LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Ikram Ben Aissa Headshot

Jérusalem: Lorsque le gouvernement israélien honore le crime et la délinquance par le biais de sa ministre de la Culture à Cannes

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Un événement à Cannes a fait polémique sur la toile nous a intéressé: Il s'agit de la tenue vestimentaire de la ministre de la Culture israélienne portant une robe qui montrait la vieille ville de Jérusalem. L'intérêt mentionné par cette dernière était de célébrer les 50 ans après la fameuse guerre de 1967, l'année où Israël a envahi Jérusalem Est. Si pour cette dernière et le gouvernement israélien dont elle fait partie, cela est un bon souvenir à se remémorer, il semblerait tout de même que les Nations-Unies, pas mal de citoyens dans le monde et surtout, les Palestiniens, ne soient pas d'accord pour s'en réjouir.

vfv


Petit rappel des faits

Rappelons tout d'abord qu'historiquement parlant, le territoire de la Palestine n'était pas une terre vide d'individus, lorsque la Grande-Bretagne qui occupe à ce moment-là la Palestine décide par le biais de la Déclaration Balfour de 1917, de donner "son soutien à l'établissement d'un Foyer national juif sur ce territoire". Notons que la Société Des Nations (l'ancien nom des Nations-Unies) ne permettra à la Grande-Bretagne d'administrer la Palestine qu'en 1922. Ce Foyer national juif se retrouverait donc à l'intérieur de la Palestine (là où vivaient déjà ensemble des citoyens de confession juive, chrétienne et musulmane) aux juifs d'Europe notamment. Ces derniers subissaient des atrocités que l'on ne rappelle plus et les partis politiques de ce mouvement de masse ne vont pas se limiter aux territoires fixés durant cette période et vont avoir une posture colonisatrice jusqu'à aujourd'hui. Ainsi, les années sont passées, un conflit a perduré et ceux qui autrefois ont quitté leurs terres parce qu'ils y vivaient des inhumanités ont créé d'autres victimes qui vivent encore actuellement la colonisation de leur terre, des conditions de vie inhumaines, et est l'une des plus grandes communautés de réfugiés au monde...

Mais que se passe-t-il en juin 1967 pour que le gouvernement israélien pense devoir le célébrer?
Cette guerre est également appelée la guerre des six jours, déclenchée par Israël et se déroule du 5 au 11 juin 1967. Elle implique Israël contre plusieurs pays arabes: l'Egypte, la Jordanie, l'Irak et la Syrie. Cette guerre s'explique par l'envahissement d'Israël sur plusieurs de ces territoires arabes. Plus précisément, "Israël occupe le Sinaï égyptien, le Golan syrien (qu'il annexera en violation du droit international), Jérusalem-Est et le reste de la Cisjordanie, ainsi que la bande de Gaza: il occupe donc toute la Palestine", ce qui ne respecte aucunement ce qui lui avait été accordé au départ. A la fin de cette guerre, aboutissant à la victoire certaine d'Israël et qui n'a duré que quelques jours, le nombre de morts du coté arabe est conséquent: entre 13.000 et 23.000 personnes ont été tuées et 5500 capturées. 750 morts du coté israélien.

Les Nations-Unies relatent la guerre de juin 1967 comme ceci: A la suite de la guerre, Israël a occupé Jérusalem-Est et la Cisjordanie. Depuis lors, un certain nombre de changements démographiques et physiques ont été introduits, et aussi bien l'Assemblée générale que le Conseil de Sécurité ont adopté plusieurs résolutions déclarant nulles et non avenues les mesures prises par Israël pour modifier le statut de Jérusalem. La résolution 252 (1968) du Conseil de sécurité est particulièrement explicite à cet égard. Aux termes de cette résolution:
Le Conseil considérait "que toutes les mesures et dispositions législatives et administratives prises par Israël, y compris l'expropriation de terres et de biens immobiliers, qui tendent à modifier le statut juridique de Jérusalem sont non valides et ne peuvent modifier ce statut".
Plus que cela, "le 22 novembre 1967, le Conseil de sécurité de l'ONU adopte la résolution 242 qui se fonde sur l'illégitimité de l'occupation de territoires par la force".

Jérusalem: de l'Empire Ottoman à nos jours

Pendant plusieurs siècles (du 16e au 20e) Jérusalem est une ville de l'Empire Ottoman, c'est en 1922 que la Grande-Bretagne reçoit un mandat de la Société Des Nations qui lui permet d'administrer la Palestine officieusement et notamment sa capitale, Jérusalem. Avec l'établissement d'Israël sur ce territoire et la guerre qu'il y a entre cette nouvelle nation et les pays arabes, la capitale Jérusalem est divisée entre Israël et la Transjordanie (l'Est de Jérusalem). Notons que la communauté internationale ne reconnait pas cette situation de la ville et considère Jérusalem comme internationale. Israël continue son objectif durant la guerre de juin 1967 lorsqu'il envahit la ville complètement, et donc, également la partie Est de Jérusalem. Cette situation, nous l'avons vu plus haut, est illégale et non reconnue par les Nations Unies.

Que retenir de tout cela?

Ce que l'on doit absolument retenir de cet événement, c'est que d'une part, le gouvernement israélien se trouve dans l'illégalité ne se souciant pas du tout des différentes conditions et avertissements imposés par les Nations-Unies, comme le fait que Jérusalem n'est pas la capitale d'Israël ou encore le non respect de l'arrêt des colonisations sur les différents territoires palestiniens restants. Ce qu'il faut noter également, c'est que la guerre qui a eu lieu en juin 1967 a fait des milliers de morts, majoritairement arabes, mais surtout, cette guerre a laissé dans la précarité les autochtones de ces terres, à savoir, les Palestiniens. Des mouvements palestiniens vont se former par la suite, cela ne permettra pas d'améliorer les conditions de vie de ces citoyens palestiniens.

Plus que cela, "la résolution 242 du 22 novembre 1967 décide (notamment) du: '(...) retrait des forces armées israéliennes des territoires occupés lors du récent conflit ; cessation de toutes assertions de belligérance ou de tous états de belligérance et respect et reconnaissance de l'intégrité territoriale et de l'indépendance de chaque Etat de la région et de son droit de vivre en paix à l'intérieur de frontières sûres et reconnues à l'abri de menaces ou d'actes de force ; (...)'."

Rien de cela n'a été respecté par le gouvernement israélien, pourtant, ces derniers souhaitent célébrer ce moment de l'histoire malgré une situation encore plus catastrophique qu'au départ pour les populations palestiniennes.

Bien entendu, des mouvements israéliens, minoritaires, mais il est important de l'évoquer ont dénoncé cette politique criminelle israélienne qui date depuis trop longtemps...

Enfin, notons que le président des USA, Donal Trump a dit soutenir la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël justifiant son soutien par le fait que "ce pays aurait trop souffert". Mais de qui se moque-t-on? Oui, il semblerait donc que les faits historiques, les différentes dénonciations des Nations-Unies quant aux exactions du gouvernement israélien, l'illégalité des constructions en territoire cisjordanien, la prison à ciel ouvert qu'est Gaza et où des crimes de guerre ont été effectués soient des éléments à célébrer et aux antipodes de la souffrance qu'a vécu Israël... Cependant, beaucoup de citoyens ne sont pas dupes et certains internautes ont eu l'intelligence de modifier l'image de Jérusalem sur la robe de la ministre de la culture israélienne en différentes réalités représentants réellement ce qu'il faudrait commémorer durant cette date qui approche: la mort d'innocents, les colonisations qui se font dans le sang et dont la responsabilité incombe notamment à Israël. Oui, il existe encore des gouvernements et des gens qui sont en admiration devant la mort et qui sont fiers d'être des colonisateurs, quelle triste époque...

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.