LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Hakim Fekih Headshot

Le voile islamique, ou la liberté de se soumettre?

Publication: Mis à jour:
TUNISIA HIJAB
Thierry Tronnel/Corbis via Getty Images
Imprimer

Que l'on soit bien clair: cet article n'a pas vocation à déclarer une guerre contre le voile islamique, ni contre l'islam. Il n'a pas non plus vocation à appeler à l'interdiction du voile. Je ne veux pas que cet article soit récupéré par la fachosphère dans des buts islamophobes ou racistes. Non, cet article se veut être une analyse objective du concept de voile islamique, qui ne cesse de faire du bruit dans les médias et qui occupe une place importante dans le débat public de ces dernières années.

Le voile, qui existe depuis des siècles dans les sociétés conservatrices dominées par la religion s'est propagé d'une manière exponentielle ces dernières années. En Tunisie par exemple, et malgré les efforts fournis par Bourguiba pour le faire disparaître, le voile est réapparu en force, depuis les années 1990 et surtout 2000, avec l'invasion de nos écrans par les chaines islamistes telles que "Iqraa" qui ont eu pour effet l'endoctrinement de masse avec des émissions dont le seul but était de propager une certaine vision obscurantiste de l'Islam, à laquelle a adhéré une grande partie de notre population. Nous avons tous dans nos familles une personne au moins qui du jour au lendemain a décidé de mettre le voile, et qui depuis refuse de s'en séparer.

Le voile, mis à part son fondement religieux sur lequel je reviendrai, est donc avant tout un symbole de l'islamisation de la société par le bas depuis quelques années. Il serait cependant naïf d'affirmer que le voile n'est qu'une importation et qu'il ne fait pas partie de notre culture. En effet, les femmes d'antan en Tunisie portaient un équivalent du voile: le sefseri. Voile comme sefseri ont un même but, un même message: protéger la femme des regards des hommes.

C'est ici qu'intervient le fait religieux. L'ignorance des textes religieux a fait que beaucoup de femmes portant le voile pensent que ce dernier est imposé par le Coran. Ce qui est totalement absurde. Le Coran n'a jamais parlé de cacher les cheveux de la femme. Les plus grands penseurs de l'Islam l'affirment sans hésitation. Mohamed Talbi dans "L'Islam n'est pas voile, il est culte", démontre qu'il n'est jamais question de voile sur les cheveux en Islam. Le Cheikh Mustafa Muhammad Rashid, docteur à l'université d'Al Azhar a aussi tranché: le voile n'est pas imposé par le Coran. Ainsi, le fondement du voile n'est plus religieux, mais culturel et social.

Il va sans dire que dans une société patriarcale, dominée par le machisme et le non-respect du droit de la femme, on va instrumentaliser la religion pour en faire un moyen d'asservissement de celle-ci, on fait ainsi du voile une obligation religieuse, alors qu'il ne l'a jamais été. De fait, le voile est devenu dans l'inconscient collectif une condition sine qua non de la foi religieuse pour la femme. L'image de la bonne femme religieuse est celle d'une femme voilée. Comme si la foi était une question d'habit, ce qui montre la superficialité et le matérialisme de ces courants religieux.

Une fois ce principe ancré dans la culture, on assiste alors à une montée des revendications de port de voile de la part des femmes elles-mêmes. Il y a encore quelques semaines, lors d'un débat sur une chaîne française, Manuel Valls s'est retrouvé devant une française musulmane, qui portait le voile et qui se revendiquait même comme féministe. Pour elle, le port du voile était une liberté comme d'autres.

Alors, oui, le choix du port du voile est une liberté. De toute façon dès lors que l'on parle de choix, nous sommes dans le domaine de la liberté. Néanmoins, elle oublie de préciser quelque chose: le principe même du port du voile est de cacher son corps du regard de l'homme. Or, dans la religion, le désir sexuel mène au péché. De ce fait, porter le voile, est un service rendu à l'homme, pour l'empêcher de succomber au pêché. En d'autres termes, parce que l'homme ne peut retenir ses désirs sexuels, la femme doit se cacher pour ne pas les éveiller. Voici l'origine même du port du voile.

Lorsque l'on sait tout cela, et que l'on revendique quand même le port du voile, il y a deux explications possibles:

La première est que l'on ignore complètement le texte religieux et que l'on pense que le voile est obligatoire, dans ce cas, on est soumis à l'ignorance, à la croyance populaire et à l'instrumentalisation de la religion par l'homme, c'est alors une forme de soumission inconsciente.

La deuxième est que l'on est parfaitement conscient de cela mais que l'on choisit quand même de porter le voile par respect pour les codes sociaux. Ce cas là est une soumission volontaire et un choix délibéré de se placer sous la domination du sexe opposé.

Il y a ensuite, celles qui portent le voile par obligation, ou bien celles à qui on met le voile dès l'âge de 7 ans. Mais pour ces cas là, on ne peut plus parler de liberté.

Pour conclure, je dirai simplement que le phénomène du voile résulte d'une construction sociale machiste et non d'un commandement religieux. Le voile est l'instrument par lequel l'homme étend sa domination sur la femme, voilà pourquoi j'appelle toutes les femmes qui sont conscientes de cet enjeu à militer pour faire disparaître ce phénomène, je dis les femmes car je crois profondément que leur pouvoir d'influence sur les autres femmes est nettement plus important que celui des hommes lorsqu'il s'agit d'émancipation.

Néanmoins, je ne tomberai pas non plus dans l'extrémisme en disant qu'il faut tout simplement l'interdire, car la guerre contre la religion, on l'a bien vu, mène à encore plus de repli, et de renfermement sur soi. Non, tout comme le voile a inondé nos sociétés par le bas, nous devons l'éradiquer par le bas, c'est-à-dire par le dialogue et par l'éducation. Les femmes musulmanes ont porté le voile par choix, elles ne l'enlèveront que par choix.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.