Huffpost Algeria mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Hella Ahmed Headshot

La philosophie du "Cool"

Publication: Mis à jour:
Imprimer

col

"T'es pas cool, moi et mes potes, on est cool"

Ce genre de propos, quand ils visent à mettre à l'écart, c'est discriminant dans un milieu de travail où l'on s'attend à une certaine objectivité et cordialité bien qu'ils existent malheureusement.

En général, ce sont les adolescents qui tiennent ce genre de propos, car ils sont en développement et ont encore à gagner en maturité. D'ailleurs, beaucoup d'entre eux souffrent terriblement des jugements de valeur et font leur bout de chemin en société envers et contre tous ces préjugés.

Anéantir le "Cool" des autres, c'est un peu remettre en question l'individualité de ses semblables et causer souffrance et pauvreté en allant à l'encontre de la diversité culturelle et de la culture démocratique qui enrichit tout système qui se veut créatif.

LIRE AUSSI: L'identité dans la création: soi et l'autre

Dans l'idée du"Cool" par excellence

Comment définir le mot "Cool" selon les critères particuliers d'une personne qui serait centrée sur son besoin de reconnaissance? Un besoin important pour celui qui se trouve si "Cool" en comparaison à ceux qui ne semblent pas avoir d'atomes crochus avec lui.

Dans un groupe, quand le monde devient la projection du meneur, lorsque ce qu'il perçoit ne correspond pas à ses désirs, l'environnement doit changer pour correspondre à ses critères personnels relativement au "Cool" ou autrement disparaître de son champ de vision ou subir d'inutiles pressions.

Ces fameux critères pourraient être qualifiés d'artistiques étant donné que le mot "Cool" réfère en général à l'agréable et surprenant d'un point de vue créatif. Cependant, chacun perçoit le plaisir et la bonne entente à sa façon quand on entre dans la sphère des affinités au niveau du contact et des rituels de complicité amicale et amoureuse.

L'appartenance et l'affiliation

Chez les enfants et les adolescents, les critères du "Cool" sont très importants au niveau relationnel. Ils sont, pour certains, bien dits et reliés aux goûts musicaux et vestimentaires, même alimentaires. Le besoin d'appartenance ou d'affiliation à un groupe influence grandement ces choix, ces goûts.

Il y des âges où faire partie d'un système dont la dynamique dépend de critères subjectifs est extrêmement important et valorisant pour celui qui désire être aimé et reconnu, qui veut entrer dans le moule de la popularité.

On parle donc de cliques, de groupes ou même de clans pour les plus âgés, quand ça devient extrêmement hiérarchisé et structuré dans la sélection des membres admissibles selon des critères dits et non-dits.

Certains enjeux peuvent mener la barque dans ces contextes, sachant que les adolescents, ou les membres plus âgés d'un groupe plutôt contraignant ne seront pas forcément des leaders positifs ou des agents de paix et de justice sociale.

Quand la pression monte et que c'est plutôt la désorganisation dans l'organisation, les apparences et les sous-entendus gagnent du terrain et remportent une victoire aux conséquences dommageables sur le plan personnel pour beaucoup d'éléments qui gravitent autour du système et y contribuent.

L'oeuf ou la poule?

On ne veut pas que tu t'impliques dans le groupe parce que "t'es pas cool". "T'es pas cool parce que tu ne t'impliques pas dans le groupe". C'est l'œuf ou la poule?

Ce n'est ni l'œuf ni la poule, ce genre de propos relève plutôt d'abus de pouvoir, de vandalisme psychologique qualifié de cool par meneurs et suiveurs. Un pouvoir parfois même très limité au fond, mais plutôt démesuré dans la vision de la personne bouleversée par sa soif de reconnaissance et la projection qu'elle en fait.

On n'aime pas tes chaussures

Mes potes ne te trouvent pas cool. Mes potes sont cool.

Moi je suis cool, tout le monde me trouve cool.

La nouvelle philosophie, c'est d'être cool.

Ce fonctionnement semble contre productif quand on veut faire la promotion du "Cool" soit de l'expression de la créativité, étant donné que cela prend de la créativité et de l'expression pour faire du "Cool" et donc de la diversité.

Il est difficile de suivre celui qui tourne en rond dans son raisonnement ou qui n'est pas en situation de faire des analyses plus poussées relativement à ce qu'une perception personnelle, une mode, même plutôt généralisée, peuvent signifier à un moment donné, on peut s'y perdre et s'empêcher d'avancer suivant son propre élan vital.

L'important, c'est de ne pas douter de soi pour rien et de se souvenir que nous sommes tous "Cool" chacun à sa façon, que les goûts et les couleurs se discutent mais ne dépendent au bout du compte que de sa préférence à soi.

LIRE AUSSI: L'intelligence émotionnelle: une compétence sans limites au service de soi et du collectif

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.