Huffpost Tunisie mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Ikram Ben Aissa Headshot

Vis ma vie de métèque musulmane!

Publication: Mis à jour:
MUSLIMS FRANCE
ASSOCIATED PRESS
Imprimer

Un métèque, voici donc le statut auquel je suis certaine d'appartenir aujourd'hui.

La situation actuelle, les décisions politiques, les actes islamophobes, l'actualité sur l'islam et les musulmanes ne font que le prouver: nous sommes devenus des intermédiaires entre le citoyen européen et l'étranger, d'ailleurs pour certains, nous faisons surtout partis de la deuxième catégorie.

Entendons-nous dès maintenant de ce que j'entends par "nous", les musulmans: des communautés plurielles et multiples ayant pour point commun l'appartenance à une religion datant du 7e siècle de notre ère, et qui pour la majorité d'entre eux, sont issus de l'immigration, mais étant de la deuxième, troisième voir quatrième génération d'immigration.

Aussi, si c'est la musulmane qui parle aujourd'hui, il est essentiel que l'on sache ceci: je garde à l'esprit chaque citoyen européen de confession musulmane qui vit complètement les même situations que ma personne, portant un foulard ou pas, ayant une barbe ou pas, pratiquant ou non pratiquant, tenant à une culture non européenne ou non, et surtout possédant un nom et prénom qui ne seraient pas assez "européen", "français", "belge" ou non!

Vous me suivez toujours? Il est certain que parler "des musulmans", "de la communauté musulmane", "de l'islam" seraient bien plus facile mais non représentatif de la réalité. Ainsi, l'histoire de ces citoyens intermédiaires est reliée à une période d'immigration mais aussi à une religion.

Nous sommes une sorte de troupeau de moutons qui ne semble pas avoir son mot à dire, définir par lui même ce qui serait bon pour lui ou pas.

En tout cas, c'est de cette manière que certains pseudos spécialistes et politiciens incompétents à travailler sur les réels problèmes de société (petite pensée à mes amis diplômés qui n'arrivent toujours pas à trouver d'emplois) veulent nous voir. Des petits moutons qui suivrons le sacré berger et la voix des chiens hurlants pour les rassembler. Je vais malheureusement vous décevoir: vous n'avez pas affaire à des animaux, ni à une espèce particulière qui pourrait vous obéir à n'importe quel cri!

Non, rappelez-vous tout de même que nous sommes des citoyens issus de l'espèce humaine, ayant les mêmes facultés que les autres et n'ayant certainement pas voulu devenir le sujet de prédilection du monde de l'information!

Aujourd'hui, je ne suis ni l'écrivaine, ni l'islamologue, ni même la médiatrice, non, aujourd'hui, je suis la musulmane, vous savez, celle qui vous permet de faire le buzz sur les réseaux sociaux que cela soit pour le bout de tissu qu'elle porte sur la tête ou pour l'intérêt que des marques de mode ont pour des femmes comme moi, ou encore pour ce fameux maillot de bain qui couvre le corps comme une combinaison de plongée (faites attention les gars, ils pourront dorénavant vous confondre avec nous!).

Mais en quoi mon corps vous intéresse-t-il tant? L'absence de ma chevelure vous intrigue? Vous ne voyez que ce que je souhaite vous montrer tout comme d'autres vous montrerons un peu plus ou même beaucoup plus (petite pensée aux femmes dans les publicités, qui pour même un yaourt, se retrouve à devoir attirer l'attention du produit par leur corps).

Mais qu'ils sont beaux ces corps de femmes, n'est-ce pas? Et à voir certaines de vos images et caricatures, nous, femmes musulmanes avons tellement un corps détestable que nous préférerions le cacher, il serait même "impur" à entendre à nouveau ces spécialistes. Quelle idiotie!

Rassurez-vous, au nom de toutes les femmes de confession musulmane qui décident de montrer telle ou telle partie du corps, je vous rassure: notre personne n'est ni impur ni indésirable, nous faisons simplement la distinction entre l'espace public et privé et pour certaines, porter un maillot qui recouvre le corps est aussi une de ces expressions! Mais dites-moi, n'avez-vous pas des emplois à créer? Une cohésion sociale à travailler? Des guerres à cesser? Des ventes d'armes à arrêter?

"- Allo? - Oui Bonjour Monsieur, mon époux et moi-même sommes tombés sur votre annonce, nous aimerions savoir s'il était possible de prendre rendez-vous afin de visiter l'appartement, si celui-ci est toujours disponible" lui disait-elle avec un accent bien bruxellois.

Ce dernier lui répondit: Pouvez-vous me donner votre nom et prénom? - Bien sûr, c'est au nom de Khadija et Muhammad. (Quelle terrible erreur, il ne fallait surtout pas donner ces noms arabes et surtout étrangers) - Ah! Et puis-je savoir de quoi à l'air Monsieur et Madame ?"

Voilà donc le quotidien des métèques, ne pas avoir ni le bon nom et prénom ni même la bonne religion.

Les attentats qui touchent majoritairement des personnes de confession musulmane sont pourtant toujours revendiqués par des "islamistes" ou encore des "djihadistes" qui s'inspiraient d'une religion de barbare et qui ont souvent des noms et prénoms à consonances "arabe" et donc "musulmane".

Bien que l'islam apparaisse dans un territoire arabe, il est bon de rappeler que tous les arabes ne sont pas musulmans. La nuance semble à nouveau trop compliquée mais il faut savoir qu'un bon nombres de convertis et donc français ou belge de souche se sont retrouvés comme criminels pour des organisations terroristes. Preuve à nouveau qu'il y a un problème générationnel, une difficulté politique à cesser de s'immiscer dans la soupe des autres nations et des prédicateurs ainsi que des recruteurs sans foi ni loi mais qui utilisent à leur fin la religion musulmane.

Du coup, qui se retrouve pointé du doigt dans les métros ou les espaces publics? La musulmane et le musulman, la personne portant une barbe ou un foulard.

Aussi, parce que les moutons que nous sommes avons besoin d'un berger, en France, un certain J.P Chevènement a été nommé président de la Fondation pour les œuvres de l'islam. Encore une manière de nous considérer comme des incompétents qui ne savons clairement rien sur notre propre identité religieuse.

Plus que cela, ce dernier a invité les "musulmans" à rester discret. Les communautés musulmanes françaises n'ont pas été sourdes à cet appel et on bien évidemment retourner ces propos inacceptables en humour.

L'Union Juive Française pour la paix n'a pas tardé à montrer sa solidarité avec les français de confession musulmane: "En attendant il s'agit, par ces arrêtés (allusion aux arrêtés interdisant le burkini dans plusieurs villes de la France), d'humilier et de faire baisser la tête, et nous comme juifs qui nous souvenons de ces moments de notre histoire où nos parents ont dû raser les murs en France, nous ne saurions nous taire".

Serions-nous sur les traces de nos frères dans la foi et en humanité? Ceux qui ont payé le prix d'affreuses souffrances avant d'avoir une reconnaissance historique? Cette réflexion mérite d'être creusée et ce, en partant d'un contexte actuel où les frontières n'ont plus réellement de sens, en tout cas lorsqu'il s'agit de morts et de victimes.

La discrétion, voilà donc le projet proposé aux citoyens au statut intermédiaire vivant en Europe.

Dans la Grèce antique, les métèques n'étaient pas considérés comme des citoyens à part entière, pourtant l'histoire nous rapporte qu'ils ont contribué à la prospérité d'Athènes au niveau culturel et à sa défense. Continuer à investir la société qui est censée être la nôtre également malgré tout?

C'est ce que font des millions de citoyens de confession musulmane en réalité. Une sagesse que ne vaudra jamais la petitesse de certains transmetteurs de haine et de simplisme.

L'auteur gréco-canadien, Pan Bouyoucas expliquait ce statut de cette manière: "Quiconque a le malheur d'immigrer une fois - une seule! - restera toujours métèque toute sa vie, et étranger partout, même dans son pays d'origine. C'est notre malédiction à nous, immigrants". Ainsi est le sort d'enfants et petits enfants d'immigrants de culture et de religion arabo-musulmane ...

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.