Huffpost Maroc mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Jaouad Mabrouki Headshot

"Je vais me marier, je vais divorcer!"

Publication: Mis à jour:
WEDDING
altrendo images
Imprimer

MARIAGE - De plus en plus ces dix dernières années, de très jeunes femmes de 18 à 24 ans en moyenne me consultent pour des divorces très précoces, allant de quelques semaines à quelques mois après le mariage. Le plus souvent, cette séparation est provoquée par le mari ou bien par ses parents qui ne trouvent pas la mariée à leur goût même si ce sont eux qui l'ont choisie.

Parmi ces mariages, nous trouvons aussi bien des mariages d'amour que traditionnels. Je ne suis pas uniquement choqué par l'avortement de ce mariage, mais plutôt par le fait que ces jeunes femmes ont quitté le cursus scolaire ou universitaire, alors que la société repose sur elles tous ses espoirs. D'ailleurs le progrès de la société dépend directement de celui de la femme!

Le garçon divorcé quant à lui, souffre moins, voire pas du tout, car selon lui et ses parents, il est "toujours un garçon" et que toutes les filles sont à ses pieds. D'ailleurs, je ne reçois jamais en consultation un jeune homme divorcé, ignorant complètement son crime social en violant "l'institution sacrée du mariage"!

Contrairement au garçon, la fille divorcée devient une tare pour ses parents, une honte, une victime, et ayant perdu sa virginité ou le "label de son hymen", elle risque de ne plus pouvoir se remarier avec honneur. C'est cet aspect culturel de notre société qui est à la source du traumatisme et de la douleur de la jeune divorcée et de ses parents, un véritable drame!

Hélas, la femme est toujours considérée comme "un objet" ou "une marchandise"! Lorsque je demande à la fille ou au garçon pourquoi ils se sont mariés, les réponses sont souvent de ce genre:

- Pour la fille: parce qu'on s'aime, parce que mes parents m'obligent, pour fuir le terrorisme domestique...
- Pour le garçon: parce qu'on s'aime, parce que je veux la stabilité (c'est-à-dire, ne plus courir à droite à gauche), parce qu'il est temps de "faire le halal" (c'est-à- dire du sexe halal), parce que ma mère a besoin de quelqu'un pour l'aider (une bonne), ou bien encore 'pour faire comme tout le monde'...

Hélas, ces jeunes mariés avortés ne répètent que ce qu'ils ont appris de leur parents. Malgré que la cellule familiale est à la base de la société, le concept du mariage n'est ni enseigné à l'école, ni à la maison comme une institution sacrée, comme une des plus grandes entreprises sociales!

Le mariage est effectivement réduit à un simple rituel social que chacun doit accomplir pour s'acquitter de son devoir vis-à-vis de la société en assurant sa longévité et en procréant d'autres individus. L'équilibre de la société repose sur le mariage, et c'est la raison pour laquelle le divorce a toujours été totalement ou presque interdit dans toutes les sociétés, car il s'agit d'une violation du corps social.

Signer donc un contrat qui ne peut être dissout exige une bonne étude et une bonne réflexion et surtout prendre connaissance de ses clauses et des conséquences de sa dissolution.

Tristement dans notre culture, l'acte de mariage est réduit à un "kaghite ou karéte", un simple papier, qui peut être déchiré sur un coup de tête, un véritable acte criminel! Malheureusement, aucun programme pédagogique n'est enseigné aux jeunes pour qu'ils saisissent le concept du mariage et pour les amener à prendre conscience qu'ils sont les seuls responsables de la sacralité de cette institution, une fois qu'ils ont le projet de se marier.

Un programme sur le mariage doit être intégré dans tout le cursus scolaire et être considéré comme la discipline la plus importante, bien plus importante que la science et la littérature ou autre. Est-il raisonnable qu'un étudiant passe au moins 16 ou 18 ans d'études, sans recevoir aucun enseignement sur le mariage, alors qu'il s'agit de l'un des plus importants objectifs qu'il compte réaliser aussitôt qu'il finit ses études?

Avoir des cadres et des intellectuels est une très bonne chose, mais s'ils souffrent dans leurs ménages ou s'ils divorcent prématurément, leur malaise d'une façon ou d'une autre sera répercuté sur leur travail et le service de la société!

Le mariage est une véritable coexistence entre deux êtres. Pour coexister, il faut d'abord se connaître soi-même avant d'essayer de bien connaître l'autre. La connaissance de soi est donc capitale. Le mariage est basé essentiellement sur l'union de deux âmes, il s'agit d'une "union spirituelle" avant tout!

Dans plusieurs sociétés, il est plus facile de se marier que de divorcer et le tribunal met des années avant de se prononcer sur le divorce car il est considéré comme la mise à mort d'un important organe du corps social! Je ne vais pas vous dicter pour quelle raison il faut se marier, car il s'agit du devoir de chacun d'y réfléchir et de ne plus considérer le mariage comme un simple rituel.

Tout ce que je peux vous dire, c'est que le mariage est comme un oiseau à deux ailes: l'une est représentée par la femme et l'autre par l'homme. Pour que l'oiseau puisse voler dans les cieux du bonheur, les deux ailes doivent être harmonieuses et synchrones.

C'est donc à chacun de nous de bien connaître les spécificités de son aile (la connaissance de soi), pour qu'on puisse trouver l'autre aile capable de synchroniser et coexister avec la nôtre et qu'il ne suffit pas de choisir une belle et une jolie aile ou bien encore accepter l'aile qu'on lui impose!

LIRE AUSSI: