LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Kaci Abdmeziem Headshot

Les ailes

Publication: Mis à jour:
MARKET ALGERIA
Ramzi Boudina / Reuters
Imprimer

Ce genre d'avanies ne peuvent arriver qu'à moi.
Que faire lorsqu'on est retraité? Aller à la mosquée? J'ai essayé la formule mais elle ne m'a pas convenu.Lire la presse ? Oui ,mais c'est l'angoisse pure et dure garantie pour des jours et des jours.Il reste les commissions à faire sur injonction de la maîtresse de maison.

Aujourd'hui il m'est prescrit des ailes de poulet. J'y vais! j'y cours.
Le marchand de volailles me pèse un kilogramme d'ailes toutes fraîches, les emballe dans un papier spécial estampillé de de carrés roses, marque de sa boutique.Scrupuleux, Il pèse encore une fois puis met le paquet dans un sachet .
Me voilà sorti.

J'ai d'autres commissions à faire. Je me dis qu'au lieu de m'encombrer de mon sachet d'ailes il est préférable de le déposer chez Nabil, mon marchand de légumes et fruits habituel, ultime escale avant de rentrer chez moi.

J'achète le pain, les croissants et je ne me souviens plus quoi d'autre et passe enfin chez Nabil pour les légumes et les fruits. Je récupère, mon sachet.
Je file dare dare à la maison.

La première chose que controle la maîtresse de maison c'est le sachet aux ailes.
-Quoi, dit-elle.Je t'ai demandé de me ramener un kilogramme et tu me ramènes trois ailes? Retourne chez ton marchand et vois ce qui a pu se passer!!
Je suis stupéfait!
Je retourne chez le marchand de volailles qui me demande de bien réléchir pour voir où la substitution a pu se produire.
"Si quelqu'un ramène le sachet je vous garde la marchandise."m'assure-t-il.
Que faire? Accuser Nabil? Devant toutes ces femmes qui attendent d'être servies? Hors de question.
J'ai une idée de génie.Cela se passe comme ça quand on est acculé.
Je cours chez le second marchand de volailles qui a pignon sur la grande rue du quartier me disant en moi-même:"j'espère qu'il en a!"
Fort heureusement, il en a.

Je me fais servir un kilogramme d'ailes. J'emprunte alors un de ces fameux escaliers qui n'en finissent pas de monter et qui relient le boulevard du quartier à son esplanade située en hauteur.
Je m'arrête. Je transfère ma nouvelle acquisition dans le sachet où gisent les trois malheureuses ailes qu'on a bien voulu me laisser chez Nabil.

J'empaquette le tout dans le fameux papier estampillé de carrés roses du premier marchand de volailles car la maîtresse de maison est particulièrement suspicieuse.
Seul un chat, particulièrement perspicace et collant, a assisté à cette opération d'escamotage.
-"il a dû sentir l'odeur de la sardine", commenta sobrement un passant.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.
Loading...