Huffpost Tunisie mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Hichem Aïdi Headshot

L'incendie de Fort McMurray vu par un Tunisien (PHOTOS)

Publication: Mis à jour:
FORT MCMURRAY
Hichem Aidi
Imprimer

Le dernière weekend d'avril, j'ai suivi les nouvelles concernant l'incendie près de ma ville. En ce temps, il était minime et sous contrôle. Toutefois, ma femme, maîtresse d'école, a reçu une message de l'école: Celle-ci sera fermée à cause du feu. Alors, les évacuations ont commencé lundi 2 mai.

Le mardi était un jour de printemps habituel, mais il faisait anormalement chaud. Près de 30 degrés Celsius ont été annoncés.

Après le rush du matin accompagnant mes enfants à l'école, j'ai commencé à travailler chez moi. Quand je suis sorti de la maison plus tard, j'ai vu la brume au-dessus de la forêt et des hélicoptères larguant des bombes à eau essayant d'éteindre l'incendie.

Il n'y avait rien d'alarmant, mais à 13 heures, la brume a couvert le soleil et une partie de la ville.

alberta

À 14 heures, je reçus un appel de ma femme m'informant que l'école au sud du Fort McMurray allait être évacuée et qu'elle y resterait avec une partie du staff jusqu'à ce que le dernier élève ait quitté l'école. Notre fils ainé était avec elle.

Il était temps de bouger. Il était clair que cela allait en empirant. Avec deux enfants à la maison (âgés de 2 et de 4 ans), j'ai du appeler mon frère pour que l'on s'organise afin que je puisse aller chercher ma femme et mon fils ainé à l'école.

Sur la route, j'ai appelé les autres familles tunisiennes de la ville et nous avons prévu notre plan d'évacuation. Nous étions quatre familles avec huit jeunes enfants âgés entre 6 mois et 7 ans.

Sur le chemin du retour de l'école, je conduisais pour la première fois aussi près d'un incendie. J'ai essayé d'éviter le danger lié à la cohue sur la route avec une seule idée en tête: être en sécurité le plus tôt possible. Mais nous avons trouvé une famille de 6 personnes échouée en pleine rue. On devait s'arrêter et les éloigner de ce danger.

Un état d'urgence et une évacuation obligatoire de toute la ville de Fort McMurray a été déclarée. On avait deux options: aller au nord aux camps de sables bitumineux, ou au sud d'Anzac et Edmonton. Il nous a fallu 7 heures pour quitter la ville. Nous avions du abandonner toutes nos affaires et la ville, une ville que je connaissais depuis 10 ans.

En quittant la ville, le feu brûlait les arbres sur le bas-coté déclenchant une vague de peur et de choc, de larmes et de peines.

Il y avait près de 18.000 voitures sur la route menant au sud. Les stations-services ont été rapidement prises d'assaut. Plus d'essence. Des voitures étaient garées et abandonnées sur le bord de la route.

alberta

Il était trop risqué de faire la route jusqu'à Edmonton (près de 400 km de Fort McMurray) afin de trouve refuge. Nous avons donc décidé d'aller à Anzac, à 50 km au sud de Fort McMurray. Notre long voyage a enfin pris fin à 4 heures du matin où nous avons pu trouver un chalet 4 étoiles.

Depuis nous sommes arrivés, les donations n'arrêtent pas. Nous avons reçu des vêtements, de la nourriture, des couches de bébé, de l'essence, et même des jouets pour enfants.

Le pire n'est pas passé puisque le feu n'est plus sous contrôle et va au sud. Malheureusement, Anzac a commencé aussi a être évacuée.

Close
L'incendie de Fort McMurray en images
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.