Huffpost Maroc mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Hassan Fassi-Fihri Headshot

Investir en Afrique, effet de mode ou réel potentiel?

Publication: Mis à jour:
AFRICA ECONOMY
BFG Images
Imprimer

ÉCONOMIE - Le monde entier a les yeux rivés sur l'Afrique. Lieu de toutes les ambitions et convoitises des gouvernements et des institutions financières mondiales, qu'en est-il vraiment de la situation actuelle? Effet de mode ou réel potentiel? Nous n'assistons pas à une semaine sans qu'un investissement majeur ou une levée de fonds record soit annoncé en destination de l'Afrique.

Les grandes institutions mondiales, KKR, Blackstone ou Carlyle ont toutes jeté leur dévolu sur ce continent aux milles facettes. L'instabilité économique des pays africains ne fait plus peur aux investisseurs. Les Private Equity n'ont plus de mal à justifier l'intérêt et le potentiel des 54 pays africains auprès des investisseurs.

Selon l'étude d'EY, "Africa attractiveness survey", les opportunités d'affaires en Afrique seraient considérées comme les quatrièmes plus attrayantes dans le monde, alors qu'elles végétaient aux dernières places il y a moins de dix ans. Sur la période 2005-2015, près de 14 milliards de dollars ont été levés par les Private Equity à destination de l'Afrique.

Selon Preqin - revue spécialisée du Capital Investissement - des levées de fonds records ont été enregistrés par les fonds en 2015 totalisant 5,7 milliards de dollars, alors qu'ils totalisaient 3,3 milliards en 2013, soit 72% de croissance, preuve que ces 54 pays sont le nouvel eldorado des géants investisseurs.

KKR, connu pour avoir bouclé une des plus grosses transactions LBO de l'histoire, a réussi à injecter 200 millions dollars dans une entreprise qui cultive des fleurs en Ethiopie. Le géant américain projette d'investir 100 millions de dollars supplémentaires en Afrique d'ici fin 2016. Amethis Finance, bras armé du Capital Investissement africain pour le groupe Edmond de Rothschild enchaîne les bonnes opérations ce qui lui a permis de lever un nouveau fonds record de 530 millions de dollars.

Fin avril 2014, Carlyle Group LLC a levé un fonds à destination de l'Afrique, dépassant la taille prévue pour atteindre une force de frappe de près de 700 millions de dollars. Ce fonds aura comme objectif de capter toutes les opportunités d'investissements en Afrique subsaharienne afin de profiter de la croissance rapide de la classe moyenne. Il y a donc une réelle appétence de la part des investisseurs qui ne risque pas de s'estomper de sitôt.

Représentant aujourd'hui 16% de la population mondiale, un quart de la population mondiale sera africaine en 2050. Cette spectaculaire croissance démographique sera un réel challenge pour les gouvernements tant sur le plan économique qu'éducatif. Cette demande capitalistique future pour accompagner les économies africaines est donc une nécessité dans leur développement et sont des opportunités d'affaires intéressantes pour ces fonds d'investissements. La banque mondiale confirme l'attractivité du continent.

En effet, la croissance du continent africain a été encore une fois une des plus élevées du monde, estimée à 5,2% pour l'année 2016, elle se situait à 4,6% entre 2014 et 2015. L'économie africaine compte se structurer autour d'une classe moyenne stable et en perpétuelle croissance. À titre d'exemple, la Banque Africaine de Développement constate que la classe moyenne a bondi de 60% entre 2000 et 2010. Aujourd'hui, l'organisation estime que 34% de la population africaine appartient à la classe moyenne et projette que celle-ci représentera 42% d'ici à 2060!

Ces nouveaux consommateurs vont développer de nouvelles habitudes de vie et par conséquent être générateurs de valeur pour les économies. Cet engouement pour le continent n'est pourtant pas unanime, plusieurs spécialistes s'élèvent pour mettre en exergue la présence excessive de Dry Powder (liquidités disponibles) dans les caisses des fonds d'investissements.

Le succès d'un fonds de Private Equity est jugé sur deux aspects. Le premier représente sa capacité à déployer ces fonds dans un temps bien reparti (déterminé contractuellement et très souvent autour de 5 ans). Toutefois de nombreux spécialistes doutent de la capacité des entreprises privées à absorber les fonds disponibles et mettent en avant l'immaturité du marché africain. Nous assistons à un effet à deux vitesses. D'un côté, les gouvernements dont les besoins sont colossaux en termes de besoin financier pour les infrastructures et de l'autre, les entreprises privées qui ne sont pas encore prêtes à ouvrir leur capital à des investisseurs. À titre d'exemple, selon l'étude Africa Infrastructure Diagnostic, l'Afrique Subsaharienne présente un besoin en investissement dans les infrastructures de l'ordre de 93 milliards de dollars par an pour les 10 prochaines années.

Le deuxième aspect est celui de la capacité à générer le rendement promis aux investisseurs. Une fois le ticket investi dans une entreprise, le fonds rentre en phase de désinvestissement. Celui-ci doit pouvoir sortir de l'entreprise - généralement après 5 à 8 ans, en dégageant un rendement jugé satisfaisant pour rémunérer les investisseurs et les équipes du fonds. Cependant, la fébrilité des marchés financiers voire leur inexistence rendent les sorties par introduction en bourse très difficiles ou impossibles. De plus, l'instabilité politique et économique ne rassurent pas les potentiels repreneurs des entreprises. Il y a donc un réel décalage entre la capacité d'investissement des fonds de Private Equity et la taille du marché capable d'absorber de tels tickets d'investissements.

Pour finir, il est important de noter que l'Afrique est un continuent à trois vitesses: l'Afrique du Nord, l'Afrique subsaharienne anglophone et francophone. Ces régions présentent de grandes disparités en terme de stabilité économique, politique et affichent des rivalités qui freinent les potentiels échanges économiques. Appliquer des généralités à ce continent serait donc une grave erreur. L'avenir nous dira si les investissements actuels parviendront à remplir leurs promesses en matière de rendement et quels sont les pays qui ont su tirer leurs épingles du jeu pour attirer toutes ces liquidités!

LIRE AUSSI:
Close
Ces Marocains à la conquête de l'Afrique
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée