Huffpost Algeria mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Larbi Zouaimia Headshot

Mai 1945 (III): Vous avez tué 11.000, nous avons tué 16 ... quoi 12 !

Publication: Mis à jour:
Imprimer

2016-05-12-1463066582-1779934-FourAChauxdeguelam.jpg

LIRE AUSSI:

Acte 8: Charles Badi & Guy Bezzina, Grasse, le16 juin 2008

A Monsieur le Rédacteur en chef du journal Le Point

L'article sur le 8 mai 1945 à Guelma de Monsieur François Malye, paru dans votre numéro du 22 mai 2008 nous contraint de vous faire part d'un autre point de vue que ceux recueillis auprès des Algériens de Guelma. Le 9 mai 1945, nous avions onze ans à Guelma, en Algérie.

Ce jour-là, seize français de la région ont été assassinés à coups de hache ou de baïonnette, des femmes ont été violées et égorgées. Ce jour-là, parce que nos cousins ou nos amis en âge de porter les armes étaient partis "mourir pour la Patrie" en Italie, en Provence, en Alsace ou en Allemagne, il ne restait que quelques gendarmes et agents de police pour défendre la ville assiégée.

Nos parents et nos oncles dont d'anciens de 14/18 ont été requis par le sous-préfet pour nous protéger. Leur mémoire et leurs mains n'ont jamais été entachées d'aucun crime; leur courage nous a sauvés. Sans eux et quelques autres, les victimes françaises auraient été bien plus nombreuses.

Aussi, vous comprendrez notre étonnement de lire la relation de ce drame au seul travers des témoignages d'algériens de Guelma sans qu'à aucun moment n'apparaisse celui d'européens présents dans la ville à cette époque.Le souci de l'exactitude et de la vérité, inhérent à la profession de journaliste, nous semblait exiger une telle confrontation de témoignages.

Nous avons donc relevé au hasard de notre lecture un certain nombre d'inexactitudes et de procès d'intention que nous nous permettons de vous signaler.Dans la relation des événements faite par Monsieur Malye et le portrait qu'il trace de nos compatriotes, nous peinons à trouver la distance et la mesure qui donneraient de la crédibilité à son récit...... la suite est sur ce lien.

2016-05-12-1463056808-6385336-miliceguelmoise.jpg

Acte 9: Dominic paya pour Julia et André

La lettre adressée au journal Le Point en juin 2008 pour contester les dires d'Algériens, appartient à Guy Bezzina dont l'oncle avait été tué par nos paysans. Guy avait onze ans en 1945. Il est toujours légitime pour ce fils de colon de parler de la mort de son oncle Dominic Bezzina, propriétaire d'une ferme à 3 km où la ferme Ben Yakhlef, où ma propre famille fut décimée le 10 Mai 1945.

Important de re-signaler que le fait d'évoquer des drames vécus dans notre coin n'est nullement pour verser dans une quelconque comptabilité ou faisant dans l'industrie des chouhada (Allah yarhamhoum).

Mais en ce qui nous concerne, il reste toujours pertinent de rapporter des témoignages sur des incidents tels que décrits localement au lieu de jouer aux commissaires du peuple à l'histoire nationale, empêchant les Oranais les Djelfaouis les Skikdis de parler de leurs régions et de participer une lecture plus large des événements qu'a connus le pays .

"Think local first", dit l'américain ... Where ever et nous pouvons répondre à monsieur Bezzina, dont la famille appartenait à la confrérie maltaise de Guelma, une communauté d'immigrés de Malte venue pour l'équilibre démographique chrétien, ayant pu grâce à ce titre, accéder à la propriété terrienne au début du 20e siècle.

Lors des massacres de 1945, ils étaient devenus plus cruels que les Français de souche, que dire de leur racisme cultuel des années 30. Ici, je ne peux malheureusement trop m'étaler sur le témoignage truffé de mensonges d'un monsieur qui voue aux Algériens une haine viscérale, car encore en termes de haine réciproque, je m'en fiche éperdument de la mort de son oncle.

Il faut préciser - et j'assume au nom de ceux qui me l'ont confié- que le plan visant à tuer son oncle était préparé à l'avance, c'est-à-dire à l'aube du 9 mai 1945. Donc, à Guy Bezzina d'assumer la mort de 11.000 Algériens à Guelma. Son oncle a été envoyé ad patres car il appartenait à un conseil municipal raciste, de la commune de Petit actuellement Boumahra laquelle était présidée par le maire-assassin: Julia.

Mais voila encore les deux autres causes ayant provoqué la rage des assaillants contre son oncle le 9 mai 1945. Guy Bezzina qui nous donnait des leçons dans le journal Le Point en 2008 savait que cet oncle était ami du sous-préfet criminel de Guelma André Achiary lequel était en sa compagnie lors d'un déjeuner le samedi 5 mai 1945. Dominic Bezzina savait qu'un plan se tramait contre les Algériens avant la date du 8 mai.

Il faut mentionner aussi que non seulement son oncle Dominic l'indu occupant de la ferme était l'ami de ce sinistre boucher, mais avait un frère membre de la milice constituée bien avant les massacres de mai 1945. Il semblait encore évident que même le père de Guy Bezzina était membre des hordes sanguinaires, celles qui s'honoraient du titre "Pas de quartier avec la milice de Guelma".

Pour les femmes violées européennes comme il prétend, je tiens à préciser qu'il n'y a eu aucune femme étrangère violée à Guelma par les Algériens en 1945. On nous avait, à un moment, induit en erreur concernant deux sœurs qui s'appelaient les Soukal, mais ce scénario avait par la suite son lot de faussetés. Même la femme du colon Haldbel tué dans zone de Sekaka commune Sefia, n'a été ni agressée ni violée. On lui a juste mis une robe algérienne.

Or, la seule femme française étrangère tuée en 1945 avec son mari dans les régions de Guelma est Maria Wunschell, 61 ans de la ferme Prunetti sur la route de Gounod, actuellement Ain Larbi ... Et c'était à cause d'un accident dû au carambolage de leur fiacre le 9 mai 1945, alors qu'elle tentait de fuir avec son mari, vers la ville.

2016-05-12-1463055701-1445871-martyresdeguelma.jpg

Acte 10: Les morts

Or, pour avoir une idée sur les morts dans La zone de Guelma, on doit parler avant de 189.000 habitants musulmans dans toute la sous-préfecture de Guelma en 1945. Si on enlève les 58.000 des communes mixtes et pleins exercice de Souk Ahras, on trouve 131.000 ha. Posons donc la question suivante ? Est ce que la France avait massacré entre 10.000 et 11.000 à Guelma ? Plausible.

Allant maintenant à Setif et la région de Béjaïa et de Jijel des zones qui auraient connu les morts plus ce qu' en double, donc 22.000 personnes lâchement exécutées. Le total nous donne avec Guelma, 33.000 morts ... Exacte ! Revenons pour faire la correction vers le haut et dans ce cas, on doit se reférer aux décès inscrits dans toute la préfecture de Constantine en 1945, un département moins populeux que le département d'Oran .

Ainsi, il fut enregistré 107 milles décès en 1945 dans le Constantinois, contre 44.000 en Oranie. Mais qui a enregistré les décès imputables aux massacres ? Ce sont les Français bien sur, car la majorité des Algériens, surtout dans les douars, évitaient de déclarer leurs morts, par peur de représailles. Donc pour nous dans les 107.000 décès , il y en ceux imputables aux massacres mais enregistrés par l'administration.

Est ce que ces algériens ont enregistré leurs morts dus aux massacrés de 1945, en 1946 et en 1947 ?Possible, car les décès dans le Constantinois en 1946 étaient de 92.000 et le comble en 1947 tombaient à 74.000. Si on prend la référence de 1947, on aura exactement 33.000 de différence par rapport au compte de 1945.

Ces 33.000 sont des tués. Et les 4.000 disparus qu'on doit rajouter ? Ca va nous donner 37.000 sans compter les chiffres inconnus des régions de Texanna et les régions à l'extérieur des zones de Sétif et de Guelma, que l'histoire oublie.

Revenant à Guelma qui comprenait les deux seules communes mixtes de Charef et Sefia surpeuplées d'indigènes. Ici les chiffres avoisinaient les 5600 morts si la fourchette de 6 personnes par mechta (80 mechtas) est appliquée, surtout qu'on a en notre possession un autre élément : les morts dues aux attaques aériennes.

Toutefois, cette proportion pourrait facilement aller vers la hausse dans des régions côtières de Béjaïa où l'arme lourde et les tirs à partir de bâtiments de guerre, furent enregistrés.

Revenant encore à Guelma car on a une certaine maîtrise des chiffres, et rajoutant 2700 morts de la ville aux 5.600 des communes mixtes extérieures à la communauté urbaine, on trouve donc 8.300 morts.

Si on fait des extensions vers Sedrata vers le sud, vers Annaba vers le nord, vers oued Zenati vers l'ouest et vers Skikda vers le nord ouest, on aura pour toute la région Est de la ville de Constantine 13.000 morts ... Incontestable ! Prenant les 13.000 morts et multipliant par deux pour trouver les morts de la zone Ouest de la ville de Constantine comme setif et Kherrata, on trouve 26.000 morts.

Faisant le total: 39.000 en tout, zones est Constantine et ouest Constantine et rajoutant tout cela aux 4.000 disparus et 1000 morts un peu partout en Algérie on trouve exactement 44.000 morts ... La conclusion : Nous sommes désolés chers comptables Francais ! On vous a chargé juste un milliers de cadavres de plus !

Acte 11: des humains et des noms

Il s'agit que d'une toute petite liste des noms des chouhada de mai 1945 dont la majorité avait pour destination le four a chaux. Comme la famille Oumeddour par exemple, on peut recenser plus de 14 personnes et nous souhaitons que les gens s'expriment et livrent des témoignages et des noms . Il en reste énormément :

Abda Ali, Abda Smail, Abda Amor, Abdaoui Med Chérif, Abdaoui Ali, Aggoun Mohamed, Alouache Rabah, Amara Belgacem, Amirouche Mébarek, Amrouchi Abdallah, Amrouchi Ahmed, Amrouchi Kamel, Amrani Salah, Amiri Ahmed, Arbaoui Ahmed, Arbaoui Ramdane, Arbaoui Mansour, Ayadi Mohamed, Bendjadjerida Said, Boumaza Labidi, Boudou Amar, Boutesfira Aissa, Boumaza Tahar , Boumaza Bachir, Boumaza Mohamed ben Said, Boumaza Ahmed, Boumaza Mohamed ben Hafsi, Boumaza Khoudir ,Boumaza Mohamed ben Sadek, Boumaza khoudir ben Larbi, Bellous Ahmed, Bélaid Mohamed Salah, Berredjem abdallah, Belamine Mohamed, Bouchemel Larbi, Belazoug Smail, Benchai Abderramane, Braham Mohamed, Bouchair Salah, Benberkane Hocine, Benberkane Amar, Benchikha M'barek, Benchikha Mohamed Said, Benchikha Hacène, Bensouilah Abdelkrim, Benyakhlef Amor, Benbiddouche Said, Boukhatem Youcef,Boudjahem Ahmed, Bensaada Youcef,Bouchair Mohamed, Barkache Messaoud, Bouchemel Mohamed,Benredjem Ahmed, Benredjem Tayeb, Benredjem Salah, Benredjem Ahmed ben Salah, Benredjem Ahmed ben Abdallah, Babbouri Said, Bouhadja Amar, Bekhakhecha Brahim, Benamari Hocine, Boughaba Ali, Boulouh Mohamed, Belaid Abdallah, Badji Mahmoud, Badji Hachemi, Badji Khoudir, Badji Ahmed, Benassou Mohamed, Baadache Mohamed, Badji Tahar, Boudjahem Said, Bensaada Bachir, Benothmane Mohamed, Benothmane Labidi, Chioua Brahim, Chaibi Abdelhamid, Chaibi Rabah, Chorfi Amar, Chorfi Messaoud, chorfi Salah, Chehida Ahmed, Chemami Ahmed,Chergui Fatma, Chibouni Belgacem, Chouini Messaoud, Cheriet Mohamed, Douaouria Mohamed, Douaouria Ali,Djerbouh Hamouda , Djerbouh Rabah, Djerbouh Abdelmadjid, Dafri ammar, Djaouchi Bourenane, Djaouchi Said, Djababla Amar, Djababla Ahmed ben Mebarek, Djababla Mébarek,Djebabla Ahmed Ben Salah, Djaadjoua Omar, Djebbar Mohamed Larbi , Djebbar abderrahmane, Dafri Lakhdar, El-bekri Ali, Faci Belgacem, Faci Nafissa, Farah Keslani, fadel , Grida Mohamed Salah, Guergah Mohamed, Hamdaoui Laabed, Hameg Arab, Hadj-Maoui Abdelkader, Hassani Ali, Hassani Mohamed Salah, Hassani Abdallah, Hebbache Sebti, Hemissi Mohamed, Hafidhi Allaoua, Hachemi Saad, Hazam Saîd, Idir Amor, Khellassi Mohamed, Kateb Hassen, Kateb Brahim, Keraichia Ali, Laidi Rachid, Labrèche Belgacem, Merbaï M'Hamed, Mirad Brahim, Medjllakh Mohamed Salah, Mebarki Mohamed, Maafa Salah, Medjoub Mohamed, Medjaldi Ali, Mekhancha Farhat, Madi Brahim, Merzougui Makhlouf, Maizi Mohamed dit Tobal, Meddour Touhami, Maghzi Mohamed, Oumerzoug Mohamed Améziane, Oumerzoug Hadj-Salah, Ouartsi Abdelmadjid dit Mabrouk, Ouartsi Ahmed, Oualdji Layachi, Obeizi Salah, Regguini Larbi dit Abdallah, Regui Mohamed, Regui Abdelhafid, Regui Zohra, Rahemme Adjroud, Razkallah Sadek, Rahab Bachir, Reguig Salah, Rouabhia Amar, Rouabhia Hamana, Rouabhia Hocine, Rouabhia Hacène, Rouabhia Amar Ben Tayeb, Saïdi Abderrahmane, SNP Abdelkader, Selaïmia Tayeb, Seridi Touhami Ben Madani, Seridi Mohamed Ben Touhami, Seridi Mohamed dit Larbi, Seridi Ahmed Ben Said, SeridiL'Hachemi Ben Madani, Seridi Ahmed dit Si Hamida, Seridi Abdallah, Seridi L'hachemi Ben Said, Seridi Mohamed Ben Salah, Soudani Mohamed Salah, Skander Mohamed, Seddiki Ahmed, Saadallah Omar, Selmane Aissa , Saidi Rachid, Slimani Hacine, Sebbane Lakhdar, Triki Mahmoud, Triki Abdelmadjid, Taoughi Ahcène, Tabal Brahim, Taleb Mohamed, Tabouche Salah, zaaimia Ismail , Zouaïmia Ali (près de l'onama), Zouaïmia Mohamed Salah ( ferme dubois ) , Aloui-zouaimia Hocine( 4ieme kilometre) , zouaimia Laafifi( ferme benyakhlef ) , zouaimia Djemai( ferme benyakhlef) ,Zouaimia Mohamed( Gare Nadhor) , zouaimia zineb ( ferme benyakhlef) , zouaimia Messaouda ( Ferme beyakhlef) , Ziouche Mohamed, Zemali Rebaï, Zelfa Amara, Hassani Chérif, Kouarta Brahim, Sassi
Abdelmadjid

Prochaine partie et fin: Les Britanniques dans le ciel, les affamés à ras le sol.

LIRE AUSSI: