LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Hasna Ouazzani Headshot

Pourquoi a-t-on besoin du féminisme? (3e partie)

Publication: Mis à jour:
WOMEN RIGHTS MOROCCO
Youssef Boudlal / Reuters
Imprimer

>>> Réponse incroyable n°3: PARCE QU'ON N'A TOUJOURS PAS COMPRIS CE QUE VEUT DIRE LE 8 MARS!

Au risque de paraître ingrate, je le crie haut et fort: pour ce 8 mars, on ne veut pas de fleurs, on ne veut pas de cadeaux et on ne veut pas de promotions "spécial femmes"! En effet, publicitaires, animateurs, stars télés ou individus lambda en profitent pour nous chanter la sérénade sur tous les supports médiatiques et les réseaux sociaux. Magasins et salons de coiffure rivalisent d'ingéniosité pour nous offrir le meilleur des deals. Tous ne se doutent pas qu'ils font fausse route. Et c'est le crash total.

Petit décryptage

Il y a d'abord les marques qui nous jouent un sequel de la Saint-Valentin. Non repues de la récolte du 14 février, elles ressortent la carte de "l'amour ça s'achète" et proposent maquillage, lingerie ou bijoux à des prix attractifs, bref toute la panoplie que l'on offre classiquement et qui devrait ravir madame. Dans le même registre, on retrouve ces centres de beauté avec leurs packs spéciaux brushing-hammam-épilation pour se faire belle et sexy pour monsieur. Il existe même des magasins de tissus d'ameublement qui font les soldes à cette période, oui parce que madame veut refaire le salon, et le 8 mars c'est bien l'occasion!

Un peu plus loin, on aperçoit les amateurs de machisme bienveillant. Je parle bien sûr de ces assurances automobiles ou opérateurs téléphoniques qui n'hésitent pas à se parer de rose pour l'occasion (ouh, coum ci jouli!) et de proposer des offres "female friendly" parce qu'il est clair qu'on n'a pas les mêmes besoins en termes de sécurité routière ou pour effectuer des appels. Apparemment, on aurait autre chose à la place des mains, des oreilles et du cerveau!

Enfin, il y a les nostalgiques de la fête des mères. Ceux qui n'ont pas encore compris qu'être femme ne veut pas dire automatiquement être génitrice. Et que l'on ait des enfants ou pas, on est tout autant dignes de respect. Oui, on en est encore à établir ces règles basiques et à proclamer qu'on est des HUMAINS! C'est-à-dire des personnes avec une pleine conscience et donc des vies et des choix différents, et pas seulement des mères ou des sœurs comme veut nous le faire croire la majorité des statuts Facebook à cette date. Les industriels de l'agro-alimentaire s'y mettent également; et cette année, une célèbre marque de yaourt essaie de nous mettre la larme à l'œil dans son dernier spot publicitaire, en exposant les tâches et les sacrifices quotidiens d'une mère marocaine, sur fond de musique dramatique. Je vous laisse deviner en quoi consistent ces tâches (indice: ménage et tutti quanti).

Bref, pour nous rendre hommage, on nous donne le choix entre:

- le détournement mercantile, que font plusieurs marques de bijoux, de prêt-à-porter et même d'ameublement, de cette date.

- le dépannage plus rapide en cas d'accident parce qu'on ne saurait changer une roue et plus d'heures à notre forfait téléphonique parce qu'on est des pipelettes.

- la garantie qu'un certain yaourt nous respecte pour notre rôle de supermaman multi-tâches pour ne pas dire bonne à tout faire, et l'assurance que nos camardes masculins nous mettront sur un piédestal dès que/seulement si on a exercé ce rôle tant sanctifié et comme prescrit par la société. A signaler qu'eux n'auront pas besoin de passer par cette case pour qu'on leur accorde non seulement le respect mais leur identité!

Mais le 8 mars n'est pas fait pour célébrer les femmes dans leur "féminité", si elle existe, ou les mères dans leurs sacrifices imposées, c'est une journée de LUTTE POUR LEURS DROITS! Et la récupération frauduleuse qu'on en fait confirme la nécessité et l'urgence de se battre, ne serait-ce que pour changer cette perception bancale de l'individu de sexe féminin et des rôles qui lui incombent!

Pour vous donner un exemple concret, je dirai que ce n'est pas censée être "une journée sans vaisselle pour maman" ou pour la remercier du fait qu'elle s'en occupe toute l'année, MAIS justement une occasion pour remettre en cause et abolir toute cette idéologie qui nous dit que "c'est à maman de faire la vaisselle"!

Il faut préciser, pourtant, que commémorer cette date aspire à bien plus: c'est une piqûre de rappel de la situation sinistre et précaire que vivent toutes les femmes du monde sans exception, certaines étant plus chanceuses que d'autres, et c'est donc l'occasion de dresser un bilan annuel qui expose à la fois les injustices qu'elles subissent et les nouveaux droits qu'elles ont acquis. Mais elle demeure surtout un rendez-vous important pour MANIFESTER contre tous les types de violences qu'elles supportent au quotidien et faire entendre leurs revendications sociales, politiques et économiques, afin de leur garantir des droits basiques, équitables, améliorer leurs existences et leur assurer respect et dignité.

Il y a encore énormément de chemin à faire! Arrêtez donc avec votre reconnaissance hypocrite qui ne fait que piéger les femmes dans cette image glorifiée de martyre dont le plus grand accomplissement est de s'oublier dans les tâches domestiques et parentales. On sait maintenant que c'est un piège... et si c'est aussi louable, on n'est pas égoïstes, on veut bien partager!

Cessons avec ces positions en demi-teinte, à la limite de la schizophrénie, qui veulent bien accorder aux femmes de travailler et de s'accomplir, "mais attention pas trop", et à condition qu'elles assurent leur rôle "naturel" qui est celui d'astiquer, de faire briller, de couver et de biberonner.

En définitive, renonçons à cette représentation stéréotypée des femmes et commençons enfin à les traiter comme des individus à part entière, non comme des êtres inférieurs, des mineures ou des citoyens de seconde zone.

Tout ce qu'on a entrepris en la matière, jusqu'à maintenant, reste insuffisant et garde le privilège masculin intact.

Mais de quoi a-t-on peur, bon sang?

Détourner un anniversaire historique de lutte pour la justice et l'égalité chargé de rêves et d'idéaux et le transformer en une énième façon de "consommer malin" me choque. Mais nous prendre pour des imbéciles qui vont naïvement avaler des messages enrobés de paroles sucrées me dégoûte au plus haut point! Gardez donc vos cadeaux empoisonnés et vos subterfuges. Pour ce 8 mars, on veut de la SOLIDARITÉ, des CHANGEMENTS RADICAUX et des DROITS EFFECTIFS!

LIRE AUSSI: