Huffpost Maroc mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Ismael Zniber Headshot

"Non, les 'islamistes' ne sont pas les vainqueurs aux législatives marocaines"

Publication: Mis à jour:
BENKIRANE VOTE MOROCCO
Youssef Boudlal/Reuters
Imprimer

Aux journaleux de la presse occidentale dont les pupilles se dilatent et les papilles s'éveillent dès qu'il y a mention d'islam et qui titrent "Les Islamistes vainqueurs" aux législatives au Maroc, sachez que le PJD est "au pouvoir" depuis 2011. Il n'y a donc pas de quoi faire flipper les petits retraités européens qui viennent siroter leur cognac à la Mamounia.

Rien ne changera, car justement avec le PJD rien n'a jamais risqué de changer. D'ailleurs, cela fait 5 ans que Benkirane est au pouvoir et qu'il n'arrive toujours pas à y croire, nous non plus. Ceux qui nous font peur, ce ne sont pas les gens du PJD qui sont sous les feux des projecteurs, mais ce sont les partis qui opèrent dans l'ombre et qui ont été pondus par le système, les partis d'opportunistes et de certains technocrates qui changent de veste dès que le vent tourne.

Aussi, d'après la Constitution, Abdellah Benkirane est certes le "chef du gouvernement" (article 47) mais Sa Majesté le Roi est le "chef de l'Etat" (article 42), il ne faut pas être expert dans le normativisme kelsénien pour comprendre qui est au dessus de l'autre. Pour les domaines stratégiques tels que la sécurité, la politique internationale ou l'économie, seul le Roi du Maroc, au dessus du jeu politique et garant de la continuité de l'Etat, en est coutumièrement le décideur.

Par ailleurs, l'Islam est religion d'état au Maroc (article 3), la référence à l'Islam en politique est présente au sein de tous les partis avec des degrés variables. Il faut aussi rappeler que l'existence du PJD n'a donc rien d'anticonstitutionnel. C'est dans un pays qui est constitutionnellement laïc qu'il faudrait se demander pourquoi il y a des références à la religion en politique. Qualifie-t-on pour autant Erdogan d'islamiste? Qualifie-t-on l'AKP de parti musulman/islamiste au pouvoir? Parle-t-on de parti "christianiste" pour le FN en France? De parti "judaïste radical" pour qualifier le Likoud? Encore faut-il que le PJD soit du calibre de ces partis-là et surtout qu'il soit tout aussi intolérant, ce qu'il est loin d'être dans les faits.

Le PJD n'est pas un parti religieux, mais pieux, je dirais. C'est un parti modéré qui pédale sur un tandem qu'il croit pédaler tout seul et qui se targue de pouvoir le faire avancer facilement.

Je vous assure que Benkirane n'a pas 4 femmes et qu'il ne prononce pas son discours au Parlement un chapelet à la main. Notre chef du gouvernement est drôle comme le chef d'état français. La différence c'est que le notre est drôle et qu'il le sait.

Beaucoup de Marocains considèrent le PJD comme le parti le moins corruptible, et c'est dans les milieux urbains curieusement que ce parti trouve le plus important de son soutien. Ces gens ont-ils raison? Ont-ils tort? Le peuple marocain (du moins les six millions de votants) s'est prononcé. Ne dit-on pas "vox populi, vox dei" (La voix du peuple est la voix de Dieu)? Euh... Non! Il vaut mieux ne pas le dire car cela risquerait de devenir le slogan du PJD s'ils en ont l'écho. Ils risquent de prendre encore plus la grosse tête :)

Pourquoi ne pas parler de la victoire certes modeste mais fortement symbolique de ce jeune parti porteur d'espoir qu'est celui de la Fédération de la gauche démocratique (FGD) qui remporte deux sièges dont l'un arraché superbement par le très prometteur Omar Balafrej à Rabat?

La religion n'est qu'un outil de marketing pour le PJD qui n'a rien à voir avec ce que peut être l'AKP en Turquie qui lui ne se revendique même pas comme parti musulman ou islamiste et que vos médias considèrent comme parti de centre-droit. Le PJD est un parti davantage islamique qu'islamiste. Et le poids des mots reflète ici le poids-même des partis.

Je sais que le mot islamiste fait jouir vos rédactions et que vous profitez des différentes connotations qu'il a revêtu pour continuer à abreuver l'affolement des masses mais évitez de parler de manière superficielle de sujets que vous maîtrisez si peu. Nous, marocains, nous nous chargerons de critiquer nos partis au pouvoir, pour l'heure occupez-vous de ce qui se passe chez vous, vous avez encore du fil à retordre.

LIRE AUSSI: Le PJD affirme avoir remporté les élections, dépassant de "très loin" les autres partis