LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Hélene Picot Headshot

Deux questions simples à se poser quand on remet tout au lendemain

Publication: Mis à jour:
PROCRASTINATION
Bradenton Herald/MCT via Getty Images
Imprimer

Procrastination, PRO-CRAS-TI-NA-TION, Procras-TINATIOOOOOOON, Procrastiner, je procrastine.... STOP, demain, j'arrête de procrastiner et je dirai même mieux... Aujourd'hui même!

La procrastination (le fait de tout remettre au lendemain voire au siècle prochain) peut paraître, vu de l'extérieur, so rock, dénoter un certain mode de vie épicurien, vous octroyer éventuellement le statut de rebelle ou de gourou new age du fameux carpe diem (pourquoi vous soucier de la vaisselle alors que vous êtes en prise directe avec les énergies cosmiques?)... Ne vous méprenez pas, dès que la procrastination, la vraie, s'immisce dans votre vie, elle devient tout, sauf glamour.

Mais alors que faire pour s'en dépêtrer? Tout d'abord, une classification s'impose.

- La Procrastination dite du "Vas-y, ça me saoule!":

Avouons-le tout de suite, elle est plutôt tournée vers des tâches rébarbatives*.

Elle n'est pas grave outre mesure, sauf si elle se répète inlassablement des jours durant... ce qui équivaudrait à passer, par exemple, au stade du phobique administratif... On a connu mieux comme heure de gloire. En revanche, si vous êtes en couple ou vivez en communauté et pour éviter des engueulades vraiment inutiles, faites chaque chose dans le moment imparti (c'est à dire, tout de suite !). Il vaut mieux 5 minutes de vaisselle plutôt que trois jours de représailles.

- La Procrastination dite du "Créatif" ou encore du " et si je me collais un coup de stress inutile, juste comme ça... c'est cadeau!"

C'est la catégorie des gens qui croient être meilleur au dernier moment et des créatifs qui pensent que pour que le processus soit au top de la stimulation, il faut le laisser venir (et donc faire un babyfoot, jouer à la playstation, regarder des vidéos, beaucoup de vidéos, écouter de la musique, jouer aux fléchettes, aller au ciné,  etc...). Et pendant que ce type de personne attend donc la deadline ultime pour se mettre au boulot (deadline qui, si elle vient à être dépassée, verra un boss hystérique hurler dans l'open space: "mais vous allez vous sortir les doigts du C--?", ils ne prennent pas conscience que leur croyance totalement tordue du "je suis meilleur dans l'urgence" les met perpétuellement dans un état de stress intense. NB : quant au processus créatif, le mieux est de marcher ou de dormir, le reste n'est que fuite...

Alors que faire ma bonne dame? Eh bien demandez-vous déjà pourquoi vous fonctionnez ainsi. Avez-vous peur que l'on vous charge encore plus de travail si vous montrez que vous finissez à temps? Voulez-vous sentir l'adrénaline monter? Cherchez-vous à échouer ou à vous faire punir comme lorsque vous étiez enfant (Dolto, sors de ce corps!)?

Voici donc des petites techniques pour changer ce comportement:

1 - Trompez tout d'abord votre cerveau en vous fixant une deadline plus tôt. Vous n'êtes pas obligé de dire à tout le monde que vous avez terminé si votre peur principale est que l'on vous charge encore plus. Mais vous pourrez au moins apprendre ce qu'est la vraie décontraction. 2 - Adoptez la règle des deux minutes. Si vous n'arrivez pas à vous y mettre, forcez-vous à le faire juste deux minutes. Vous avez la flemme de courir ? Mettez vos baskets, cela vous prendra moins de deux minutes et vous serez lancé. 3 - Faites au moins une fois par mois un sport ou un loisir qui vous permettra de booster votre besoin de shoot d'adrénaline (surf, saut en parachute, free ride, sport de combat, course en poney shetland bourré...) ou à l'inverse, quand vous serez prêt, commencez le yoga et apprenez des techniques de respiration et de méditation.

- La procrastination dite du "Demain, j'arrête de fumer, de boire, de manger plus de 2300 Calories par jour, de dépenser l'argent que je n'ai pas, de ne pas penser à mettre de la crème anti-cellulite, de fuir la salle de sport, de faire la collection des prospectus des restos japonais, de me souvenir de chacun des menus de ces mêmes prospectus, de passer devant la personne qui me plaît sans émettre une phrase de plus de trois mots, etc... ". Je sais bien que vous en trouverez beaucoup d'autres.

Alors que faire?

" Quand la montagne est haute, fais des bivouacs ". Citation philosophico-spirituel de moi-même et à jeun.

Bref, vous l'aurez compris, rien ne sert de vous fixer des objectifs de winner si vous ne les tenez pas (cela n'engendrera que colère, frustration, déprime, culpabilité et donc Bière, chocolat et sms de pauvresse envoyés après 22h... Aucun intérêt). Non, vous ne perdrez pas 15 kilos en collant des post-it de pensées positives sur votre frigo. Non vous n'arrêterez pas de picoler si vous continuez à sortir TOUS les soirs. Et non, vous ne serez pas PDG d'une boîte de 200 personnes trois mois après la création de votre auto-entreprise.

Découpez votre objectif en étape simple à atteindre mais nécessitant tout de même un peu de challenge. Puis, dès que vous atteignez un palier, célébrez cela, faîtes-vous un grand kif. En revanche, comme nous avons parfois tendance à la petite déprime passagère incluant ses pensées pourries (ça ne va pas assez vite, je n'y arriverai pas, etc..) une fois par semaine ou une fois par mois posez-vous et notez TOUTES les étapes que vous aurez franchies. Même si elles vous paraissent infimes, chaque pas compte! Cela vous permettra de relire cette liste en cas de petite rechute.

- La procrastination dite du "On m'a piqué mon idée de création de boîte! J'en parlais déjà il y a deux ans! "

Et bien le voilà le problème, à part en parler, qu'avez-vous fait?

Qui ne s'est jamais dit, "j'aimerais faire ceci ou cela mais c'est impossible.", "si j'avais de l'argent je ferais ça", "si je pouvais, je créerais ma boîte"...? Maintenant répondez à cette question, concrètement, qui, à part vous-même, vous en empêche? Qui à part votre propre esprit, votre propre conditionnement vous en empêche? Si vous ne le faîte pas, c'est que vous n'imaginez pas pouvoir le faire, et cela change tout. Remettez-vous à rêver car tout est possible!

Répondez aux questions suivantes (vous pouvez lire le livre: "Sans emploi? trouvez votre voie et rebondissez"): que feriez vous si tout était possible? Qui seriez-vous dans ce monde idéal? Que feriez-vous si vous n'étiez pas obligé de le faire parfaitement?

Et maintenant, listez 10 moyens d'atteindre ces rêves et mettez-vous à l'action. Fonctionnez ensuite par palier comme indiqué ci-dessus.

- La procrastination dite du "Inconsciemment, j'ai peur d'échouer... ou de réussir!"

Et nous voilà dans la véritable procrastination, celle qui vous  gâche littéralement la vie et pourrira éventuellement la vie de tous vos descendants 6 générations plus tard...

Car celle-ci est insidieuse, vous savez qu'il vous faut écrire cet article, terminer votre reco stratégique à rendre au Vice President worldwide, envoyer votre CV à la belle-soeur de votre cousine qui est d'accord pour vous embaucher, transmettre vos excellents dessins de presse au journaliste qui vous les a demandés pendant un apéro plutôt sympa... mais... Encéphalogramme plat, vous frôlez le QI d'un bulot mort. Et pourquoi? Car VOUS AVEZ PEUR! Que va-t'il se passer si j'échoue et... que va-t'il se passer si je réussis? Car ne vous mentez pas... Les deux questions vous font flipper. Il est parfois plus facile de rater que de réussir car au fond de vous, vous ne vous sentez pas légitime pour y arriver.

Prenez une feuille et notez sans réfléchir tout ce qui vous fait peur (vous serez surpris de voir toutes les angoisses qui se tapissent sous cette procrastination qui semblait pourtant si anodine).

Puis, posez-vous ces questions:

  • Qu'est-ce que je vais gagner en le faisant?
  • Qu'est-ce que je vais perdre en le faisant?

Si le bénéfice est supérieur à la perte, lancez-vous et n'hésitez pas à vous remémorer cette phrase: "que ferais-je si je n'étais pas obligé de le faire parfaitement?".

Quoiqu'il en soit, nous sommes en vie pour apprendre et expérimenter la joie et le bonheur. Alors arrêtez de vous boycotter, ne soyez pas vos pires juges. Nous sommes tous des êtres extraordinaires, des super-héros, alors pourquoi vous rabaisser? Pourquoi pensez-vous ne pas avoir le droit de réussir?

Tout est possible, la seule personne qui vous bloque c'est vous-même, apprenez à vous estimer! Vous avez le droit de réussir et de rayonner dans le domaine qui vous plaira.

Je vous souhaite bonne route. Et maintenant... En avant!

* Liste non exhaustive des tâches rébarbatives :

- Faire la vaisselle, le ménage, le repassage et encore pire pour les hommes... changer les draps (Avez-vous peur de rester coincés dans la housse ?)

- Devoir faire un reporting à 20h alors qu'il fait beau et que vous pourriez être en terrasse

- Assister à une réunion commerciale un lundi matin à 9h ou n'importe quand d'ailleurs

- Faire sa déclaration d'impôts et gérer toutes sortes de paperasses administratives (d'ailleurs vous n'ouvrez la boîte aux lettres qu'une fois par semaine)

- Vous taper le contrôle technique de la voiture

- Trier les photos et les mettre dans de jolis albums

- Ranger ses fringues autrement qu'en boule dans le placard ou à même le sol

- Payer ses PV

- Réparer la chasse d'eau ou dans le même registre changer l'ampoule

- Baisser la lunette des toilettes

Ce blog a été initialement publié sur le HuffPost France

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.