LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Ihsane El Kadi Headshot

Doing Business, prélude frais au mur blanc de l'Iceberg Nabnien

Publication: Mis à jour:
RAPPORT BM
Capture ecarn
Imprimer

La régression de l'Algérie de 9 places dans le classement du Doing Business pour tomber à 163e place sur 189 pays a assombri la semaine. Le gouvernement a pourtant fait de ce classement mondial du climat des affaires une vraie priorité.

Il s'est fixé il y'a deux ans l'objectif discret, avec le FCE comme partenaire, de ramener l'Algérie dans le top 100 des meilleurs pays ou il fait bon entreprendre. En 2008 l'Algérie à la 115e place, n'en était pas loin. Elle était même, d'un rang, mieux classée que le Maroc. Qui pointe, lui, aujourd'hui à la 75e place dans le classement 2016.

Que s'est il donc passé? Le climat des affaires ne s'est pas nécessairement détérioré en Algérie depuis que le gouvernement a décidé de l'améliorer il y a deux ans. Des mesures de facilitation dans les délais de transactions ont été introduites. Ce qui est arrivé procède du différentiel de mouvement. Les autres pays dans la zone de classement de l'Algérie ont fait plus et plus vite.

Conséquence l'Algérie a, par le jeu de la vitesse relative, régressé dans l'absolu. Le rapport de l'unité Doing Business sur les réformes dans la région MENA, Moyen orient - Afrique du nord, montre que 09 pays de la région ont conduit les actions qui ont permis l'amélioration de leurs actions, le Maroc, Bahreïn, les Emirats arabes Unis ou encore l'Iran font partie de ses pays dont la vitesse de la reforme - dans ce cas pour améliorer les 10 critères du Doing Business- est très supérieure à celle de l'Algérie.

La publication du classement Doing Business 2016 révèle la relation du gouvernement algérien au temps. Elle est dilettante. Au sens ou elle s'octroi un espace de manœuvre plus large que celui que permet le mouvement du temps.

Face à un déficit budgétaire prévisionnel d'environ 11% du PIB en 2015, après un déficit de 7% en 2014, le gouvernement réagit comme pour le Doing Business. En vitesse relative négative. C'est-à-dire plus lentement - et dans la mauvaise direction ajoutent certains spécialistes - que la vitesse de la contrainte.

Le Fonds de régulation des recettes (FRR), sera épuisé au 1er semestre 2017, les réserves de change disparaitront en 2020. La gouvernance actuelle de l'économie algérienne, n'avait pas le sens de la stratégie en laissant filer la dépendance à la fiscalité pétrolière durant dix années. Aujourd'hui elle montre qu'elle n'a pas non plus le sens de l'urgence.

15,2 milliards de dollars sont prévus au budget de l'Etat pour 2016 au titre du soutien de l'Etat à la consommation domestique de l'énergie. Le virage de la transition énergétique n'a pas débuté. Ce n'est pas la hausse prévisionnelle de 3 dinars pour l'essence et de 4 dinars pour le diesel, au 1er janvier 2016, qui change le modèle de base.

La hausse de la consommation énergétique domestique algérienne est l'une des plus élevée du monde. 18% en 2014 pour l'électricité. Abdelmadjid Attar, ancien Pdg de Sonatrach et ex ministre des ressources en eau, a intervenu ce dimanche dans un panel organisé par Nabni à l'occasion de la publication du texte définitif du plan d'urgence ABDA. Il a rappelé que même avec un prix du baril de retour à plus de 100 dollars, l'Algérie cessera sans doute d'être un exportateur net d'énergie carboné dans les 15 prochaines années.

D'autant que la demande mondiale notamment celle en provenance des marchés de débouchés traditionnels de l'Algérie va continuer de baisser. L'Europe s'est émancipée d'un tiers de sa consommation d'hydrocarbures sur les dix dernières années.

Le mouvement va se poursuivre malgré la baisse du prix du pétrole qui le rend à nouveau compétitif face au renouvelable. Parce que la planète se réchauffe. Et la conférence Cop21 de la fin de l'année va traquer plus fortement les émanations qui altèrent le climat. La production d'hydrocarbures en est la principale.

Le maintien de cette gigantesque subvention des prix énergétiques internes pour 2016 est le premier signal de la possibilité du statu quo. "Le pays est bétonné par la subvention". Il coulera sans doute sous son poids. Ou pas.

Pour Mouloud Hedir, consultant spécialiste des politiques publiques, face au contre choc pétrolier actuel, le scenario d'avenir est connu. Il existe dans le passé. "Rien ne va vraiment bouger tant qu'il y 'aura du gras dans le budget". Après tout s'ajuste d'un coup. Brutalement. Le prix du carburant va passer d'un coup à 200 dinars, celui du pain à 50 dinars, celui du lait à 150 dinars etc....

C'est quasiment arrivé ainsi à la fin des années 80. Le pilotage économique algérien ne serait donc pas en mesure d'éviter une répétition du crash de 1988-1990. Mouloud Hedir intervenait également comme expert, au panel de Nabni sur le plan d'urgence. Il commentait un aspect clé de la réponse. La capacité de l'expertise et du management gouvernemental à engager les réformes nécessaires. Un des consensus les plus forts entre les experts algériens est là.

L'état de la gouvernance telle qu'elle est n'est pas en mesure d'agir, de réaliser de délivrer. "Tant qu'il s'agissait de dépenser, un gouvernement de walis, connaissait les procédures" rappelle un autre commentateur de la conjoncture. Maintenant qu'il faut inventer des procès nouveaux de création de richesse, la configuration des ressources est obsolète.

D'où le retour en force de l'idée d'une "delivery Unit", cette structure de mission chargée de faire aboutir des mesures que les gouvernements ont choisi de prioriser. Les ministères travaillent chacun dans son coin. Sans évaluation des procès, sans suivi des retombées des actions sur le citoyen, sans mesures de leur efficacité.

Face à la fin du modèle rentier algérien, la delivery Unit est elle une solution palliative au gouvernement légitime démocratiquement ? La Malaisie de l'autoritaire Mohamed Mahatir, l'a réalisé avec succès.

Pour des résultats spectaculaires. Mahatir était devenu légitime par les progrès économiques et sociaux que son action publique a durablement apporté. Pas par le maintien de la subvention gaspilleuse jusqu'à extinction brutale des droits.

Cet Article a été publié initialement par le quotidien El Watan

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.