Huffpost Tunisie mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Heithem Ganouni Headshot

Ben Brik, le bandit des lettres

Publication: Mis à jour:
TAOUFIK BEN BRIK
Taoufik Ben Brik- couverture livre
Imprimer

On a lu pour vous New York, Banlieue de Tunis* de Tawfik Ben Brik.

Le purgatoire est une vue de l'esprit, disait Nizar (Kabbani). Ben Brik, himself, n'échappera pas à cette loi universelle du cosmos. Vous l'aimez totalement ou vous le haïssez totalement. Pire encore, ça ne changera pas; Fût-ce avec ce livre-pamphlet-manifeste.

Ben Brik est un tout. Comme son œuvre, comme sa geste, comme son verbe vertigineux et sa prose féerique, comme ses prises de position, ses prises de bec, comme ses goujateries et ses envolées, ses combats imaginaires, ses causes gargantuesques et perdues, son no man's land de zéro-huit, sa Jerissa chérie, ses bars lugubres.

C'est un package non négociable, à prendre ou à laisser. Vous ne savez jamais s'il s'agit de littérature cousue ou d'un pamphlet grotesque, limite gore, puant et répugnant.
Vous ne saurez jamais si cette phrase qui ouvre le livre est un affront immonde à Courbet ou un cri du cœur et du corps, authentique et vrai.

Avec Ben Brik, vous ne savez jamais si vous êtes le complice de ses folies et de ses vociférations ou, au contraire, l'accusé qu'il accable de tous les maux et de tous les noms, le moulin à vent dans son épopée Don-Quichottesque, celui-là même qu'il détricote pour mieux flinguer par des mots saillants et un lyrisme flamboyant.

Il n'y a strictement aucune logique et aucune raison chez Ben Brik. Il y a le dogme.
L'historiographie de la révolution qu'il tente dans ce livre est d'une partialité incongrue. Son autoportrait n'obéit à aucun canon.

Son journal de voyage, en forme de reportage, est dépourvu de poésie.
C'est un vacarme et un brouhaha, un Mezoued qui s'impose à vous une fois assis, contraint, sur le siège non moins kitch d'un louage. Ben Brik est un nul total et absolu.

Il est de cette trempe d'hommes qui ne prétendent pas le Savoir et ne croient en rien; Sauf à son verbe et à sa raison d'être: Vous emmerder. Un point c'est tout.

De fait, on lit cette « chose » d'un seul trait. Car Ben Brik, l'emmerdeur, ne prend même pas la peine de faire des chapitres ou des interludes ou des sous-titres.

On passe, incognito, d'une ode à un (une?) Tunis, à la fois mère, princesse bien-aimée et putain, à la geste imaginaire et loufoque du Camarade Ben Brik et de ses copains Lumumba, Hajji sans oublier Zapata et même Zorba le Grec.

Zeus lui-même et sa smala sont de l'Ultra gauche ; et tout ce beau monde prend fait et cause pour Ben Brik, dans sa charge glorieuse, légendaire, mythique contre « la Nahdha » et assurément avec un degré bien moindre contre les « trapus de bourgeois » ainsi que leur amis, messieurs et mesdames « La France ».

On lit le livre et on n'apprend pas grand-chose. Malgré des mots comme des coups de poings, on en sort, indemne, presque gai et joyeux, avec toutefois le vague souvenir d'avoir été témoin de quelque chose.

Un rêve? Un songe? Ben Brik, c'est ça: une infra-conscience; un alter-moi que Sigmund et Jung ont sans doute oublié de théoriser, le verbe saillant en plus, la posture creuse en prime.

Ben Brik, c'est surtout la conscience de ces choses si laides de la Cité, cachées par tant de feuilles de vigne et qu'il nous balance à la gueule, de temps à autre, à son bon vouloir, tel un rêve, un mauvais rêve, un cauchemar, voire une déflagration.

Et l'on se fout « comme de l'an quarante » du sens. Tout ce que l'on sait, assurément, c'est qu'y compris pour le « hic-et-nunc » qu'il dénonce, il faut un emmerdeur et un alter-moi et une infra-conscience et un fou du village pour dire et rappeler que quelque part et d'une certaine façon : « çavapa ». Tout ce que l'on sait, c'est qu'il faut un Ben Brik.

*"New York, banlieue de Tunis", Tawfik Ben Brik, Sud Editions.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.