LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Ikram Ben Aissa Headshot

Très peu de "Je suis Daphne", le "Je suis Charlie" a déjà pris toute notre attention

Publication: Mis à jour:
DAPHNE CARUANA
Darrin Zammit Lupi / Reuters
Imprimer

Cela s'est passée hier à Malte, une blogueuse a été assassinée, une bombe a explosé alors que cette dernière se trouvait dans sa voiture, près de chez elle. La raison de ce meurtre? Elle a dénoncé la corruption du gouvernement en place, elle s'appelait Daphne Caruana Galizia. Il n'y a pas de marche internationale prévue pour cette dernière dans le monde de la politique, comme il avait été question pour le journal satirique "Charlie Hebdo". Est-ce que le fait que les "criminels" ne soient pas les mêmes seraient une explication?

C'est donc une blogueuse qui rend hommage à une autre blogueuse qui a su réaliser par ses preuves et par l'écriture, des élections anticipées en juin dans son pays et ce, à cause de la corruption au sein du gouvernement maltais. C'est clair, ce n'est pas rien. Le magazine Politico l'avait d'ailleurs classé Daphne parmi les "28 personnalités qui font bouger l'Europe", la décrivant comme "un WikiLeaks entier en une seule femme, en croisade contre le manque de transparence et la corruption à Malte".

Daphne a subi de nombreuses menaces de mort à cause de son travail d'investigation, cela vous rappelle quelque chose avec Charlie? Cependant, cette fois-ci, ce ne sont pas des "islamistes" que nous préférons appeler "criminels" afin de ne pas continuer à entacher la réputation d'un milliard six-cent millions de musulmans, innocents de cette monstruosité passée. Non, les auteurs de ce crime doivent certainement avoir un lien avec le monde de la politique, puisqu'elle visait clairement le fameux scandale des Panama Papers et l'implication des dirigeants de nombreux pays dans cette affaire.

Aussi, si Charlie se moquait des religions et notamment de l'islam au nom de la liberté d'expression, Daphne est arrivée à quelque chose qui me semble tout aussi important: faire honneur à la démocratie et à lutter contre les fraudes à Malte. Si la liberté d'expression a été menacée dans les deux cas, il n'empêche qu'ici, une seule femme a su faire trembler un gouvernement sans qu'aucun engouement sur les réseaux sociaux ou dans le monde ne permet de lire ou d'entendre un peu partout: "Je suis Daphne"!

Oui, il y a certains événements qui touchent plus que d'autres et l'on se demande vraiment pourquoi....

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.