LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Ikram Ben Aissa Headshot

"Là-haut": Un clip sur la question des migrations qui humanise un sujet oublié par ceux d'en haut et d'en bas...

Publication: Mis à jour:
VF
Capture écran/Youtube/BRAV
Imprimer

Tout le monde se souvient du petit Aylan échoué sur une plage turque le corps sans vie. Cela avait fait le tour des réseaux sociaux et des médias. Par sa mort atroce, Aylan humanisait une question qui a trop longtemps été représentée par des chiffres à la télévision. Pourtant, l'histoire du petit Aylan est une histoire commune à des milliers de réfugiés quittant la guerre ou encore des migrants fuyant la pauvreté. Ce sont finalement des êtres humains qui parce qu'ils n'ont plus rien, décident de croire en un avenir moins incertain. Enfin, c'est ce qui est espéré du moins.

En effet, il y a quelques jours de cela, l'on recensait encore le nombre de ces morts: 2000 "migrants" ont perdu la vie depuis Janvier 2017. Le nombre de décès est bien plus nombreux malheureusement car la question des réfugiés et des migrant date depuis de nombreuses années.

Si les termes "migrants" et "réfugiés" font débat à propos des personnes qui viennent en Europe, il est certain que les risques pris par ces individus ne sont pas souvent mis en avant. Les motivations de ces départs sont pourtant légitimes: la guerre, la pauvreté, le manque de liberté, bref, l'absence d'une destinée que tout individu mérite. Plus que cela, il est souvent question de responsabilité partagée par les dirigeants du nord et du sud qui poussent les individus à quitter leur pays.

Ainsi, après la déshumanisation de cette question au niveau médiatique, les politiques migratoires n'ont pas apporté de réponses humaines, bien au contraire. Par exemple, l'ONG Amnesty International a dénoncé à plusieurs reprises les traitements inhumains réservés à ceux qui arrivaient vivants de ces bateaux souvent peu solides. Ainsi, par le biais de plusieurs acteurs de la société civile, les voix du bas souhaitent faire entendre leur cœur vivant à ceux d'en haut.

C'est le cas de l'artiste français BRAV qui dans son dernier clip "Là-haut" met en avant la question des réfugiés et des migrants en humanisant une question oubliée, une thématique déshumanisée.

Ce dernier se met à la place de ces personnes qui traversent des océans afin de vivre dignement. Cependant, le clip permet de saisir que les difficultés ne s'arrêtent pas au bord de la plage, elles continuent par le biais des citoyens que nous sommes et qui finalement ne faisons rien. Un clip contenant un texte qui questionne -"Avoir du cœur ne suffit pas il faudrait s'en servir"- et des images qui font écho auprès de ceux qui ont encore leur sensibilité sur "ON". Le clip "Là-haut" est disponible sur la chaîne Youtube de l'artiste en question, à découvrir absolument.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.