Huffpost Tunisie mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Hakim Fekih Headshot

Les islamistes ne seront jamais démocrates!

Publication: Mis Ă  jour:
MORSI
ASSOCIATED PRESS
Imprimer

La tentative de coup d'État -ou mise en scène selon certains- en Turquie a suscité plusieurs réactions sur les réseaux sociaux, et une division de l'opinion publique, entre ceux qui se réjouissaient de ce coup d'État, et ceux qui défendaient becs et ongles la "légitimité démocratique".

En effet, le parti d'Erdogan est arrivé au pouvoir par les urnes, et un coup d'État militaire peut sembler comme antidémocratique.

Cependant, cette légitimité démocratique n'existe tout simplement pas. Voilà pourquoi:

Le jeu démocratique nécessite que tous les partis partent avec des chances égales, et que ce n'est que grâce à leurs propositions et programmes qu'ils doivent convaincre les gens de voter pour eux. Or, lorsque l'on a un parti islamiste dans le paysage politique, ce jeu est erroné. Ils ont une arme de plus que les autres partis, celle de la religion. Ils jouent avec les sentiments et les faiblesses des gens. Le débat n'est plus politique, mais religieux. Ils œuvrent à diviser la population en deux groupes: les musulmans et les "koffar".

A partir de là, il y a inégalité des chances au départ et injustice dans le jeu. Donc même si les islamistes sont arrivés au pouvoir par les urnes, ils le font en utilisant des moyens injustes. On peut alors parler d'une forme de triche lors des élections.

Je parle ici du phénomène islamiste en général et non du parti d'Erdogan en particulier, même si l'AKP représente parfaitement ce que font les islamistes à travers le monde.

Après, on aura toujours des gens qui défendront ce parti en louant ses prouesses économiques. Certes la Turquie a connu grâce à Erdogan un véritable miracle économique, mais cela ne doit pas pour autant nous faire oublier toutes les dérives de ce dernier: Corruption, emprisonnement des journalistes et opposants, volonté de changement de la Constitution pour s'assurer un meilleur avenir, etc ...

Toutes ces dérives nous portent à croire que même s'il a été élu démocratiquement, il peut très bien détourner les instruments démocratiques pour mettre en place une dictature.

N'oublions pas qu'Hitler aussi était arrivé de manière démocratique et a sauvé l'Allemagne économiquement d'une crise sans précédent. Ce n'est pas pour autant que l'on se mettra à défendre la période Nazi par respect pour la démocratie et de la volonté du peuple allemand à cette époque.

De plus, il y a un dilemme fondamental, qui ne me laissera jamais penser que les islamistes pourront un jour être de réels démocrates: la question des valeurs auxquelles nous croyons.

Même s'ils prétendent avoir évolué, qu'ils prônent un islamisme modéré, ils restent rattachés à leur première source d'inspiration, les lois islamiques. Même si aucun des partis islamistes ne prône ouvertement l'application de la Chariaa, ils essayeront toujours d'injecter petit à petit des éléments de la Chariaa dans nos Constitutions républicaines.

A titre d'exemple, le projet de Constitution tunisienne de juin 2013 essayait de limiter la liberté de culte, menaçait le statut d'État civil, et ne faisait aucune référence à la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme et du Citoyen. Ce sont peut être des détails aux yeux de certains, mais dans un projet sur le long terme, de telles failles auraient pu être réutilisées à des fins plus perverses plus tard.

Enfin, le rapprochement entre les partis islamistes se présentant comme des partis civils et les courants salafistes djihadistes ne peut être nié. Beaucoup ont la mémoire courte, et oublient que la Turquie d'Erdogan est un des États qui a une politique des plus ambiguë envers l'État islamique et est même soupçonnée de marchander avec lui.

Beaucoup oublient aussi cette vidéo de Ghannouchi avec des jeunes salafistes où il leur explique que leur projet prendra du temps et que "l'armée n'était pas encore sous leur emprise".

Surprise, les mois qui suivaient ont vu des attaques sanglantes de terroristes contre les forces de l'armée nationale. En somme, si on ne peut directement les accuser de complicité avec les terroristes, les islamistes ont quand même une attitude très complaisante envers eux.

Personnellement, j'avais fait confiance aux islamistes pendant des années dans l'espoir de les voir jouer aux jeu démocratique, mais ils se sont avérés être indignes de cette confiance. Ils sont profondément antidémocratique et le fascisme -au sens large et non politique du terme- est véritablement inscrit dans leur ADN.

L'islamisme n'est qu'une version plus modérée d'autres idéologies extrémistes telles que le nazisme et le sionisme. Ils reposent tous sur les mêmes principes, à savoir la dogmatisation d'un idéal, l'utilisation de la peur et de la démagogie à des fins électorales, ainsi que le non-respect des valeurs universelles de droits de l'Homme et de libertés fondamentales.

A partir de là, je ne vois pas comment une démocratie peut fonctionner en présence d'un parti islamiste. Les Européens ont attendu un génocide ainsi qu'une guerre mondiale pour radier définitivement l'extrémisme criminel de leur paysage politique. J'espère que l'on retiendra les leçons de l'Histoire.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.