Huffpost Algeria mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Imad Boubekri Headshot

Quand le FFS et le consensus national s'invitent subitement à une tasse de café

Publication: Mis à jour:
Imprimer

2016-11-09-1478711107-169984-.JPG

Il est 11h50 de ce samedi 5 novembre 2016. Après une grâce matinée du weekend, je me rends à un café "sous-terrain" qui porte sur la ruelle principale de Didouche Mourad, pas loin de l'église du sacré cœur à Alger. Ayant du mal à me réveiller vu les dures journées de la semaine et l'insomnie permanente qui refuse de me quitter, je me concentre avec ma tasse de café et les cloppes en tentant "d'ouvrir ma tête" après avoir réussi à ouvrir mes yeux.

Au bout de la quatrième cigarette j'entends deux vétérans entrain d'échanger sur la situation politique du pays. Le mot FFS et consensus national font leur intrusion dans la discussion. Assis à ma droite à une autre table, les deux compatriotes ne semblent pas appartenir au club des "je-m'en-foutistes". "La proposition du FFS d'aller vers un consensus national est une bonne idée", lance l'un d'eux à l'autre. Je ne peux pas rester insensible à cette phrase. Bien que je ne me sois pas mêlé de cet échange, ma curiosité ainsi que ma fibre politique ont pris le dessus sur l'envie de savourer mon café noir du matin.

Le deuxième individu, plus vieux que le premier, exprime sa colère contre la classe politique sans donner son avis sur l'idée du consensus national. Cependant, l'autre compatriote n'a pas manqué de le lui rappeler l'importance d'un consensus national. "Faire appel à toutes les forces politiques pour s'asseoir à la même table et sortir avec un minimum d'entente pour faire face à la crise est une bonne idée", insiste-t-il sous forme d'une question en escomptant une réponse. Enfin, son ami admet qu'il s'agit d'une bonne idée. Alors le monsieur, visiblement de la classe populaire et n'ayant aucune appartenance politique, quitte la table pour vaquer à autre chose tout en étant satisfait d'avoir arraché une réponse enfin.

Cette scène que je rencontre pour la première fois et qui a eu lieu dans un café où je me rends fréquemment doit renforcer les militants du FFS dans leur quête interrompue d'un consensus national. C'est aussi une preuve supplémentaire que l'idée du consensus national est bien acceptée par la population. Cette scène renforce également la direction du FFS dans ses convictions. Deux cadres, et pas des moindres, ont affirmé récemment que la population et favorable à cette offre politique.

"Le mainstream de la population est avec le consensus national", a déclaré, Abdelmalek Bouchafa, Premier secrétaire du FFS dernièrement. Il est difficile de croire que la population, touchée directement par la crise multidimensionnelle que vit le pays, s'opposerait à une telle offre politique. Elle épargnera au pays les affrontements de tout genre et viendra à bout de beaucoup de conflits.

Lors d'un entretien accordé au quotidien El Khabar le 1er novembre dernier, Rachid Halet, membre de l'instance présidentielle du FFS a affirmé que "l'initiative du consensus national se déploie et se poursuit en direction de la population sans rencontrer d'obstacle majeure".

La discussion entre les deux citoyens lambdas dans le café de sacré cœur approuve le discours et les appréciations de la direction du FFS, et ne laisse planer aucun doute sur le bien fondé de cette initiative politique.

Certes, l'échantillon présenté dans ce texte n'est pas représentatif des masses populaires, mais c'est un exemple parmi des milliers d'autres. Néanmoins, le FFS doit jeter tout son poids sur le pari de rallier la population derrière cette option stratégique pour le pays.

Pour y arriver, il faut en parallèle construire un parti fort avec des capacités d'interventions efficaces et permanentes.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.