LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Hela Amdouni Headshot

Mais d'où vient l'intolérance?

Publication: Mis à jour:
Imprimer

2017-05-26-1495808097-9678628-thumbnail_20170524_011834.jpg

Londres, 13h

Un beau soleil surplombe Londres comme rarement. Ma décision est prise: je rentre à pieds. J'ai encore du mal avec les directions, les voitures qui conduisent à l'envers... je suis donc raisonnable: je m'arrête à tous les feux de signalisation! C'est pénible mais je m'applique... Vingt secondes que j'attends ce maudit bonhomme en vert, rien... Je tourne la tête pour éviter le soleil à qui j'ai apparemment trop manqué.

C'est alors que j'aperçois, au niveau de la rue d'en face, une table dressée devant une maisonnette avec six ou sept personnes autour, debout. Tous des garçons et tous portent des turbans autour de la tête. Une petite inscription est affichée en haut de la porte. Mais je suis trop loin pour pouvoir la déchiffrer. Le bonhomme vert se fait évidemment toujours désirer. Deux des jeunes garçons enturbannés avancent jusqu'au feu tricolore et se mettent juste à côté. Ça y est Monsieur le bonhomme vert est enfin là! Je traverse. L'un des jeunes hommes s'adresse aux passants: "Aujourd'hui, nous offrons le repas du midi à tous ceux qui veulent bien se joindre à nous". Je ne comprends pas tout mais je décide d'aller jeter un coup d'œil.

Des assiettes pleines sont présentées sur la table. En demandant, je finis par comprendre qu'ils ont perdu un membre de leur famille et que cela fait partie de leurs rituels que d'offrir le déjeuner durant trois jours successifs. Contente de m'être retrouvée là par hasard et de pouvoir découvrir une nouvelle culture, j'accepte volontiers.

Je pénètre dans la maisonnette: une dizaine de femmes vêtues de jolies robes indiennes, la tête couverte, s'activent. Elles me saluent aimablement, m'offrent un plat et m'invitent à manger à l'intérieur. Je contemple la cuisine et m'aperçois qu'au fond, il y a une autre pièce non meublée et entièrement recouverte de tapis. Ça y est, je comprends, c'est un temple! Et d'ailleurs, maintenant que j'y fais attention, j'entends comme un chant liturgique. Je m'adresse à l'une des femmes à côté de moi qui m'explique que c'est un temple Sikh (sikhisme: religion monothéiste fondée au Pendjab -Inde du Nord) et que pendant ces trois jours, ils vont dormir sur place pour prier et offrir à manger.

Je savoure mon repas et je savoure surtout mon immersion au cœur de cette culture et cette religion qui, un quart d'heure auparavant, m'étaient complètement inconnues. Je savoure ce voyage fugace et inattendu, qui m'entrouvre une porte et me nourrit l'esprit. Je leur dis que je suis originaire de la Tunisie, au nord de l'Afrique -les gens ne savent pas toujours où se trouve ce beau petit pays. Quelques mots, à peine... et beaucoup de regards, de sourires, de tendresse entre ces femmes et moi.

Après les avoir chaleureusement remerciées et promis d'y retourner, je repars légère et penseuse à la fois... Une question me taraude: Mais d'où vient l'intolérance?

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.