LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Issam Marzouki Headshot

Un Tunisien chez l'Oncle Sam: San Francisco

Publication: Mis à jour:
Imprimer

La façon la plus intéressante d'accéder à San Francisco, qui est une ville avancée dans l'océan, et que sa fameuse baie entoure de trois côtés, est d'y arriver par un de ses grands ponts, le mythique Golden Gate Bridge par le nord ou le Bay Bridge par l'est. Nous y arrivâmes par ce dernier, à la gigantesque structure métallique, que nous traversâmes après nous être acquittés d'un péage, le seul que nous rencontrâmes au cours de notre voyage dans la côte ouest, les routes et auto-routes étant "free" ici, c'est-à-dire gratuites. Comme toutes les grandes cités américaines, San Francisco est construite en damier, dont les rues (streets et avenues) se croisent à intervalles réguliers, ce qui fait qu'il y a peu de risques qu'on s'y perde.

sf

La ville est donc entourée d'eau et développe sur ses flancs est et nord un gigantesque port foisonnant d'activités commerciales, mais aussi touristiques et militaires. Ville historique et grand centre économique, San Francisco est aussi un grand centre intellectuel où les libertés individuelles ne sont pas un vain mot.

Après notre installation dans un hôtel du centre, à deux pas d'Union Square, où nous fûmes frappés par la cherté du parking - nous apprîmes à nos dépends que San Francisco est la ville américaine où les places de parking sont les plus coûteuses pour le touriste!-, nous décidâmes de rejoindre le quartier, très animé en ce mois d'Août, de Fishermans Wharf, en traversant le cœur de la ville, par Chinatown.

chinatown

Il existe une culture du square dans les pays anglo-saxons et qu'on ne trouve pas ailleurs dans le monde. Dans les grandes cités, les squares forment un carré de vie au milieu des tonnes de béton, un lieu de détente où l'on rencontre des joueurs d'échec, des joggers, des familles, des lecteurs de romans et, aux heures de pause, tout un peuple d'employés qui dévorent leur sandwich en parcourant les journaux d'affaires, parce que les Américains ne déjeunent point; c'est leur solide breakfast qui leur permet de tenir toute une journée consacrée au travail.

Union Square fut donc notre point de départ et nous nous dirigeâmes droit vers le nord de la ville. Par le Chinatown Gate, nous traversâmes tout le quartier chinois qui ressemble à tous les quartiers chinois du monde mais dont l'importance nous rappelle que San Francisco, comme New York sur la côte est, a longtemps été une grande ville d'immigration asiatique, ouverte sur le Pacifique. En nous rapprochant du port, nous fîmes une pause à Telegraph Hill où trône la Coit Tower, offerte à la ville en 1906 par la philanthrope Lillie Hitchcock Coit.

sf

La tour, d'architecture art-déco, et dont le hall est décoré de grandes fresques glorifiant le monde du travail et exécutées dans les années trente, offre une vue panoramique de l'East Side de la ville.

Notre descente vers les quais s'est faite par les escaliers de ruelles chargées de coquettes petites villas fleuries. De The Embarcadero, en bas de Telegraph Hill, nous longeâmes les quais jusqu'à Fisherman Wharf, haut lieu du tourisme de la ville. Les innombrables cafés et restaurants le disputent aux magasins de souvenirs qu'une foule nombreuse et bigarrée prend d'assaut. Il n'est pas jusqu'aux lions de mer, innombrables et loin d'être farouches, qui ne soient au rendez-vous, dont le touriste peut admirer à partir du quai les caissons flottants sur lesquels ils prennent le soleil. Un grand musée de plein air est aménagé ici, le San Francisco Maritime National Historical Park, où l'on peut admirer un exemplaire de sous-marin de la Deuxième Guerre mondiale, ainsi qu'un monumental Liberty Ship qui a fait partie de la flotte ayant servi à approvisionner les Alliés au cours de la même guerre. A côté, un très pittoresque musée, le Mechanical Museum, expose une très curieuse collection de machines à sous et de jeux mécaniques.

En remontant vers Russian Hill, que nous nous entêtâmes à escalader, ce qui constitue un exploit pour des Tunisiens habitués à marcher sur du plat, nous longeâmes les voies du Cable car line, ce tramway ancien tracté mécaniquement par des câbles souterrains et qui possède son propre musée au cœur de la ville. Il s'agit d'une curiosité du lieu mais une nécessité dans une ville en grande partie bâtie sur des collines aux versants abrupts, dont les voies vertigineuses ont été immortalisées par le cinéma américain (dans "Bullit" en particulier).

Dans un très beau quartier de villas victoriennes, se déroule le très curieux Lombard Street, une rue qui serpente entre les jardins de très belles villas, les plus chères de la ville.

issam

Pour notre deuxième trajet de découverte de cette ville aux mille facettes, nous choisîmes de descendre la Market Street qui traverse la ville en la coupant en deux dans un sens médian. C'est le long de cette voie que l'on découvre le grandiose Civic Center qui, en plus des grands blocs administratifs, regroupe un Opéra et un Symphonic Hall, un Civic Auditoriom, une grande bibliothèque et un musée d'Arts asiatiques.

Comme son nom l'indique, le Market Street est une grande artère commerçante de plusieurs kilomètres dont certains tronçons sont très vivants, alors que d'autres semblent abandonnés, si bien qu'on y passe des façades des grands magasins à des lieux de grande désolation; à certains endroits, des pauvres exposent de maigres marchandises sur les trottoirs et de nombreux dealers tentent de vous vendre leurs produits.

Market Street débouche au sud-ouest sur le quartier de Castro, fief des gays de la cité. Ici on affiche son homosexualité par le drapeau arc-en-ciel planté sur la devanture des magasins et sur les balcons. Un immense drapeau de même couleur surplombe tout le quartier. Par Iwin Peaks qui prolonge Castro, on peut remonter vers le nord à travers les grands parcs de la ville. Après de petits parcs, le Buena Vista et le Corona Heights, on découvre le grand rectangle du Golden Gate parc, où sont enserrés le parc botanique, le Conservatory of Flowers, l'Académie des sciences, l'enclos des bisons... Par une coulée verte, on rejoint le Presidio, espace vert fort étendu, ayant servi durant deux siècles de base militaire, dans lequel se croisent le faisceau de voies et de boulevards convergeant vers le célèbre Golden Gate Bridge, grand ouvrage et prouesse technique, achevé en 1937.

golden gate

im

On était en plein mois d'août, pourtant les pieds du géant étaient plongés dans le brouillard, San Francisco étant la seule ville de la côte ouest où on a eu froid durant notre séjour.
Un passage obligé pour le touriste est Alcatraz qui, de bagne, s'est transformée en super attraction drainant des milliers de touristes qui arrivent par ferrys entiers de la côte voisine.

Alcatraz (familièrement appelé "The Rock") est un îlot qui trône au centre de la baie à quelque deux kilomètres de la côte. Un circuit de découverte extrêmement bien organisé, comme le sont toujours les circuits touristiques aux U.S.A., vous permet de prendre connaissance du célèbre pénitencier et, surtout, de faire la part du légendaire et du réel le concernant.

alcatraz

Ainsi, seuls quelques-uns des 1545 criminels incarcérés à Alcatraz sont demeurés célèbres: Al Capone, "Doc" Barker, "Creepy" Karpis, George "Machine Gun" Kelly et Robert Stroud surnommé "Birdman of Alcatraz" bien que ses observations sur les oiseaux datent d'un séjour antérieur dans une prison différente. La plus célèbre des quatorze tentatives d'évasion d'Alcatraz eut lieu en 1962, quand Frank Morris et les frères Anglin réussirent à fuir l'île à la nage. On suppose qu'ils ont péri noyés, bien que leurs corps n'aient jamais été retrouvés.

L'île, devenue paisible, a été transformée en parc naturel qui abrite un grand nombre d'espèces d'oiseaux, surtout des mouettes et des hérons. Le circuit touristique proprement dit traverse les bâtiments qui forment le grand dispositif pénitentiaire, composé d'un débarcadère, d'un corps de garde, d'un comptoir club des officiers, d'une chapelle militaire, d'une caserne, des logements du personnel pénitentiaire, des appartements du directeur, d'un phare, de la prison proprement dite et de grands jardins. De nombreuses cellules sont aménagées afin d'exposer au visiteur les conditions de vie des bagnards.

Après nos pérégrinations à travers les sinistres couloirs d'Alcatraz, nous décidâmes de terminer notre séjour à la Bay City par le spectacle des belles façades des 14 villas victoriennes que les habitants de San Francisco conservent jalousement , particulièrement les fameuses "Painted Ladies" qu'on peut admirer à partir des hauteurs d'Alamo Square.

Notre adieu à la superbe ville se fit dans une petite rue où nous finîmes par trouver la "Maison bleue adossée à la colline" du chanteur Maxime Le Forestier. Nous nous attendions à voir une bicoque hippie dont les habitants "ont jeté la clef", mais quelle ne fut notre surprise de trouver une villa cossue aux rideaux fermés, bien protégée par une porte blindée et un système d'alarme!

Ah! Terre américaine, tu n'arrêteras pas de nous surprendre!

issam

À venir: "Un Tunisien chez l'Oncle Sam: De Monterey à Los Angeles"

LIRE AUSSI:
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.