Huffpost Maroc mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Jaouad Mabrouki Headshot

De l'importance d'une éducation spirituelle et morale à l'école

Publication: Mis à jour:
SCHOOL MOROCCO
Youssef Boudlal / Reuters
Imprimer

COEXISTENCE - S'il faut absolument une éducation religieuse dans le programme scolaire, en tant que psychiatre, il me semble qu'il y a plusieurs paramètres à considérer:

1. La nature de l'enfant
2. La complémentarité de l'éducation religieuse et de l'éducation spirituelle
3. L'influence de l'enseignant
4. La cohérence entre l'école et la maison

1. La nature de l'enfant

L'enfant a longtemps été considéré comme une page blanche sur laquelle l'adulte inscrit ses recettes personnelles, comme un vase vide que l'on remplit avec ce que l'on veut. Il est triste que l'adulte pense à la place de l'enfant et le remplisse de ce qu'il croit être bon pour lui. C'est malheureusement le meilleur moyen de brimer, de briser le développement d'un enfant et sa personnalité. C'est aussi la meilleure façon de faire de cet enfant un adulte non autonome et assisté.

L'enfant n'est pas un ordinateur dans lequel l'adulte installe les logiciels qui lui semblent bon pour lui mais il devrait plutôt le considérer comme une mine dans laquelle sont enfouies des capacités et des talents sans limite. L'éducation a donc pour rôle d'aider l'enfant à extraire ses capacités et à les développer en fonction de ses besoins et cela de façon progressive en respectant son évolution.

Est-ce que l'adulte cherche le bien de l'enfant et l'aide à être ce qu'il veut être ou bien veut-il le sculpter et le façonner selon ses propres fantasmes de l'enfant idéal? L'enfant est une personne, un être humain, il a besoin de nous pour l'aider et l'accompagner vers l'autonomie et non pour faire de lui ce que nous voulons.

2. La complémentarité de l'éducation religieuse et spirituelle

L'enfant a-t-il besoin d'une éducation spirituelle et morale ou bien uniquement d'une éducation religieuse? Il me semble que l'enfant a plus besoin d'une éducation morale et spirituelle aussi bien à la maison qu'à l'école. Cette éducation ne doit pas remplir l'enfant avec des: "il faut que tu sois bon, il faut que tu dises la vérité, il ne faut pas voler, il faut être généreux...". Ces formules ne sont qu'un gavage que l'enfant ne digère pas et qui vont finir par le faire vomir.

L'éducation spirituelle doit aider l'enfant à extraire les vertus divines et les valeurs morales qui sont en lui et l'amener à découvrir qu'il est mieux pour lui d'être bon que d'être méchant, qu'il est mieux pour lui de dire la vérité que de mentir, qu'il est mieux pour lui d'être pacifique que violent... En d'autres termes, l'éducation spirituelle doit amener l'enfant à mobiliser ses propres moyens, ses propres capacités et à réfléchir, à comprendre et à décider par lui-même.

L'éducation spirituelle doit amener l'enfant à prendre conscience qu'il est une personne à part entière et qu'il appartient à cette société, à ce village, à cette ville, à ce pays, à cette humanité entière et qu'il a des droits et des obligations. Elle doit aussi l'amener à développer son sens d'appartenance sociale afin de ne plus se voir comme "un petit qui ne sait rien et qui comprendra tout quand il sera grand". Car l'éduquer comme un vase vide que l'on remplit l'amènera, une fois grand, à conclure qu'il a été trahi par l'adulte.

L'éducation spirituelle n'est pas l'étude d'une religion donnée avec son histoire, ses rituels et ses dogmes. L'éducation spirituelle aide l'enfant à se transformer et à développer ses capacités spirituelles. Elle est le point d'union de toutes les religions, c'est le noyau de la religion qui ne change pas à travers le temps, elle véhicule des principes tels que "bonté, générosité, véracité, respect, confiance, aider son prochain".

Ainsi, l'enfant développe la tolérance et la coexistence de façon naturelle sans aucun préjugé. Ceci nous amène à distancer l'éducation religieuse de l'éducation spirituelle, cette dernière permettant d'éviter l'ancrage des préjugés enseignés par telle ou telle religion.

L'éducation religieuse apprend à l'enfant les rituels et leurs importances du point de vue spirituel, mais elle apprend aussi à l'enfant le code social et les lois qui permettent à une communauté de vivre en paix. Ces rituels et ces codes changent d'une religion à une autre, contrairement aux valeurs spirituelles et morales. Les religions peuvent être enseignées avec respect, ainsi que leur histoire, leurs rituels, leurs dogmes, mais sans aucune comparaison, sans préjugés et d'une manière la plus neutre possible. Ainsi, nous apporterons à l'enfant la connaissance des religions sans promouvoir une idéologie particulière.

3. L'influence de l'enseignant

L'enseignant devrait suivre une formation spécifique avant d'enseigner aux élèves l'éducation religieuse et spirituelle. Il ne s'agit pas de formation pédagogique, mais plutôt d'une formation qui lui permettrait de se transformer lui aussi spirituellement.

De cette façon, il pourra se débarrasser de tous ses préjugés afin de ne plus considérer qu'une religion est supérieure à une autre, et ainsi promouvoir la tolérance et la coexistence qui sont les clés de la paix sociale et mondiale. L'enseignant devra aussi être sensibilisé sur la nature de l'élève et ne plus le considérer comme une page blanche. Il prendra ainsi le rôle de l'ingénieur qui doit apprendre à l'élève comment extraire ses capacités spirituelles de sa propre mine.

Sans cette formation, l'enseignant, qu'il le veuille ou non, va influencer les enfants avec ses propres opinions et ses propres préjugés, cela peut créer un conflit dans la tête de l'enfant, voire même un conflit avec ses parents. Nous ne devons jamais oublier que pour l'enfant, l'enseignant est comme un deuxième père et tout ce qu'il dit est une vérité absolue.

Vous vous imaginez la portée des opinions personnelles de l'enseignant sur l'avenir de l'enfant, et par conséquent sur l'avenir de toute une génération et de la société! Si les enseignants ne sont pas tous cohérents et unis dans leurs discours et leurs visions, nous risquons d'obtenir une société pleine de conflits.

4. La cohérence entre l'école et la maison

L'éducation religieuse à l'école peut poser bon nombre de problèmes. Les parents de tous les élèves dans les écoles marocaines ne sont pas tous des croyants et n'ont pas tous la même religion! Il parait évident qu'ils ne doivent pas tous être d'accord pour que leurs enfants reçoivent une éducation religieuse d'une religion donnée considérée comme celle de la majorité!

Pour eux, cela peut être vécu comme une sorte de discrimination religieuse alors qu'ils sont aussi des citoyens marocains, créant ainsi l'ignorance et l'intolérance des minorités d'une part et des autres religions dans le monde d'autre part. Si les minorités religieuses acceptent pour l'instant l'éducation religieuse à l'école, c'est parce qu'elles n'ont pas le choix et les élèves sont obligés d'avoir de bonnes notes aussi dans cette matière pour réussir leur année scolaire.

Ce qui est encore plus dangereux, c'est que l'éducation d'une seule religion peut amener les parents à contredire l'enseignant et son point de vue. L'enseignant perd sa crédibilité vis-à-vis de l'enfant et ceci est grave pour la confiance qu'il doit avoir vis-à-vis de son école. Or, l'enseignement spirituel ne pose pas la problématique de l'incohérence entre les parents et l'école, car il s'agit de valeurs morales qui sont nécessaires pour une société équilibrée et épanouie. Un travail de collaboration entre l'école et les parents ne serait-il pas nécessaire afin qu'ils apprennent ensemble de leurs expériences mutuelles?

En conclusion, l'objectif final de l'éducation religieuse à l'école, ne serait-il pas la transformation spirituelle de l'enfant? Le développement de son sens d'appartenance sociale? Son ouverture sur toutes les croyances? Seulement, l'expérience dans le passé nous montre bien que ces objectifs ne peuvent être atteints en enseignant uniquement l'éducation religieuse sans éducation spirituelle d'une part et l'éducation d'une seule religion d'autre part! Ceci sociologiquement et psychologiquement ne nous conduirait pas à la coexistence et en l'occurrence à la paix dans le monde.

LIRE AUSSI: