LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Hasna Ouazzani Headshot

Pourquoi a-t-on besoin du féminisme? (2e partie)

Publication: Mis à jour:
HARCELEMENT
Imprimer

>>> Réponse incroyable n°2: PARCE QU'ON SE FAIT HARCELER SEXUELLEMENT PAR DES ENFANTS DE 10 ANS!

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais normalement, à cet âge, on est encore supposés jouer au ballon et croire à Baba Aychour... On n'est pas censés s'attaquer à une jeune fille assise tranquillement dans un parc.

Et je peux vous dire que dans une situation pareille, tout se mêle en vous: étonnement, colère, dégoût, incompréhension, doute, pitié, puis finalement RAGE. Moins contre le gamin que contre cette société qui l'a fait comme ça. Se pose alors la question de riposter ou ne pas riposter et surtout celle de comment riposter. Je lui donne un nounours pour qu'il se calme ou je lui refais une éducation que ses parents on clairement ratée?

Avec les quelques cris sourds de femmes et d'associations humanistes et via des débats timides sur les radios/télés ou des vidéos qui font le buzz sur les réseaux sociaux, on commence à se douter de l'ampleur du phénomène qu'est le harcèlement sexuel de rue. Et par "on" je désigne cette part d'hommes sains qui ne pratiquent pas ce sport national. Parce que nous, femmes, de tous les âges, et de toutes les situations familiales et les convictions vestimentaires, on n'a pas besoin de ça pour le savoir, on le vit. Chaque jour.

Néanmoins le contexte, ici, est particulier: L'AGRESSEUR EST UN ENFANT. Exit alors ces arguments tout faux, tout trouvés, tout commodes qui veulent que les pauvres hommes dopés à la testostérone sont des créatures faibles, facilement provoquées par les courbes féminines auxquelles ils réagissent par de "jolis mots fleuris"...

A dix ans, l'enfant pré-pubère ne connait de la sexualité que ce qu'on a colporté dans la cour d'école ou ce qu'il a plus ou moins accidentellement aperçu comme pornographique dans les médias ou sur le net. Il est biologiquement et anatomiquement immature et ne peut véritablement comprendre le sexe. C'est une preuve de plus pour chercher l'explication de la chose ailleurs: dans le socio-culturel.

Se pourrait-il alors que les grossièretés qu'il m'a adressées soient une sorte de rite de passage? Une manière de prouver son appartenance à une certaine racaille machiste? S'attend-il à une validation auprès de ses pairs corrompus ou auprès de notre société patriarcale?

Nous femmes, ne sommes-nous alors que des faire-valoir pour une jeunesse égarée en manque de repères? Doit-on servir continuellement de terrain d'expression pour une fausse virilité? L'identité des hommes est-elle à ce point en crise qu'elle voit en l'humiliation publique des femmes une manière de forger sa masculinité?

Je trouve que ce sont toutes des pistes à creuser. Dans l'urgence. Il faut aussi criminaliser ces actes et pas seulement sur le papier. La sécurité et la santé mentale des femmes de ce pays en dépendent.

LIRE AUSSI: Pourquoi a-t-on besoin du féminisme? (1ère partie)