LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Ikram Ben Aissa Headshot

Le mois de Ramadan: Une pratique du jeûne uniquement?

Publication: Mis à jour:
MOSQUEE
MANAN VATSYAYANA/AFP/Getty Images
Imprimer

Comme tous les ans, le mois de Ramadan s'installe auprès des différentes communautés musulmanes. Si cette période a un lien avec certaines pratiques religieuses, d'un pilier en islam en réalité, il est aussi question d'une tradition pour plusieurs familles issues de ces régions islamisées. Si la question de la pratique du jeûne reste un élément essentiel, elle n'est pas l'unique aspect de ce mois, bien au contraire. Nous avons décidé de développer tout cela.

De quoi s'agit-il?

Le mois de Ramadan est un mois qui fait partie des douze mois lunaires dont la religion musulmane se réfère. Le calendrier lunaire à l'opposé du solaire, ne permet pas de fixer une période précise consacrée à ce mois puisque chaque année, la période du mois de Ramadan se décale de plusieurs jours. Il est à souligner également qu'au sein même des communautés musulmanes, le premier jour et le dernier jour du mois de Ramadan varient en fonction des méthodologies utilisées afin de déterminer le commencement et la fin de cette période. Dans les traditions islamiques, le mois de Ramadan reste également un mois de "pardon" où les personnes sont les invités du Seigneur suite aux nombreux bienfaits qu'intègrent cette période dites sacrée. Enfin, notons que cette période s'inscrit au sein du corpus coranique.

Une ambiance chaleureuse où tout le monde y met du sien

Plusieurs aspects contribuent à définir ce qu'est le mois de Ramadan: d'une période où la fraternité et l'ambiance chaleureuse au sein des familles règnent au partage et à la solidarité avec les plus démunis, le mois de Ramadan est également une période de remise en question, d'effort, de pardon et de changements positifs. C'est se rappeler l'importance d'une certaine vie en communauté ou en famille qui se crée durant cette période, alors qu'au quotidien, cela ne se fait pas automatiquement. C'est prendre conscience de ces moments précieux avec ses proches, avec les autres, dans un contexte religieux ou traditionnel qui invite à l'effort, à la bienveillance et à travailler le meilleur de soi.

Le jeûne

"Tu ne peux même pas boire de l'eau?" est souvent une question qui revient chez les personnes qui ne connaissent pas les pratiques à respecter durant le mois de Ramadan. Qu'est-ce que la pratique du jeûne en islam? Il est question de s'abstenir de boire et de manger mais aussi d'avoir des relations sexuelles et ce, du lever au coucher du soleil. Les personnes n'ayant pas la capacité physique pour le faire, comme les femmes durant leurs menstrues ou les personnes ayant des problèmes de santé sont donc des cas qui expliquent que cette pratique du jeûne n'est pas pour tout le monde. C'est effectivement une règle mais il y a également cet esprit de la règle, celui d'être solidaire avec les individus de part le monde qui souffrent de la faim et de la soif et ce, au quotidien.

Et au niveau santé? Le jeûne a souvent été vu comme un moyen d'améliorer son état de son santé, à condition de respecter une hygiène de vie et ce, même après la coucher du soleil. Un aspect qui semble ne pas être assez souligné: ne pas manger durant la journée, implique une manière éthique et saine de manger durant la rupture du jeûne.

Les pratiques religieuses: Un moyen de se reconnecter spirituellement

Les différents types de prières, qu'elles soient physiques ou de demandes sont souvent des activités que les citoyens de confession musulmane vont pratiquer et ce, même si ces derniers les pratiquent durant l'année ou pas du tout. Il est aussi question de prendre le temps de lire l'ouvrage de référence des musulmans, le Coran. Ces deux principales pratiques religieuses vont donner lieu à des prières communes au sein des familles mais aussi à la mosquée. C'est dans le calme et la sérénité que ces pratiques devraient se faire, et plus particulièrement dans le cas où les communautés musulmanes sont une minorité dans le pays dans lequel ils vivent. L'idée étant de respecter une autre règle fondamentale en islam: le respect des voisins en évitant de les déranger par le bruit notamment.

Le partage

Partager avec son prochain, surtout avec ceux qui n'ont rien est un principe islamique qui devrait se faire toute l'année. Aussi, l'attitude des citoyens de confession musulmane, même si elle devrait se faire au quotidien, est de s'intéresser aux plus démunis notamment, en partageant et en dépensant avec eux. L'idée de le faire durant un mois précis, c'est de pouvoir se sensibiliser soi-même à cette thématique qui rappelons-le est un des piliers de l'islam. Le partage avec ses proches est bien entendu de vigueur également, une manière de consolider les liens à travers un partage de nourriture, de son temps, mais surtout d'un moment spécial, spirituel.

Le comportement

"Bonifier son caractère" serait certainement le terme le plus représentatif de ce que les citoyens de confession musulmane s'apprêtent à travailler pendant ce mois. Il est question de se concentrer sur soi, d'analyser les éléments positifs mais aussi négatifs de notre quotidien, puis, s'essayer à en modifier quelques-uns. Cet exercice de l'effort de soi s'articule sur la possibilité de changer, de ne pas se résigner à rester comme nous sommes mais à nous améliorer. Si cet effort du changement de soi se fait au quotidien et équivaut à ce concept du grand jihad, le fait de s'améliorer au quotidien, l'exercer pendant tout un mois permettra d'acquérir une certaine forme d'habitude à faire perdurer grâce à la motivation et l'endurance de chacun.

Un mois d'effort pour du long terme

L'expérience du mois de Ramadan propose ces efforts pour 29 à 30 jours. Cependant, l'idée de cet exercice est d'acquérir de bonnes habitudes durant cette période afin de faire perdurer tous ces aspects. Le jeûne, par exemple, est d'ailleurs pratiqué durant l'année, souvent les lundis et les jeudis, c'est une tradition islamique qui viendrait de Muhammad prophète de l'islam. Un autre exemple est celui de se rappeler de cette solidarité avec l'autre qui partage la même existence que soi, mais pas forcément la même situation et ce, non pas comme une bonne action mais comme un devoir de solidarité. Ainsi, cette endurance qui ne se limite pas à un seul mois s'articule dans les différents points évoqués plus haut: la solidarité, le partage, le don de soi et le jeûne sont des attitudes à maintenir tout au long de l'année, qu'elle soit solaire ou lunaire...

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.