Huffpost Tunisie mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Ikram Ben Aissa Headshot

Le premier attentat contre un culte en Europe en lien avec la crise syrienne, c'est une mosquée chiite et le décès de son imam

Publication: Mis à jour:
MOSQUE SYRIE
wikipédia
Imprimer

Bien que considéré lors du procès comme un incendie criminel plutôt que comme un attentat, la première figure religieuse à avoir perdue la vie dans ce contexte de guerre en Syrie, c'est un imam musulman d'obédience chiite, monsieur Abdallah Dahdouh.

En effet, quelques instants avant la prière du soir, un homme ayant observé sur les chaînes d'informations ce qui se passait en Syrie et la manière dont le président, toujours en place, Bachar el-Assad (d'obédience alaouite, une expression du chiisme) assassinait sa propre population, ce dernier décida de "venger" le peuple syrien opprimé en allant bouter l'établissement en question et par la même occasion, assassiner à son tour quelques fidèles dans une mosquée chiite.

Bien que le chiisme ne soit que le deuxième courant en islam après le sunnisme (majoritaire), il reste tout de même bien présent en Belgique mais aussi en France.

En effet, plusieurs mosquées et centres ayant des affinités avec cette tendance de l'islam font partis discrètement mais surement du paysage belge et français.

Le mois de juin fut également un mois où cette communauté s'est vue à nouveau menacée selon la cellule antiterroriste belge, lors de la période du mois de Ramadan pour les musulmans. Des combattants de l'EI auraient quitté la Syrie afin de venir en Europe pour réaliser ces différents attentats et notamment envers les centres et mosquées de tendance chiite.

Il suffit de suivre l'actualité internationale pour se rendre compte que les lieux saints et mosquées chiites ont souvent été la cible des attentats de l'EI: le 28 juin 2015, c'est au Koweit que l'attentat est réalisé, le 22 mai 2015, c'était en Arabie Saoudite, en novembre 2015 l'attentat a eu lieu au Bangladesh, sans compter les nombreux endroits sacrés en Irak et en Syrie principalement.

Néanmoins, d'autres attentats ciblant des populations musulmanes sunnites prouvent que cette organisation ne fait aucune exception. A Nice, par exemple, une bonne partie des victimes de l'attentat sur la promenade des anglais sont des personnes de confession musulmane.

Que retenir?

Mardi, une Église a perdu son prêtre au nom du terrorisme tout comme des centaines de chrétiens en Syrie et en Irak ont vu leur dignité s'en aller avec l'arrivée du terrorisme dans la région.

Les communautés musulmanes ont fait les frais de ces attentats depuis plusieurs années et ce, jusqu'en Europe également.

Aussi, il n'est pas possible et cohérent d'adhérer à des discours islamophobes ou d'accepter que des mosquées soient incendiées (le cas mardi 26 juillet) de la mosquée de Tubize) pour venger une autorité religieuse.

Aucune entité religieuse n'est épargnée et encore moins, les individus de confession musulmane.

Comprendre ces faits permettra peut-être, de se concentrer sur ce que plusieurs spécialistes ont mis en avant, à savoir que nous sommes en face d'une génération attirée par la violence et un contexte particulier de guerre mondiale.