LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Kais Mabrouk Headshot

Afek Tounes grandit ...

Publication: Mis à jour:
FAOUZI
Facebook/Faouzi Ben Abderahman
Imprimer

Nous vivrons à la fin du mois, le deuxième congrès au sein de Afek Tounes. L'actuel président Yassine Brahim a décidé de postuler, de nouveau, à sa propre succession. Avec le président actuel, un candidat de grande qualité intellectuelle s'est également manifesté pour briguer la tête du parti: Monsieur Faouzi Ben Abderrahmen.

Afek Tounes dont Yassine Brahim est à la tête depuis maintenant trois ans n'a cessé de contribuer et de participer dans les grandes étapes de la consolidation de la démocratie dans notre pays et il compte le faire dans les jours à venir également au sein du parti grâce à un congrès démocrate et transparent où régnera un débat d'idées et de vision.

Nous ne pouvons parler de futur sans faire un état des lieux pragmatique sur la situation politique et économique du pays. Bien que la Tunisie affiche auprès du ministère de l'Intérieur plus de deux cents partis, il est difficile de déceler plus de trois à quatre parmi eux qui soient laborieux et structurés. L'engouement pour la chose publique post-révolution a fait naître une multitude d'acteurs sur la scène politique dont beaucoup ont disparu. Afek Tounes fait partie des très rares partis debout aujourd'hui et au service de son peuple. Tout au long du périple de l'exercice du pouvoir, il a su rester homogène dans sa composition et ses idéaux. Également, il a pu résister au syndrome de la division en campant sur ses valeurs fondatrices.

Du point de vue économique, la situation actuelle de la Tunisie semble être très fragile. Néanmoins, il est difficile de faire porter le chapeau au modèle ou aux hommes qui l'animent. Différents gouvernements se sont succédé, depuis la révolution du 14 janvier. Cependant, aucun n'a eu les pleins pouvoirs pour mettre en place sa vision. Les coalitions sans majorité confortable sont bien pour gérer le fonctionnement mais inefficaces pour des réformes profondes et structurelles. Pour cela, ces différents gouvernements n'ont pu hélas consolider pleinement les acquis économiques du pays.

Par contre avec ces différentes coalitions, l'acquis majeur de la révolution en l'occurrence la démocratie, s'est bien installée; une nouvelle Constitution a été adoptée, une assemblée nationale bien mise en place, un président de la République élu et une date fixée pour les municipales.

Six ans maintenant que Afek Tounes participe comme acteur majeur dans le fondement des différentes étapes pour asseoir la démocratie en Tunisie. Il a réussi à participer à la Constituante avec 4 députés et a joué un rôle majeur dans le dialogue national et dans la contribution à l'élaboration de la nouvelle constitution.

En 2014, il a réussi à convaincre les Tunisiens et a remporté 8 sièges à l'Assemblée nationale. Suite à cela, il a été sollicité pour participer au gouvernement d'union nationale et il a accepté après avoir sollicité son conseil national. Nous avions obtenu à ce moment-là trois ministères et nous participons également au gouvernement actuel avec 2 ministères et deux secrétariats d'État.

Grâce à cette implication dans l'exécutif, le parti a contribué directement dans des actions majeures démontrant notre volonté à être des acteurs dans les responsabilités qui nous sont attribuées. Notamment, nous avons significativement travaillé sur l'élaboration des stratégies de développement et la construction du plan de développement quinquennal 2016-2020.

Tout au long de ses différentes étapes Yassine Brahim a su être un chef de parti visionnaire et patriote. Il a su maintenir l'intérêt national au détriment de l'intérêt du parti à maintes reprises. Il a, de même, veillé à l'intérêt du parti au détriment de l'intérêt personnel. Il a, par ailleurs, su garder la tête froide et résister aux tentatives de déstabilisation menées par les adversaires du renouveau sans sombrer dans la bassesse vers laquelle ils ont tenté de nous drainer.

Plus concrètement son absence dans l'exécutif du parti lors de sa prise de responsabilité comme ministre de la Coopération internationale et de l'investissement s'était bien fait sentir au sein parti. Une absence qui a fragilisé considérablement celui-ci quoique les rênes aient été confiées à l'actuel challenger.

Pendant cette période, les activités du parti étaient quasi-inexistantes, les ressources étaient au minimum et le moral des militants était au plus bas. Yassine Brahim a pris très vite, dès la nomination de Youssef Chahed comme Premier ministre, la courageuse décision de renoncer à tout éventuel poste ministériel pour se consacrer corps et âme à la consolidation du parti.

Son retour à Mutuelleville s'est répercuté positivement sur le moral des troupes et sur les indicateurs du parti. Ces six derniers mois de labeur et de déplacements, nous ont permis, aujourd'hui, de prendre la décision courageuse d'organiser notre deuxième congrès. Aujourd'hui -personnellement- pour le choix, je recommanderai la raison et le pragmatisme. Yassine Brahim représente la continuité dans la vision et l'évolution vers un rythme supérieur.

Finalement, le plus important à ce stade, c'est que le parti a grandi, au sens propre comme au sens figuré. Il entre dans l'histoire par une grande porte qui lui est unique à mon sens.

Comparé aux différents congrès des partis au pouvoir ou ayant été au pouvoir en Tunisie et qui se sont déroulés depuis 2011, il est factuel de dire que c'est le premier parti en Tunisie à organiser son second congrès avec des candidats de qualité dans une transparence totale et une démocratie réelle outillée des technologies les plus avancées. Quel qu'en soit l'issu des urnes, la Tunisie aura gagné!

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.