Huffpost Maroc mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Ismael Zniber Headshot

Attentat de Nice: Gare à la précipitation

Publication: Mis à jour:
NICE
Eric Gaillard / Reuters
Imprimer

(Réaction à l'allocution télévisée du Président F. Hollande du 15 juillet 2016 concernant la prolongation de l'état d'urgence, le renforcement des frappes en Irak et en Syrie et le "terrorisme islamiste")

Encore des actes de précipitation sur fond d'enjeux électoraux... Renforcer les actions militaires en Irak et en Syrie? Voici un raccourci trop simple! Du donquichottisme encore et toujours! Un peu de réflexion et de bon sens... le problème vient de l'intérieur. On combat l'idéologie par les idées, le débat, l'introspection!

Et arrêtons un peu avec le "terrorisme islamiste", c'est creux, vide de sens, favorable aux amalgames et pour les médias malhonnêtement racoleur! Il n'y a que des actes terroristes. Cessons un peu de rejeter à chaque fois et instantanément toute la responsabilité sur ce bouc-émissaire pour camoufler les limites de l'appareil sécuritaire, les défaillances des politiques d'intégration et du système éducatif comme si les causes de ces attaques nous étaient toutes étrangères.

Les seules origines possibles du terrorisme sont le manque d'éducation, le marasme économique, la réclusion morale, l'exclusion sociale, le manque de représentation, l'absence d'opportunités professionnelles, la discrimination, le manque de dialogue et d'écoute, le refus de la différence, la peur, la rancune, la haine et l'ignorance... mais jamais la religion! Et ces raisons ne sont pas unilatérales, jamais la faute n'est d'un seul côté!

Cessons un peu de dire à chaque fois qu'ils s'en prennent à notre mode de vie occidental. Que dire lorsqu'ils tuent des gens à Bagdad, à Mossoul, à Istanbul, en Tunisie, ils s'en prennent à leurs loukoums? Quel nombrilisme!

Bombarder la Syrie, and so what? Non seulement on ne sait plus qui s'y bat contre qui, mais en plus on risque de tuer des centaines de civils innocents à chaque bombardement hasardeux. Par ailleurs, éradiquer le terrorisme ne se fait pas par les armes, agir ainsi c'est comme couper la tête à l'hydre de Lerne. Pour une de coupée, dix repoussent.

Pour en finir avec le terrorisme il faut en venir à ses origines. Il est le résultat de politiques étrangères approximatives, cyniques et hypocrites, d'accords sombres et mercantiles. Il suffit de suivre la circulation de l'argent pour clore la boucle et comprendre qui fait quoi et pour quelles conséquences. Et puis il ne faut pas s'y méprendre, ce n'est pas le terrorisme au Moyen-Orient qui s'exporte en Europe, mais c'est l'inverse.

Ceux qui perpètrent des attentats en France et qui massacrent et asservissent quotidiennement des familles en Irak ou en Syrie sont des Européens notamment. Ce sont des Européens, d'origine maghrébine souvent, mais des Européens avant tout, qui intègrent les rangs de Daech, qu'on le veuille ou non. On a donc failli quelque part. Il faut donc essayer de comprendre pourquoi.

Et au lieu de les diaboliser, de les traiter de "monstres", il faut essayer de comprendre leurs véritables motivations, car ces gens-là sont des humains comme nous, les traiter de "monstres" c'est les exclure de notre humanité et donc éviter le débat, c'est cesser de chercher des solutions efficaces au problème, renoncer à soigner la tare et donc baisser les bras. Vaincre le terrorisme est le défi de notre siècle et nous devons y faire face avec raison et intelligence.

Il ne faut pas agir à chaud, agir pour agir en profitant de la colère et des passions justifiées et légitimes des foules. Il est encore tôt, tôt encore pour ressortir le jeu politique, il reste encore des deuils à faire mais aussi des personnes à sauver, des blessés, nombreux, qui s'accrochent à la vie en cet instant et qui demandent à être rassurés et leur familles soutenues.

Laissez les gens pleurer leurs morts, vous aurez le temps et d'autres occasions moins moroses et tragiques pour préparer votre course présidentielle. Après trois malheureux attentats en France maintenant, il faut se poser les bonnes questions. La priorité est d'assurer la sécurité de tous les autres citoyens français. Il faut plus que jamais un discours qui unit et non pas un discours qui divise et qui sème la suspicion entre les rangs.

Pour le moment, l'heure est à l'empathie, à la réflexion, à la clairvoyance, à la mobilisation intelligente et raisonnée.

‪#‎PrayForNice‬ ‪#‎PrayForTheWorld‬ ‪#‎TousUnis‬

LIRE AUSSI: