à Fort Defiance.

Craig l'avait accueilli dans sa maison (collée à la Augusta Stone Church, NDLR... voir photos toutes récentes) et ensuite, ou après, il lui avait demandé pourquoi il voulait sa compagnie, lui en particulier, alors qu'il lui fût complètement étranger et qu'il ne l'avait jamais vu auparavant.

2017-08-11-1502474827-4088987-pasteur3.jpg
Eglise et maison, une partie de la vie de Salim.

Salim replied: "When I was in my distress, I once in my sleep dreamed that I was in my own country, and saw in my dream the largest assembly of men my eyes had ever beheld, collected in a wide plain, all dressed in uniform, and drawn up in military order. At the farther side of the plain, almost at an immense distance, I saw a person I understood to be one of great distinction; but, by reason of the vast distance he was from me, I could not discern what sort of a person he was.

I only knew him to be a person of great eminence. I saw, every now and then, one or two of this large assembly attempting to go across the plain to this distinguished personage; but, when they had got about half way over, they suddenly dropped into a hole in the earth, and I saw them no more. I also imagined that I saw an old man standing by himself, at a distance from this large assembly; and one or two of the multitude applied to him for direction how to cross the plain with safety, and all who received and followed his directions got safe across. As soon as I saw you," added Salim, "I knew you to be the man who gave those directions; and this has convinced me that it is the mind of God that I should apply to you for instructions in religion. It is for this reason I desire to go home with you.

2017-08-11-1502474655-3712491-pasteur2.jpg
Avec l'honorable Rev Beth McCrary Augusta Stone Church

Salim répondit: "Quand j'étais 'dans la forêt' et en pleine détresse, alors, une fois dans mon sommeil, j'ai rêvé que j'étais dans mon pays d'origine et j'ai vu dans ce rêve la plus grande assemblée d'hommes que mes yeux n'avaient vue auparavant. Tous étaient alignés dans une grande plaine, tous habillés en uniforme et étirés dans un ordre militaire. Plus loin, sur le côté de la plaine, presque à une grande distance, j'ai vu une personne dont j'ai compris qu'elle jouissait d'une grande distinction, mais, en raison de cette grande distance qui nous sépare, je ne pouvais savoir quelle sorte d'homme il était.

Je sais seulement que c'était une personne de grande éminence. Ensuite, j'ai vu, de temps en temps, un ou deux membres de cette grande assemblée tenter de traverser la plaine pour aller vers l'imminente personnalité. Malheureusement, et au moment où ils étaient à peu près, à mi-chemin, ils tombèrent tout d'un coup dans une grande fosse, pour ne plus réapparaître. Il me semble aussi, que je vis un vieil homme debout... seul, à une certaine distance de cette grande assemblée. Et un ou deux bonhommes s'adressèrent à lui en vue de lui demander quelle direction sécurisée devaient-ils prendre, pour traverser la plaine. Tous ceux qui ont reçu et ont suivi "ses instructions" ont traversé prudemment et ont été sains et saufs.

Quand je vous ai vu (Rev. Craig), j'ai su que vous étiez l'homme qui a donné ces instructions. Et cela m'a convaincu que c'est la volonté de Dieu que je devrais m'approcher de vous pour des instructions en religion. C'est pour cette raison que je souhaite venir chez vous.

2017-08-11-1502474867-8893562-pasteur4.jpg
La Foret , son endroit préféré

Vers la tombe de Craig le Sauveur

Juste libéré d'une ordination professionnelle à New York, je décide d'aller faire une partie de ce que Salim l'Algérien a fait... a fait dans tous les lieux marqués jusqu'à ce jour, de ses pas durant la première phase de sa vie américaine, soit de 1756 jusqu'en 1768, puis lors de son second séjour de 1781(?) jusqu'à sa mort en 1805.

En quittant Manhattan par le Lincoln Tunnel, toute la grande métropole New-yorkaise glorifie sa présence en face de vous et elle mérite un jour le volet, pour y vivre un peu dans son histoire.

C'est une ville qui cache aussi et en son sein, des douleurs algéro-maures du Wall, historiquement le rempart hollandais de la jadis, Nouvelle Amsterdam. Un Wall "présentement" couplé à une rue boursière, où la reine des Pays Bas, perçoit encore ses droits en ristournes foncières.

New York ne vaut rien sans son Brooklyn et le nom de son fondateur Anthony, le fils aîné de Mourad Raïs (Jan Janszoun van Harlem) avec sa première femme Hollandaise, pas l'Algérienne (celle-là, elle était seconde), celui qui développa les rives est du Queens et du Long Island.

Mais aujourd'hui c'est Salim qu'il faut honorer en empruntant comme lui, les voies dans la célèbre forêt nationale de Georges Washington à Augusta (une partie de La Monongahela), soit plus de 600km au sud-ouest de New York.

Et c'est ainsi que je me vois filer vers l'ouest sur la 78 jusqu'à Allentown puis gagner Harrisburg (PA) la capitale de la Pennsylvanie, une ville symbole de la bataille sudiste-nordistes, lors de la guerre civile américaine.

Puis vers le sud sur la 81, en dévorant d'un seul coup une partie du Maryland et de West Virginia. La nuit me rattrape exactement à Harrisonburg à 30km au nord de Staunton. Ici un repos devient impératif pour que demain, on puisse amorcer la modeste exploration des lieux de Salim l'Algérien tombé du ciel sur Augusta, un jour de septembre 1756.

2017-08-11-1502474769-5754277-pasteur.jpg
Pasteur Rev. Beth McCrary Augusta Stone Church.

Dès le lever du jour, je quitte Harrisonburg (VA) et j'arrive à Fort Défiance à 12km au Nord de Staunton. Là, je me délivre de l'autoroute 81, pour entrer en pleine campagne américaine. Sortie 27, puis c'est juste quelques kilomètres. Et nous y voilà.

Ici, exactement ici, repose le Révérend John Craig (1709-1774), fondateur de la Augusta Stone Church en 1740 par laquelle on entame notre visite et dans laquelle nous fîmes chaleureusement bien accueillis, par Beth la Pasteur du coin. Une révérende, et quelle révérende. Beth, une femme de foi et de religion avec un visage qui arbore plus de sympathie dans toute la paisibilité de l'endroit .

L'histoire de notre compatriote qui passa chez son ancêtre Craig, méritait la chandelle. Et mon respect envers un révérend qui apporta l'assistance à un démuni de chez nous, il y a 250 ans de cela, me retourna dans les formules de la haute considération. Beth me donna la clé du portail du cimetière ancien où je fis mon entrée, en défricheur de contes.

PremierfFlorilège de mon blog, le texte en anglais qui résume la rencontre Salim-Craig. Le deuxième, l'existence physique et réelle de la tombe d'un pasteur des années 1700, une figure religieuse de Staunton, chez lequel habita Salim, alors que dans son église, des sommes ont été collectées, en plus, pour que ce compatriote puisse rentrer chez lui.

Irréfutables sont devenus les éléments de notre histoire!

Et dire que l'importance d'un tel personnage dans la vie de Salim n'est pas à démontrer. Comme Givens Samuel de Cowpasture, qui l'a trouvé en 1756, comme le capitaine Dickenson de Milboro, qui l'a hébergé chez lui jusqu'en 1758 en lui apprenant l'anglais, et donc comme John Craig de Fort Defiance, qui lui a offert le gîte et lui a collecté l'argent.

Utile de noter que des sources parlent de reconversion de Salim au niveau de l'Eglise d'Augusta Stone Church en 1760 et un baptême accompli par le Révérend Graig. Cette reconversion, vraie ou fausse, porte des récits lacunaires qu'on traiterait plus tard.

Pour le moment nous quittons la tombe et Fort defiance de Beth la révérende et nous franchissons The Shenandoah Valley pour se projeter vers les montagnes de Deerfied et la rivière Cowpasture: cœur de l'âme. Voilà, comme si l'âme de Salim nous suit dans ces contrées.

A suivre...

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.
Loading...